GAMIQ 2020: ma grand-mère se prononce

Je n’ai pas serré ma grand-mère dans mes bras depuis le mois de janvier et je ne l’ai pas vue en personne depuis la zone rouge montréalaise. Je la laisse tranquille dans sa zone orange. Elle a quand même accepté de passer une heure au téléphone avec moi pour que je lui fasse écouter les nommés du GAMIQ 2020. C’est vous dire à quel point les aînés ont besoin d’un coup de fil de temps en temps! J’ai profité de l’occasion pour ressortir une photo de mes archives personnelles (probablement en 2010), au moment où je faisais écouter de la musique à Claudette (de mémoire, c’était Martin Léon).

Claudette en 2010 écoutant Les atomes/Photo: Élise Jetté

ARTISTE DE L’ANNÉE

Bon enfant

Élise: Bon, grand-maman, t’as l’oreille bien collée sur ton téléphone? Ça commence!

Claudette: Oui, je suis prête. Quand j’aurai chaud à l’oreille droite, je changerai pour l’oreille gauche. Comme ça ça va être égal pour tout le monde.

É: Parfait! Là on va écouter les nommés comme Artiste de l’année. C’est comme le plus gros prix, donc t’as le droit d’être sévère. On commence avec un groupe qui s’appelle Bon enfant. La chanson que tu vas entendre, c’est Ménage du printemps.

C: Le titre fonctionne très bien parce que ça me donne le goût de faire mon ménage justement! Ils sont combien dans ce groupe?

É: Ils sont cinq. Deux filles, trois gars. Et t’as vu un des gars à La Voix.

C: C’est sûrement celui qui avait un chapeau de cowboy, ça fonctionnerait avec le style.

É: T’as tout compris.

C: J’aime beaucoup ça, Bon enfant!

Note de Claudette pour Bon enfant: 8/10

Corridor

É: Alors là, on change de style. Le groupe s’appelle Corridor.

C: C’est pas la chanson de Laurence Jalbert?

É: Non, malheureusement. La chanson que je te fais entendre s’appelle Domino.

C: C’est intéressant.

É: Intéressant comme la couleur de ton vomi après avoir bu de la slush ou intéressant comme un coucher de soleil d’automne?

C: Je ne suis pas certaine. Mais tes deux options sont pas mal aux antipodes, je trouve. Franchement! J’aime beaucoup qu’on entende de nombreux instruments. Ça parait qu’ils sont plusieurs et que tout le monde fait du bon travail. J’aime moins le fait que je n’entende pas très bien les paroles parce que la voix est en arrière-plan.

Note de Claudette pour Corridor: 7/10

KNLO

É: Grand-maman, on va maintenant entendre du rap Québ.

C: Du quoi?

É: Du rap Québ, du rap québécois.

C: Pourquoi tu dis pas tes mots au complet?

É: Je vais te faire entendre la chanson Ça fait mal de KNLO.

C: Je l’ai vu lui à l’ADISQ. Je le trouve tellement drôle. Bon, lui on comprend tout ce qu’il dit! J’aime beaucoup ça. Et le rythme nous rend de bonne humeur. C’est important ces temps-ci.

Note de Claudette pour KNLO: 9/10

LaF

É: On reste dans le rap Québ avec LaF, la chanson Eastman.

C: Comme la ville?

É: Oui.

C: Ils disent qu’ils boivent chaque jour. C’est pas l’idéal. Moi je bois juste du vin quand tu viens me voir, donc là, ça fait longtemps que j’ai pas bu de vin, mais j’ai quelques bouteilles de ton vin préféré pour quand tu vas venir.

É: J’ai hâte.

C: Je trouve ça vraiment bon, LaF. J’aime beaucoup le titre parce que j’aime cette ville. Et j’aime le mélange de l’accent français avec l’accent québécois. C’est pas souvent qu’on entend ça.

La note de Claudette pour LaF: 8/10

Les Deuxluxes

É: On va finir avec un duo qui s’appelle Les Deuxluxes. C’est un gars et une fille habillés vraiment funky. Comme la photo de grand-pa et toi à l’Halloween en 85.

C: Ha ben là, ça c’est un style que j’aime!

É: La chanson qu’on va écouter s’appelle Everything of Beauty.

C: Pour la voix et le style, ce sont mes préférés, mais je préfère la musique en français.

É: Ils chantent en français des fois!

La note de Claudette pour Les Deuxluxes: 8/10

VERDICT: Selon Claudette, c’est KNLO l’artiste de l’année.

ALBUM FOLK DE L’ANNÉE

Basia Bulat – Are you In Love?

