Mort Rose ou l’amour avec un grand ayoye

Mort Rose

Nés pour aimer

Bonbonbon/Return to Analog

*** 1/2

Les tribulations du coeur inspirent les artistes depuis que le monde est monde – i.e. depuis que Dieu s’est affairé à le modeler en sept petites journées. Les lovers de Mort Rose démontrent avec Nés pour aimer que l’amour est une assez riche matière pour en faire un album complet. Et onze pistes suffisent à rappeler combien c’est agréable d’être célibat-lol.

«Qui chante l’amour encore?», questionnent-ils de façon rhétorique sur la pièce qui clôt l’album. Eux le font, indéniablement! Ça entonne, ça gueule, ça célèbre, ça pleure et ça réclame l’amour «bord en bord» sur cette deuxième galette en carrière du quatuor.

Ils ont grandi, les petits, depuis 2017, alors occupés à nous raconter ce que jeunesse veut sur le microalbum Avoir 20 ans.

Mort Rose nous offre ici onze plages de rock bien tassées, où les sonorités résolument 60’s flirtent agréablement avec la pop.

C’est de moi que tu parles?

Le ton est tantôt bon enfant, tantôt presque lyrique.  Les textes sont candides, mais pas naïfs, et décrivent avec beaucoup de justesse la complexité amoureuse, comme c’est le cas sur Avec un grand A.    

Elle aimait trop le vin / Elle aimait trop le vent / Elle n’avait pas le temps / D’écouter jusqu’à la fin / Alors bye bye!

On ne saura peut-être jamais qui est Laurence ou Rachel, mais on imagine aisément être le protagoniste des histoires que nous racontent Alexandre Archambault, Mark Cool, Julien Comptour et Christophe Charest-Latif.

L’album paraît le 31 janvier et sera lancé officiellement le jour de l’amour, soit le 14 février, au Théâtre Fairmount.

Santa Teresa 2018 jour 1 : Code F débarque en campagne

Santa Teresa/Photo:Laurence Godcharles

Je ne suis pas montréalocentriste. Toutefois, j’envisageais la route vers Sainte-Thérèse comme un roadtrip. Ce n’est pas mêlant, la mer Saint-Laurent nous sépare. Tout comme les vedettes de Code F, qui sont suprenamment plus grandes en vraies, j’ai fait mes valises pour le grand voyage culturel. Compte-rendu de ma première journée…

J’arrive à Sainte-Thérèse près d’une heure avant le début des festivités, en espérant me trouver du parking. Premier choc culturel : le stationnement derrière le Saint Graal est semi-vide, mais surtout GRATUIT. C’est jour de chance!

Je me dirige, donc, rapidement vers la pharmacie où j’achète un Gagnant à vie. Dehors, sur un lampadaire, je gratte dans l’espoir d’être un jour mère au foyer. Mes rêves se détruisent expéditivement devant mes yeux. Je n’ai rien gagné. Même pas 4$ pour rembourser mon achat impulsif et disons-le, compulsif. Ce n’est pas de ma faute si les publicités de Loto-Québec font de moi une marionnette du capitalisme!

Je décide alors de noyer ma peine dans un pichet de cidre. Au Saint Graal, c’est Alex Burger, ex-chanteur de Caltâr-Bateau, qui entame la soirée. Malgré les rumeurs, aucune de ses chansons ne fait mention de ce plat distingué dans lequel on retrouve une boulette de viande, deux pains, moutarde, ketchup et quelque fois de la relish.

Le musicien, orné d’un bandana, fait plutôt de la bonne musique. Son premier single À’ment donné m’inspire un genre d’Harmonium au temps des téléphones intelligents. Ah la technologie! C’est fascinant comme elle évolue à la vitesse grand V!

Le groupe présente un set bref. Faut dire que la formation est assez jeune. Son premier EP, qui sortira ce printemps, comprend cinq chansons. Seulement deux d’entre elles sont, à ce jour, disponibles sur son Bandcamp.

