Le buffet : Koriass au Zoo de Granby

Chaque lundi mardi au matin, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

koriass

Koriass a passé trois heures en Facebook Live pour créer ce clip hallucinant réalisé par Mathieu Grimard pour la pièce Nulle part. Vous pourrez voir Koriass à Montréal, au Club Soda, les 28 janvier et 4 février dans le cadre de L’Osstidtour avec BROWN et Alaclair Ensemble.

Dead Obies a fait exploser les internets jeudi dernier avec le clip de la chanson Explosif.

Fredérique Bérubé signe une fois de plus un vidéoclip captivant pour une pièce de Jesse Mac Cormack, vidéo diffusée en primeur sur Voir. On traite de la dépendance à la porno avec de puissantes images en noir et blanc. «Trop d’hommes considèrent la manière dont le sexe est traduit par ces images comme normales. La sexualité est d’autant plus belle quand l’amour et la tendresse y sont au coeur», exprime Jesse dans un communiqué.

Le groupe de Québec, De la Reine, présente son premier album électro-pop.

Music To Draw To: Satellite paraîtra le 20 janvier. C’est le cinquième album du producteur et compositeur Kid Koala qui proposera une musique électro ambiante et touchante chantée par l’artiste islandaise Emilíana Torrini. Le tout se transposera sur scène à Montréal du 2 au 4 février au Centre Phi. Voici le premier extrait, The Observable Universe.

MC Paquin nous donne le droit d’écouter des tounes de Noël (YES!) en nous en proposant une des plus réjouissantes. Le Side B de son EP Deliver Love sortira cet hiver.

Un clip pastel pour Paupière et la nouvelle chanson Rex, prémisse d’un album à venir en 2017

Le beatmaker de L’Amalgame, CatBoot présente un mixtape:

Plants and Animals offre un EP de cinq chansons intitulé Passed out from the Waltzing (B-Sides) provenant des sessions d’enregistrements du dernier album Waltzed in from the Rumbling.

La formation torontoise Austra s’amène avec un nouvel extrait: la pièce-titre de l’album Future Politics qui sortira le 20 janvier.

Ça que c’tait, remixée par Toast Dawg: pas mal la seule chose que tout le monde écoute depuis la semaine passée!

Et Maxime Gervais va lancer son album Artiste raté jeudi à la Brasserie des Patriotes à 19h. Son album est en écoute sur le site du Voir.

Le buffet : sensualité sucrée avec Syzzors

Chaque lundi au matin, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine dernière. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

erable_syzzors

Histoire sensuelle, ninjas et futurisme se chevauchent dans ce clip splendide de Syzzors pour la pièce Leo, réalisé par Les Gamins.

On retourne à l’adolescence avec Sarah Neufeld dans cette vidéo réalisée par Jason Last pour la pièce We’ve Got A Lot.

Ça doit pas être chose facile de jouer du ukulélé habillé en mascotte. Karim Ouellet relève le défi dans ce nouveau clip pour Karim et le loup.

De la musique rurale pour tes prochains road trip: le premier album complet de Mentana.

Le premier album solo de Laurence Nerbonne, XO, est la dose d’électro-pop dont ta vie avait besoin. L’album est disponible au complet ici. Le lancement est ce mercredi à 17h au Belmont.

Un nouveau clip décoiffant pour Athena:

MC Paquin, qu’on aimait déjà beaucoup en anglais, nous chante une belle première toune franco. Oui madame! Un EP bilingue de 5 chansons sortira ce printemps.

Charles Robert présente un nouveau EP pop-rock, Sur le chemin.

Vincent Roberge sortira vendredi sous le nom Les Louanges, un EP nommé Mercure. Voici le premier extrait:

Voici le troisième album du trio jazz Misc. Le lancement officiel aura lieu demain à la Sala Rossa.

Un nouvel EP de VioleTT Pi paraîtra le 29 avril. Voici un premier extrait.

Vous pouvez acheter une fille-robot dans ce clip traumatisant d’Eli et Papillon pour la pièce Automne. Une réalisation érudite par Jean Vital Joliat.

À la demande générale, encore plus de versions de Mannequin de magasin de Navet Confit.

Et un nouvel EP de l’Ontarienne Marie-Claire qu’on a pu voir aux Francouvertes la semaine passée.

Découverte musicale: MC Paquin

580

L’auteure-compositrice-interprète, Marie-Claude Paquin, n’avait pas prévu prendre ses distances du groupe Jolie Jumper pour entamer un projet solo, mais après avoir retravaillé quelques textes, rassemblé d’anciennes compositions et plusieurs amis, elle a lancé son premier EP, Deliver Love, au mois de mai. Un «side A» rafraîchissant de cinq chansons, qui mêle pop, folk et country.

Ayant grandi dans une famille de musiciens, ce n’est qu’au début de la vingtaine, lorsqu’elle a reçu sa première guitare, que Marie-Claude Paquin a commencé à flirter avec la musique.

«On composait des chansons niaiseuses à l’appart avant que Les Trois Accords n’existent, raconte-t-elle. On était chez nous, on buvait tout le temps, la guitare était là…j’ai appris comme ça, sans vraiment y penser.»

Lorsqu’on lui a fait cadeau d’une enregistreuse, elle a commencé à composer plus sérieusement dans ses temps libres. Ce premier EP est d’ailleurs une compilation découlant de plusieurs années de composition. «J’ai vraiment pigé dans mon répertoire. Il y a des chansons qui datent de 10 ans», dit-elle.

Audrey PM et Victoria Lord de Jolie Jumper et Julien Corriveau (considéré comme le 4e membre fantôme du groupe) ont collaboré au EP, ainsi que d’autres musiciens, dont Vincent Dufour. «C’est un mélange de bien des genres, je ne suis même pas sûre que c’est mon son, lance-t-elle en riant. Du moins c’est une de mes facettes les plus pop.»

Un hobby parmi d’autres

La chanteuse parle de son projet solo davantage comme un hobby en parallèle de son travail de recherchiste pour la télévision. «Si je peux diffuser ma musique, tant mieux, mais je ne veux pas en faire une carrière», souligne-t-elle.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a pris ses distances avec le groupe country, Jolie Jumper. «Je n’ai pas laissé les Jolies pour mon projet solo, explique Marie-Claude Paquin. Les filles avaient beaucoup d’ambition pour le projet par rapport au temps que je voulais mettre là-dedans. Je ne voulais pas être un fardeau.

Le groupe Jolie Jumper enchaînait les pratiques et montait au moins une fois par mois sur scène, alors que Marie-Claude est plus ou moins confortable en spectacle. «Je n’aime pas faire des shows. J’ai un tract fou avant de monter sur scène», admet-elle.

Pour son projet solo, la chanteuse compte davantage se consacrer à la création. Et si elle n’a pas prévu monter sur une scène cet été, elle travaille déjà sur un «side B».