É: Là, grand-maman, on est rendues à la catégorie Album folk de l’année. J’ai pensé que t’aimerais pas mal les artistes dans cette catégorie. La première s’appelle Basia Bulat. Son album s’appelle Are you In Love? et la chanson que tu vas entendre s’appelle Your Girl.

C: C’est donc ben beau ça. Une belle voix. C’est doux à entendre. Je trouve ça étrange qu’elle ne soit pas plus connue.

La note de Claudette pour Basia Bulat: 9/10

Chandail de loup – Sul bord

É: Voici maintenant le groupe Chandail de loup, l’album Sul bord et la chanson Dansé nu.

C: Ça je trouve ça ben niaiseux. En plus, ils disent pas les mots au complet. Comme toi! C’est parce qu’ils viennent de Montréal?

É: Ils viennent de Val-David, donc c’est dur à dire…

La note de Claudette pour Chandail de loup: 6/10

Foisy – Mémoires

É: On va entendre un autre artiste qui s’appelle Foisy. Son album s’appelle Mémoires et la chanson que je te fais jouer, s’appelle Les anniversaires.

C: C‘est qui donc l’artiste que j’avais trouvé déprimé la dernière fois qu’on a fait ça? Je le trouvais triste.

É: Antoine Corriveau. C’est lui qui a réalisé l’album de Foisy.

C: Ils faudrait que tu leur donnes une petite tape dans le dos la prochaine fois que tu parles avec eux.

É: Parfait!

C: J’aime beaucoup ça, mais je pense qu’il pourrait essayer d’être plus gai pour la prochaine fois. Peut-être un peu plus d’Émile Bilodeau dans sa voix.

É: Je vais lui faire le message.

La note de Claudette pour Foisy: 8/10

Leif Vollebekk – New Ways

É: Lui c’est Leif Vollebekk. Son album s’appelle New Ways et la chanson que tu entends s’appelle Hot Tears.

C: Ça réchauffe, on dirait, écouter ça. Je pense que je le recommanderais pour les gens en hiver, mais pas en été.

La note de Claudette pour Leif Vollebekk: 7/10

Mathieu Bérubé – Roman savon

É: On va entendre Les fleurs du tapis de Mathieu Bérubé. Son album s’appelle Roman-savon.

C: Il est drôle lui. Il savait pas que roman-savon, ça veut dire des émissions pas très bonnes. Il voulait nous annoncer un mauvais album?

É: Je pense pas que c’était son objectif!

C: Je pense que c’est ma voix d’homme favorite à date. Il a la voix de quelqu’un de gentil. Et j’aime beaucoup la batterie. Ça me fait bouger un peu.

La note de Claudette pour Mathieu Bérubé: 8/10

Maude Audet – Tu ne mourras pas

É: Là c’est Maude Audet. Son album s’appelle Tu ne mourras pas et la chansons c’est Tu trembleras encore.

C: Ah la belle Maude! Son chum est assez drôle! J’aime ça, ça sonne comme la musique de mon temps. Comme Renée Martel.

La note de Claudette pour Maude Audet: 8/10

Mon doux saigneur – Horizon

É: On va maintenant entendre un groupe qui s’appelle Mon doux saigneur. L’album s’appelle Horizon et la chanson aussi.

C: Oh wow, c’est harmonieux ça. C’est comme si les musiciens étaient tous des spécialistes virtuoses et qu’ils avaient la chimie parfaite entre eux. La voix est l’fun. On n’entend pas souvent des voix comme ça. C’est pas une grosse voix, mais elle est toujours juste.

La note de Claudette pour Mon doux saigneur: 9/10

Saratoga – Ceci est une espèce aimée

É: On va entendre le duo Saratoga. Leur album s’appelle Ceci est une espèce aimée et la chanson, c’est Morceaux.

C: Oh la la. Ça c’est de la belle poésie. Eux autres leur force, c’est vraiment les mots. J’aimerais lire leurs textes.

É: L’album viens avec un livre des textes. Je vais te l’apporter.

C: J’aime vraiment beaucoup ça. Ça doit bien s’écouter pendant une tempête de neige.

La note de Claudette pour Saratoga: 8/10

Tomas Jensen – Les rêves sont faits

É: On va entendre Tomas Jensen avec Le fil qui vient de l’album Les rêves sont faits.

C: Ça me fait penser à du jazz. J’aime vraiment pas ça le jazz.

É: Moi ton commentaire me fait penser à cette vidéo des Appendices:

La note de Claudette pour Tomas Jensen: 6/10

Travelling Headcase – Songs For The Broken

É: Le dernier groupe s’appelle Travelling Headcase, la chanson s’appelle Baie Deception et l’album se nomme Songs For The Broken.