Le Saint Graal n’est vraisemblablement pas la meilleure salle de spectacle au Québec. Elle est très petite et son acoustique laisse à désirer. D’un autre côté, paraît que l’eau potable a fait son arrivée à Sainte-Thérèse en même temps que le bug de l’an 2000. Laissons-leur le temps…

Cette salle a cependant un oeil pour la déco. La mise en valeur des œuvres de la région demande à être soulignée.

Naruto en colère, peinture sur toile/Photo:Laurence Godcharles

Le trou dans le mur, manifeste de la colère/Photo:Laurence Godcharles

Une vingtaine de minutes plus tard, le spectacle reprend avec Mort Rose. Ma rigueur journalistique me restreint de parler du show, étant donné que j’ai une relation intime avec un membre du band.

Alexandre Archambault, le chanteur en couple/ Photo:Laurence Godcharles

Le retour des rallonges

Après la prestation, je quitte le Saint Graal vers le Monte Cristo, une salle de billards et de spectacles, située au-dessus d’une bijouterie et d’une pizzeria deux pour un.

Le Monte Cristo, ici, ça sent la pizza!/Photo:Ici Québec

Sur la scène, les gars de Gazoline offrent une performance d’aplomb, alors qu’au fond de la salle, des filles avec des rallonges jouent aux arcades et qu’au bar, Hubert Lenoir magnétise l’attention. Tout le monde veut lui parler. Hubert Lenoir, c’est le Bhagwan du Québec.

 

Joey de Friends et le chanteur de Gazoline/Photo:Laurence Godcharles

L’absurdité des circonstances, n’enlève rien à la qualité du spectacle. Xavier Dufour-Thériault, le chanteur du groupe, est une véritable bête de scène. Vêtu de son chandail Gangnam Style, il me fait également beaucoup rire avec des phrases telles que «Salut! Nous sommes Caravane» ou «Cette chanson-là, je l’ai écrite pour une fille qui m’a laissé» suivie d’un long silence super lourd.

L’intensité du chanteur capte mon attention, jusqu’au moment où je remarque qu’il a le magasin ouvert. À partir de là, il m’a perdu.

La fly semi-ouverte/ Photo:Laurence Godcharles

C’est finalement Anatole qui brûle les planches avec de nouvelles chansons, mais surtout de nouveaux costumes à l’effigie des patates au four.

L’orchestre des patates au four/ Photo:Laurence Godcharles

À noter que le groupe a vraisemblablement mis tout son budget dans la mise en scène. N’ayant plus d’argent, il se contente d’inscrire son setlist sur un paquet de gommes.

Le setlist zéro déchets/Photo:Laurence Godcharles

Le prochain album d’Anatole promet d’être dansant et plus sexy que jamais.

Anatole danse tendrement

Pour Choses Sauvages et Chocolat, il faudra les voir une autre fois, puisque le célèbre bar le Cha-Cha affiche complet.

La foule devant le Cha-Cha/Photo:Laurence Godcharles

J’aurais pu sauter la clôture comme plusieurs festivaliers, mais je ne suis pas particulièrement douée dans ces affaires-là…

J’ai essayé….

Le résultat/Photo:Laurence Godcharles

Hier soir, j’ai véritablement été charmée par le festival et son organisation. Par contre, j’espère sincèrement rencontrer des natifs au cours de la fin de semaine pour échanger sur nos différentes cultures. Parce que jusqu’à présent, j’ai une fâcheuse impression que tous les festivaliers ont pris l’autobus 9 à partir de Montmorency pour s’y rendre.

Financer l’avenir culturel avec Zen Bamboo

Les spectateurs présent au spectacle de Zen Bamboo, Mort Rose et Les Louanges ont aidé la relève cinématographique. Les profits amassés lors de la soirée serviront à financer les films des étudiants en deuxième année du programme de cinéma de l’UQÀM.