C: La voix pourrait être dérangeante sur le long terme, mais le style est original.

La note de Claudette pour Travelling Headcase: 7/10

VERDICT: Selon Claudette, les meilleurs albums folk de l’année sont ceux de Basia Bulat et de Mon doux Saigneur.

RÉVÉLATION DE L’ANNÉE

Anachnid

É: Dernière catégorie, grand-maman. On va y aller pour la Révélation de l’année. La première artiste, c’est Anachnid, c’est une artiste autochtone. La chanson s’appelle Sky Woman.

C: Mais moi j’aime beaucoup Elisapie.

É: T’as pas besoin de choisir, grand-maman. Tu peux aimer les deux.

C: C’est vrai. Elle j’aime ça, mais on dirait qu’elle marmonne un peu.

La note de Claudette pour Anachnid: 8/10

Backxwash

É: Donc là, elle c’est Backxwash. Elle a gagné le prix Polaris. Celui pour lequel je fais le jury chaque année.

C: Ah oui, ok je suis curieuse.

É: La chanson s’appelle Devil in a Moshpit, ça veut dire Le diable danse ou quelque chose de même.

C: Elle danse avec le diable. C’est pour ça qu’elle est aussi fâchée! Il y a beaucoup de colère dans sa musique. Je ne suis pas certaine, mais c’est juste à cause de l’agressivité.

La note de Claudette pour Backxwash: 7/10

Bermuda

É: La prochaine s’appelle Bermuda. La chanson qu’on va entendre s’appelle Beach Bodé.

C: C’est drôle, ça! Ça swing! Ça me fait penser à l’été sur le bord de la plage, donc j’aime ça. C’est comme quand on était en vacances ensemble. C’était le bon temps. Je l’aime, elle. Elle me fait sentir bien et elle me rappelle des bons souvenirs.

La note de Claudette pour Bermuda: 9/10

NOBRO

É: Alors maintenant, ça va être un peu plus intense. On change de registre. Ce sont quatre filles. Le groupe s’appelle NOBRO et la chanson s’appelle Marianna

C: Au téléphone, c’est pas l’idéal pour écouter ça, mais je pense que j’aimerais voir un spectacle. C’est très entraînant et on a besoin de chansons comme celle-là pour bouger.

La note de Claudette pour NOBRO: 9/10

P’tit Belliveau

É: Le dernier artiste s’appelle P’tit Belliveau, c’est un Acadien de la Nouvelle-Écosse. La chanson s’appelle Income Tax.

C: Ça prend des sous-titres, hein, cette chanson-là.

É: Ça tombe bien, il y en a dans ses clips.

C: Très bonne idée. Y’est de bonne humeur lui là. Je trouve qu’il fait des belles façons. Un jeune homme qui semble gentil. Il me rappelle nos vacances dans les Maritimes.

La note de Claudette pour P’tit Belliveau: 8/10

VERDICT: Selon Claudette, la Révélation de l’année est Bermuda ou NOBRO

Le GAMIQ 2020 aura lieu ce dimanche 6 décembre à 20h.

Évidemment, le gala est numérique. Vous pouvez obtenir votre billet gratuit ici.

Lisez les choix de Claudette au GAMIQ 2018

Lisez les choix de Claudette au GAMIQ 2017

Longue liste du Polaris 2020: ENTREVUE avec la directrice du Prix Claire Dagenais

La longue liste du Prix de musique Polaris a été annoncée ce midi. La nouvelle directrice générale du prix Claire Dagenais, qui a commencé son mandat en mars dernier après avoir travaillé auprès du fondateur Steve Jordan durant dix ans, était accompagnée de 40 artistes nommés dans les années précédentes afin de révéler les 40 albums préférés du jury.

Claire Dagenais, directrice générale du Prix Polaris

On a jasé avec la nouvelle queen du Polaris la semaine dernière.

Comment s’est passée la transition de ton ancien poste vers celui de QUEEN du Polaris?

Je ne sais pas si je m’appellerais la queen (rire). Steve m’avait informée qu’il allait partir et comme j’ai été la première employée, il voulait que je prenne les rênes. J’ai une intuition assez forte quand on doit prendre des décisions importantes et je suis toujours ouverte aux initiatives de parités. J’ai beaucoup contribué au recrutement de juges lorsqu’on a voulu essayer de se rapprocher d’une parité homme-femme, entre autres.

Qu’est-ce que la pandémie a changé dans le processus menant à la liste?

Il a fallu que je garde mes anciennes tâches et que je prenne le rôle de leader en même temps, parce qu’on n’a pas eu le temps d’engager. C’est moi qui prends les décisions finales dans l’organisation, mais je ne suis pas quelqu’un qui croit tout connaitre. J’écoute le jury, j’écoute les experts. Et le jury a vraiment écouté la musique autrement cette année. C’est difficile d’écouter la musique pour ce qu’elle est sans les évènements sociaux qui l’entourent. 

Qui sont ces gens qui ont choisi les 40 albums cette année?

Toi! (Rire) Ça fait quelques années que tu es là! Il y a des nouveaux venus, mais je tiens à souligner le travail des jurés qui reviennent année après année. Ils sont vraiment dévoués, les discussions sont intenses, mais respectueuses et bien recherchées. J’apprends beaucoup à propos de la musique en écoutant et en lisant les suggestions. C’est vraiment une source de découverte axée sur la communauté. Je suis toujours impressionnée par le niveau d’éducation des membres du jury, voir comment les gens écoutent et comprennent les albums et tout ce qui en ressort. Ils sont 201 personnes dans tout le pays. Ils viennent de différents milieux et ils ont des goûts différents. Au total, ils ont proposé 223 albums. J’ai tellement confiance quand j’écoute le jury.

Comment décrirais-tu la liste dévoilée aujourd’hui?

Si on compare la Longue liste d’il y a dix ans à celles qu’on a depuis quelques années, il y a un changement dans l’ambiance générale, les choix sociaux que le jury fait. Au-delà d’aimer ou non un artiste ou un album, j’aime que les membres se questionnent sur les raisons pour lesquelles ils donnent de l’importance à un artiste ou à un autre. Cette année, comme dans les années passées, la musique est une réflexion sur la vie et sur la culture, mais au bout du compte, tous les choix sont des bons albums, et les choix 41 à 80 auraient autant pu faire partie de la liste. Il y a quelque chose pour tout le monde. Chaque personne a au moins un album sur la Longue liste qui va pouvoir devenir son préféré. En contrepartie, si quelqu’un aimait la liste au complet, ça voudrait dire qu’on aurait mal fait notre job.

Comment la remise du grand prix aura-t-elle lieu à l’automne?

On veut vraiment prendre le temps d’organiser quelque chose de spécial pour faire honneur à chaque album et que les 10 artistes de la Courte liste puissent avoir leur moment de gloire pour qu’ils rayonnent auprès du plus grand auditoire possible. Même si les mesures sanitaires vont nous empêcher de faire un gala, on est en train de trouver une manière responsable de faire briller nos artistes.

Voici la Longue Liste des nommés 2020

Allie XCape God

AnachnidDreamweaver

AquakultreLegacy

Marie-Pierre Arthur – Des feux pour voir

BackxwashGod Has Nothing To Do With This Leave Him Out Of It

Badge Époque EnsembleBadge Époque Ensemble

BegoniaFear

P’tit BelliveauGreatest Hits Vol. 1

CaribouSuddenly

Daniel CaesarCASE STUDY 01

Chocolat – Jazz engagé

Louis-Jean Cormier Quand la nuit tombe

CorridorJunior

dvsnA Muse In Her Feelings

Jacques GreeneDawn Chorus

Sarah HarmerAre You Gone

Ice Cream FED UP

Junia-TStudio Monk

KaytranadaBubba

Flore LaurentienneVolume 1

Cindy LeeWhat’s Tonight To Eternity?

Men I Trust Oncle Jazz

Nêhiyawaknipiy

OBUXUMRe-Birth

Owen PallettIsland

PantayoPantayo

Lido PimientaMiss Colombia

Joel Plaskett44

William PrinceReliever

Jessie Reyez BEFORE LOVE CAME TO KILL US 

Riitataataga

Andy ShaufThe Neon Skyline

Super Duty Tough WorkStudies in Grey

U.S. GirlsHeavy Light

Leif VollebekkNew Ways

WaresSurvival

The WeekndAfter Hours

WHOOP-SzoWarrior Down

Witch ProphetDNA Activation

Zen BambooGLU

La Courte liste (10 albums) sera dévoilée le 15 juillet.

Revoyez le dévoilement ici:

TOP 2019 ANGLO/INSTRU positions 20 à 11

Fin d’année = renouveau. Greta Thunberg, notamment, doit se dire que 2019 lui a pas mal soufflé dans l’dos et que 2020 is the one. Nous autres, nos psychologues sont d’avis qu’on vit dans le passé. On n’est pas rendus à la nouvelle décennie. Voici donc la belle musique qu’on a vue naître en 2019: Les positions 20 à 11 de nos albums/EP anglophones et instrumentaux préférés de l’année.