Occupé par les aléas de la vie, notre groupe de cinq badauds (on va te financer ça, le cinéma étudiant et la musique émergente) est arrivé tout juste avant le début de Zen Bamboo. On avait déjà eu la chance de voir Les Louanges et Mort Rose dans le passé et on savait déjà qu’ils étaient bons; tout comme Zen Bamboo, qui commence de plus en plus à se tailler une place sur la scène locale grâce à son rock désaltérant.

Zen et heureux / Photo: Riff Tabaracci

Par moments durant la soirée, nous avons l’impression d’assister à un spectacle de Malajube, gracieuseté des envolées vocales du chanteur. La sonorité de la formation est rafraîchissante à entendre dans un paysage musical où le rap prend beaucoup (trop?) de place. Ce n’est donc pas surprenant de constater que la salle de spectacle de la rue Rachel est remplie de jeunes vingtenaires, aux premières loges de l’éclosion de ces formations qui, espérons-le, occuperont une place de choix sur la scène rock et alternative québécoise.

Zen Bamboo / Photo: Mathieu Aubry

Parfois peu de mots sont nécessaires pour décrire une bonne soirée. Ce n’est pas toujours pertinent de beurrer inutilement.

Et bien c’est le cas ici.

Bravo.

Allez profiter de l’avenir maintenant.

Demi-finales des Francouvertes 2018, soir 3: triste, content, triste, content

C’était le dernier soir des demi-finales aux Francouvertes hier. Il y avait donc de gens tristes et des gens contents.

Mon Doux Saigneur/Photo: Élise Jetté

Isabelle Ouimet nous accueille, vêtue de son coton ouaté le plus glamour. On ne sait pas ce qu’on a fait pour mériter ça!

La salle est pleine à craquer et au milieu de toutes ces personnes qui n’arrêtent pas de parler, il y a entre autres un sosie des 2Frères (un 3ème frère?), la moitié d’un cégep, l’homme qui filme tous les spectacles, de nombreux artistes qu’on aurait voulu voir en demi-finales, mais qui sont éliminés depuis plusieurs semaines et quelqu’un qui fait du yoga.

Mon Doux Saigneur est le dernier Ex à s’exécuter en guise de première partie. Il ne nous interprète pas une, pas deux, mais TROIS nouvelles tounes. C’est tu Noël où les Francouvertes coudonc?

L’une des nouvelles tounes s’appelle Tempérance. C’est une excellente pièce sur laquelle il fait bon faire une danse en ligne. Le rythme parfait pour ça. On a testé.

 

Mort Rose/Photo: Élise Jetté

On réalise que la perfo de Mort Rose est commencée parce que la mère d’un membre du groupe (on pense que c’est une mère) prend plusieurs photos avec un puissant flash. Ça nous réveille et ça nous attendrit.

«On est Mort Rose, on est un groupe de musique et on adore la musique», nous dit-on avec éloquence.

Puis, c’est là qu’on repère, en bas à droite, l’homme qui filme le succès:

 

L’homme qui filme le succès/Photo: Élise Jetté

«La prochaine chanson est écrite par Garou et John Lennon. On vous la fait en leur honneur», nous dit Alexandre avant de s’élancer pour Cha cha.

Si on se demandait hier quelle incidence les bas dépareillés de Lou-Adriane Cassidy auraient sur le résultat de la soirée, ici le questionnement réside dans les bas-tacos de Christophe Charest Latif, à la basse.

Tacos à volonté/Photo: Élise Jetté

Avant de commencer La femme flamme, on nous assure que personne n’a vraiment été en feu pour que cette chanson puisse être écrite. Ça enlève un peu de crédibilité à tout ça mais bon!

La dernière chanson parle notamment d’Émile Bilodeau. Il y a une toune d’Émile Bilodeau dans laquelle il nomme Philippe Brach. C’est à se demander si nommer un ancien finaliste des Francouvertes dans tes lyrics est un gage de succès.

LaF/Photo: Élise Jetté

LaF monte ensuite sur scène. En fait, les membres du groupe rebondissent sur la scène telles des punaises de lit.

«Notre plus grande peur, c’est que les fleurs meurent», nous disent les sauterelles avant de commencer la chanson Fleurs.

Mantisse, à droite sur la photo ci-dessous est largement comparé à René-Charles Angélil par les spectateurs. Aussi, cet enfant-là, sa mère lui a jamais dit que si le vent tourne sa face pourrait figer en grimace.

LaF/Photo: Élise Jetté

Le groupe termine avec ma pièce préférée de son répertoire, Simple, une chanson où il est question du nombre de places limité sur l’arche de Noé.

Avant la dernière prestation, on apprend qu’il y a des objets perdus aux Francouvertes parce que CRABE vient récupérer ses clochettes oubliées lundi.

Les objets perdus/Photo: Élise Jetté

Isabelle Ouimet compare ensuite zouz au film Cast Away au moment où Tom Hanks s’arrache une dent avec une lame de patin. Douloureux à mort ou libérateur… c’est selon!

zouz/Photo: Élise Jetté

Puis c’est le début de la deuxième phase de la semaine (après la prestation de CRABE) où les fans de surdité précoce sont servis. Pour être certaine que mon âme soit atteinte, je m’installe en bordure de scène, question que la basse rebondisse dans tous mes organes. C’est une expérience assez surréaliste.

C’est Étienne Dupré qui prend la parole en mi-parcours, notamment pour souligner la présence impressionnante de CRABE en première place du palmarès, ce qui permet aux gens de faire du «main-ground ou du under-stream», selon lui. À mort les catégories! Nous sommes d’accord.

Je n’ai pas pris de note durant la prestation parce que j’étais trop dedans, tout simplement. Mais, musicalement, la seule chose qui doit faire plus de bien que d’écouter zouz en agitant la tête, ça doit être de jouer dans zouz en agitant la tête.

Les remises de prix durent 200 ans et on nous révèlve enfin le top 3 final. Il y a des gens tristes. Il y a des gens contents, mais toutes les déceptions furent digérées durant un karaoké arrosé où, surtout… il n’y avait ni gagnant ni perdant.

Les trois groupes qui passent en finale sont CRABE, LaF et Lou-Adriane Cassidy. On s’y voit, au Club Soda, le 7 mai.

Francouvertes 2018, soir 4 : Occupation Double au Lion d’Or

Aux Francouvertes, c’était hier que les premières éliminations survenaient comme dans un épisode d’Occupation Double, mais au Lion d’Or plutôt qu’à Bali. Comme nous en étions à la semaine 4, les candidats avec les moins bonnes notes commenceront donc, chaque semaine, à s’effacer sous le top 9 qui accèdera aux demi-finales. On vous souhaite que votre photo ne soit pas dans l’enveloppe en velours.

Mort Rose/Photo: Élise Jetté

Citron
Concombre
Coriandre
Riz
Tofu
Avocats

J’ai pris mes notes de la soirée à la suite de ma liste d’épicerie. On est tous des humains.

La soirée commence avec notre chum Isabelle Ouimet, à l’animation, qui nous rappelle qu’il est nécessaire de circonscrire le «x» de notre vote dans la case qui lui revient. Circonscrire, un mot qu’on n’utilise pas assez.

Maude Audet/Photo: Élise Jetté

Maude Audet s’empare de la scène en tant qu’«ex» officielle de la soirée. Elle commence avec Gallaway Road, un succès issu de son dernier album Comme une odeur de déclin. «J’ai participé aux Francouvertes en 2013. J’ai l’impression que ça fait une éternité», nous dit Maude avant de nous parler de sa problématique capillaire d’il y a cinq ans. Ayant toujours envié les tignasses frisées des autres, elle s’était munie de bigoudis chauffants pour le concours en 2013. «J’étais plus stressée de venir aux Francouvertes que d’accoucher», admet Maude en spécifiant que, quand l’animateur de la soirée l’a présentée comme «la fille aux bigoudis», elle a perdu tout ce qui lui restait de semblant de confiance. Rassurante, elle admet aussi qu’elle n’a jamais rien gagné dans un concours.

Elle conclut avec une nouvelle chanson qui parle d’un amour «qui dure trop longtemps et qui laisse des marques.»

Laura Lefebvre/Photo: Élise Jetté

Puis, c’est Laura Lefebvre qui s’exécute en premier avec une chanson nommée Fragile. Tout le monde est mélangé parce que tout le monde s’appelle Laura: Laura Babin, Laura Sauvage, Laura toire, Laura ge, etc.

Elle dédie une chanson, Émile, à son amour de jeunesse Émile Nelligan. Très chanceuse d’avoir sorti avec! Et elle nous dit que Po, dans les Teletubbies, lui faisait ressentir des choses. Elle interprète également une chanson nommée Corridor, à ne pas confondre avec le groupe du même nom ou avec la chanson de Laurence Jalbert.

Elle parle un peu de son EP à paraître ce mois-ci et elle présente ses musiciens en les nommant par leur nom de légume, tel qu’incité par FAV. Ses pièces s’enchaînent joliment et sa voix est poignante. On questionne la décision d’avoir enrobé les pièces épurées qu’on lui connaissait et qui mettaient sa voix en valeur de façon plus marquée. Le groupe semble d’autant plus «détaché» de l’artiste principale, excepté Joey Proteau, plus impliqué que les autres.

Julien Déry/Photo: Élise Jetté

C’est au tour de Julien Déry d’affronter les juges avec Un surhomme, puis, Bonne jounée, une chanson où il répète «c’est une bonne journée pour moi», jusqu’à faire sentir tout le monde très mal de ne pas être aussi dans une bonne journée.

«Après vous avoir menti sur le fait que j’allais bien, je vais vous parler de mes relations. J’ai eu deux longues relations. C’est-tu les auditions de OD?», nous dit Julien.

Avant d’entamer Rouge à lèvres (la la la), il nous prévient: «Ça c’est mon hit et l’autre après vous allez moins l’aimer.» Puis, il entreprend la pièce dans laquelle on entend à plusieurs reprises «la la la la la la», comme sur un album d’Alex Nevsky.

«J’ai croisé des regards, j’ai accusé un refus, quelqu’un a bâillé», évoque-t-il en fin observateur. Puis, il salue également ses musiciens: «Je vais vous présenter mes musiciens parce que sans eux je devrais avoir une guitare.»

L’ensemble du set se déroule sous le signe de l’humour avec des textes qui misent sur l’amusement, mais les arrangements sont intelligents et touffus. On passe un agréable moment.

Cédric Martel, pour lequel nous nous étions inquiétés en lien avec sa garde partagée, s’est trouvé un troisième parent en la personne de Julien Déry. Il doit être très confus, le pauvre. Julien quitte la scène en serrant les mains du public tel Guy A. Lepage.

C’est l’heure du tirage hebdomadaire et avant même qu’on fasse tirer des albums, la carte de guichet d’un certain G. Thériault est annoncée au micro comme étant le premier prix de la soirée.

Mort Rose/Photo: Élise Jetté

On nous présente finalement Mort Rose, le dernier groupe de la soirée: des âmes sœurs qui se sont rencontrées dans une station-service sous la pluie. Est-ce un groupe de musique ou un film de Nicholas Sparks?

La seule affaire qu’on remarque au début, hormis l’énergie de la jeunesse, ce sont les cheveux de Julien Comptour, probablement apprêtés à l’aide des bigoudis chauffants de Maude Audet.

Julien Comptour/Photo: Élise Jetté

La troisième chanson, Le sexe, parle de ne pas avoir le temps de faire l’amour. Comme les quatre membres du groupe sont au début de la vingtaine, on s’inquiète de l’état de leur vie sexuelle quand ils auront 35 ans de mariage derrière la cravate.

Puis arrive une chanson nommée Mots d’amour. Le chanteur, Alexandre, annonce le sujet de la pièce en disant «Si vous aimez pas l’amour, mangez de laaaaa…»

«DE L’AMOUR, MANGEZ DE L’AMOUR.»

Leur hit La femme flamme est bien rodée, comme d’habitude. On sent un habile mélange de naïveté juvénile et de répétitions multiples dans leurs bagages. Le meilleur de tout, finalement.

L’épopée de la mort rose se termine par une présentation des musiciens et de leur numéro de téléphone respectif. Je les ai tous enregistrés dans mon cell au cas où. Je suis prête à les vendre aux jeunes intéressées.

Palmarès des préliminaires des Francouvertes 2018 après le soir 4:

1- LaF

2- zouz

3- Lou-Adriane Cassidy

4- Mort Rose

5- Jay Scott & Smitty Bacalley

6- Gabriel Bouchard

7- Mathieu Bérubé

8- Julien Déry

9- Laura Lefebvre

Le party se poursuit la semaine prochaine avec Totem Tabou, Barrdo et Crabe. Lundi 20h au Lion d’Or.

Francouvertes 2018 : 10 questions absurdes à Mort Rose

Quand on entend le mot Francouvertes on entend parfois franche couverte, mais on se rend bien vite compte que ça n’a pas rapport. C’est pourquoi si on est un néophyte de ce concours de musique originale francophone, on décide de googler l’affaire. On réalise alors que c’est un concours qui dure de l’hiver au printemps. C’est ainsi, en soi, le tunnel dans lequel tu dois entrer pour voir la fameuse «lumière au bout du tunnel» dont tout le monde parle.

Pendant sept semaines, on vous présente les candidats au grand prix des Francouvertes 2018. Vous pourrez les découvrir musicalement sur la scène du Lion d’Or tous les lundis. C’est pourquoi, nous, on vous fait découvrir tout ce qui n’a pas rapport avec ça. Voici Mort Rose.

Mort Rose/Photo: André Portilla

1 Comparez chaque membre de votre groupe à un légume.

Non… Sorry Élise…

2 Quel est le plus beau commentaire que vous pourriez recevoir durant les évaluations du public?

Bravo les gars! Lâchez-pas! Super musique! Vous êtes full cute! (C’est papa et maman, bisous!)

3 Le chanteur de votre groupe a la personnalité de quel Backstreet Boys?

En tout cas pas Nick Carter… Ouch! Même si Alex est blond et aux yeux bleus.

4 Vous êtes dans une soirée dansante avec tous les artistes des Francouvertes 2018 et la toune Un beau grand slow, la version d’Éric Lapointe, part. Avec quel(les) autre(s) concurrent(es) allez-vous danser?

C’est quand cette soirée-là? On a ben hâte!

5 Pour ou contre les Goo Goo Dolls? Développez.

Goo Goo Ga Ga. Sérieux, c’est vraiment une gang de bébés ce groupe de musique là.

6 Si vous ne deviez choisir qu’une phrase pour convaincre les juges, en la répétant sur des rythmes différents, ça serait laquelle?

«Assis-toi dans ma face, regarde comme tout est à sa place, je coule de toi mon amour.»

Ça dit pas mal tout…

7 Si en plus de chanter il fallait démontrer un autre talent aux Francouvertes, comme dans les concours de Miss Univers, ça serait quoi vos skills?

Construire des tracteurs. No joke, Mark fait des compétitions de construction de tracteurs à McGill, il est même déjà allé à Washington pour ça. On l’aidera du mieux qu’on peut!

8 Entre Klô Pelgag et Tire le Coyote, les deux porte-paroles des Francouvertes, lequel vous choisiriez pour organiser votre fête?

Ça dépend quel genre de fête on veut organiser et à quel moment de l’année. On croit définitivement que les deux porte-paroles ont chacun leurs attributs, toutefois il y a une panoplie de trucs qui peuvent influencer. Si c’est un party pendant l’été, dans la ville natale d’Alex, par exemple, on choisirait probablement Klô ou Tire le Coyote parce que les deux ont littéralement des caractéristiques uniques en leur genre et ça, on adore vraiment beaucoup ça. Un party de Noël dans l’appartement à Pizzly serait aussi une super bonne opportunité pour demander à Klô Pelgag, ou à Benoit (Tire le Coyote pour tout le monde) puisque les deux auteurs-compositeurs-interprètes ont vraiment chacun leur personnalité propre à eux. Pour un party au Beachclub, c’est sûr que ça serait coorganisé par Olivier Primeau et nous. Mais, si on avait à choisir entre Klô Pelgag et Tire le Coyote pour un party style marocain (DES BONNES CHANCES) on irait vraiment selon le petit côté spécial. Ça pourrait continuer longtemps…

9 Quelle chanson de la francophonie est assez jolie et puissante pour détruire l’arme nucléaire de la Corée du Nord?

Dans cette chanson-là, il dit legit qu’il va le faire.

10 Insérez une photo ou une capture d’écran de la recette que vous réussissez le mieux.

Mort Rose, en prestation aux Francouvertes. Lundi 12 mars 20h, au Lion d’Or.

Francouvertes 2018 : 10 questions absurdes à LaF

Quand on entend le mot Francouvertes on entend parfois franche couverte, mais on se rend bien vite compte que ça n’a pas rapport. C’est pourquoi si on est un néophyte de ce concours de musique originale francophone, on décide de googler l’affaire. On réalise alors que c’est un concours qui dure de l’hiver au printemps. C’est ainsi, en soi, le tunnel dans lequel tu dois entrer pour voir la fameuse «lumière au bout du tunnel» dont tout le monde parle.

Pendant sept semaines, on vous présente les candidats au grand prix des Francouvertes 2018. Vous pourrez les découvrir musicalement sur la scène du Lion d’Or tous les lundis. C’est pourquoi, nous, on vous fait découvrir tout ce qui n’a pas rapport avec ça. Voici LaF.

LaF/Photo: Felipe Arriagada-Nunez

1 Comparez chaque membre de votre groupe à un légume.

BLVDR est du kale (chou frisé) puisque c’est notre membre le plus woke.

Bnjmn.lloyd est une banane … Parce que ça lui tentait pas d’être un légume.

Oclaz est un panais parce qu’il est à un T de la patnaisie suprême.

Jah maaz est du shiso parce que c’est rare.

Mantisse est une patate parce qu’il était avec Lewis au Nacho Libre.

Bkay est un bok choy as always.

2 Quel est le plus beau commentaire que vous pourriez recevoir durant les évaluations du public?

«Le bassiste était tellement bon!»

3 Le chanteur de votre groupe a la personnalité de quel Backstreet Boys?

Mantisse est un boys band à lui tout seul.

4 Vous êtes dans une soirée dansante avec tous les artistes des Francouvertes 2018 et la toune Un beau grand slow, la version d’Éric Lapointe, part. Avec quel(les) autre(s) concurrent(es) allez-vous danser?

On danserait avec Mort Rose parce qu’ils sont beaux.

5 Pour ou contre les Goo Goo Dolls? Développez.

Contre les bands du 20e siècle en général.

6 Si vous ne deviez choisir qu’une phrase pour convaincre les juges, en la répétant sur des rythmes différents, ça serait laquelle?

«On l’a.»

7 Si en plus de chanter il fallait démontrer un autre talent aux Francouvertes, comme dans les concours de Miss Univers, ça serait quoi vos skills?

BLVDR peut faire un backflip sur place.

8 Entre Klô Pelgag et Tire le Coyote, les deux porte-paroles des Francouvertes, lequel vous choisiriez pour organiser votre fête?

Si c’est dans un chalet, définitivement Tire le Coyote.

9 Quelle chanson de la francophonie est assez jolie et puissante pour détruire l’arme nucléaire de la Corée du Nord?

Rhum coco ananas  d’Evan Joanness.

10 Insérez une photo ou une capture d’écran de la recette que vous réussissez le mieux.

LaF, en prestation aux Francouvertes. Lundi 26 février 20h, au Lion d’Or.

Fêter Mardi gras avec Caltâr-Bateau et des grillons bien rôtis

Selon Wikipédia, le Mardi gras est une période festive, qui marque la fin de la «semaine des sept jours gras» et il est suivi par le Mercredi des cendres et le carême, où les chrétiens sont invités à «manger maigre» en s’abstenant de viande. Le Mardi gras de Montréal, présenté par Albertine, SOIR, la Factry et CISM, nous permettait ici de revoir sur scène l’un des groupes prometteurs des Francouvertes 2016, qu’on n’avait pas vu depuis un an et demi.

Caltâr Bateau/Photo: Élise Jetté

Dès notre arrivée dans l’établissement, on réalise que, tout comme dans un exposé oral de sixième année, tout ici tient solidement avec du scotch tape.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Et on rencontre un visage à deux faces. C’est pas Gaétan Barrette contre toutes attentes.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Ce gars-là est déguisé en marais et on trouve que le réalisme est à un point tel qu’on peut confondre son costume avec la réalité.

Le breuvage qui nous interpelle est le Ti-Ponche. Il nous est servi par Laurence-Anne, artiste de la relève à tendance serveuse de cocktails.

Plusieurs items de taxidermie sont présents, dont ce raton.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Et ces kiwis. Sont-ils vrais ou faux?

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

En attendant le spectacle, on peut tout faire. Jouer au ballon, notamment.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Ce gars-là a une poignée dans le dos.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Et ces clowns tentent de reproduire une partie de la chorégraphie de Scott Moir et Tessa Virtue.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Pas question de crever de faim ici. On nous sert des pâtisseries bien fraîches.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Si jamais on veut plus de garniture, c’est possible d’en saupoudrer davantage.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Après ça, on se promène un peu et on découvre cette femme qui peut t’écrire ton avenir sur sa machine à écrire.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Ce jeune homme, membre du groupe Mort Rose, est en train d’attendre la lecture de sa destinée.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

En se promenant dans la salle, on voit des gens très grands comme ce jeune homme avec un étrange chapeau.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

On voit aussi des humains très petits.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

En général, l’endroit est décoré sous la thématique Francine Grimaldi.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Le spectacle finit par commencer. On avait hâte parce que d’habitude on sort pas le mardi. Mais semblerait-il que le Mardi gras tombe toujours le mardi.

Ce qui est intéressant avec la scène, c’est que le groupe peut se permettre d’être bien sur la brosse parce que la direction pour aller faire le spectacle est bien indiquée à l’aide d’une flèche.

Mardi gras/Photo: Élise Jetté

Caltâr-Bateau remonte sur scène sous forme de groupe pour la première fois depuis l’été 2016. La première affaire qu’Alexandre Beauregard nous dit, c’est: «Ça fait longtemps en tabarnak». Indeed. Il nous dit aussi qu’entre temps, les membres du groupe ont fait plein de choses comme s’acheter des chars.

Alexandre Beauregard/Photo: Élise Jetté

Dès la deuxième toune, on nous annonce qu’Alexandre et Étienne Dupré ont des projets solos et que les tounes à venir sont des tounes de type individuelles, mais jouées avec les amis du groupe.

Étienne Dupré/Photo: Élise Jetté

Étienne avoue avoir la bouche pâteuse et Alexandre lui suggère de jouer Thunderstruck à la place. Ça ne passe pas au conseil.

Il y a plusieurs allusions au fait que Mandela, à la batterie a probablement été ramassé sur le bord de la route. L’histoire n’est pas claire OU le Ti-Ponche était trop fort.

Mandela Coupal Dalgleish/Photo: Élise Jetté

Le show continue avec des effets spéciaux de neige. Sommes-nous à l’extérieur ou à l’intérieur? Le mystère est complet.

Alex Guimond/Photo:Élise Jetté

Une pièce est destinée «aux gens qui viennent de la Montérégie», et aussi à «ceux que leur mère est en prison». Un bon échantillonnage à viser dans un concert!

On vous l’a dit, c’était mardi! Donc on n’a pas assisté au spectacle post-renaissance-de-Caltâr-Bateau. On avait déjà vécu beaucoup d’expériences transcendantes pour un soir de semaine de toute façon.

Bon carême!