20 Men I Trust – Oncle Jazz

«C’est quoi qui joue en ce moment?», moi de demander à ma coiffeuse lors de ma dernière séance de trim, pour me rendre compte par la suite que c’était l’album Oncle Jazz. C’est vaporeux. C’est doux. C’est planant. C’est de chez nous, bâtard! Emma Proulx chante peut-être dans la langue de Shakespeare, mais ça vient de chez nous ça, Men I Trust! Tokébak icitte! On a de quoi être fiers, parce que la musique de ce groupe qui a pris racine à Québec, mais qui a désormais pignon sur rue à Montréal, rayonne bien au-delà des frontières de la belle province. I drink to that! (ÉMILIE PELLETIER GRENIER)

19 Hanorah – For the Good Guys and the Bad Guys

Hanorah est la nouvelle venue de l’année de la scène anglo. Elle a lancé au printemps son EP For the Good Guys and the Bad Guys, où elle chante pour guérir ses traumatismes passés. Et ça s’entend dans sa voix: ça te rentre dedans comme une chaise en pleine face quand tu t’y attends pas. Hanorah chante tantôt sa colère sur des chansons full-band groovy, tantôt se rend vulnérable sur des chansons guitare-voix. C’est en somme du soul puissant et authentique. J’attends impatiemment un album complet à venir. (SARA-DANIELLE FAUCHER)

18 BIG BRAVE – A Gaze Among Them  

Difficile de décrire les émotions vécues lors de la première écoute de A Gaze Among Them mais je peux vous assurer que ça se bousculait en dedans. Ce quatrième long jeu de la formation montréalaise présente un parfait équilibre entre les ambiances lourdes et la voix merveilleuse de Robin Wattie qui nous permet d’apprécier pleinement l’expérience. Entre montées post-rock, guitares saturées et batterie tonitruante, la voix de la chanteuse s’immisce et nous offre des moments de pure beauté dans un chaos musical savamment organisé. Ça brasse en dedans et ça fait le plus grand bien!
(NICOLAS SIMARD)

17 Mike Shabb – Gloom

Il n’y a pas si longtemps, le jeune Shabbo est arrivé sur la scène rap Québ de façon aussi frappante qu’une grosse puff de backwood! Parlant de bon buzz, il est important de mentionner le changement de vibe plus chantée et mature de son nouveau projet, marqué entre autres par son trip à Los Angeles où il est notamment allé rejoindre le bon vieux Nate Husser. Le fait de s’associer à nouveau avec VNCE CARTER ajoute une kush de plus à la qualité de GLOOM. Bref, un Big Bang de bons sons! (FRANÇOIS LARIVIÈRE)

16 Hologramme – Felicity

Le «piu piu» bien exécuté. Voilà ce qu’est Hologramme. Entre autres choses, entendons-nous. La proposition musicale de Clément Leduc (compositeur et réalisateur) est riche et bien ciselée. C’est notamment Berlin qui a inspiré à Clément les sonorités présentes sur Felicity. Hautement cinématographique, le disque se vit comme un mini film où le protagoniste principal vit une saprée bonne soirée en boîte. Effets lasers en sus. (ÉMILIE PELLETIER GRENIER)

15 Leif Vollebekk –  New Ways

Qu’y a-t-il dans la voix de Leif Vollebekk pour nous faire sentir aussi bien? Il se situe dans une courte liste de personnes qui, chaque fois qu’elles sortent un album, on est est stressés parce qu’on a peur de ne pas aimer ça autant que celui d’avant, tellement il était bon. Sa façon de constamment se renouveler sans perdre son essence est un don qui fait de lui un génie. Qui ne l’a jamais vu s’exécuter au piano comme s’il dansait remédie immédiatement à la situation. (ÉLISE JETTÉ)

14 Safia Nolin – xX3m0 $0ng$ 2 $!nG @L0nG 2Xx

Quoi de mieux pour accompagner son automne qu’un bon album de covers emo par Safia Nolin, question de revenir en secondaire 3 le temps de quatre chansons? Pas grand-chose, parce qu’avec sa façon de réinventer les classiques de Paramore, My Chemical Romance, Taking Back Sunday et Billy Talent, ça te permet de revisiter les émotions de ton adolescence avec une toute nouvelle approche pis de te dire qu’après tout tu es peut-être encore un peu emo… (ELISABETH MOTTARD)

13 Anemone – Beat My Distance 

Cet album est sorti au début de l’hiver avec un souffle d’été au coeur de lui. Comment ne pas se sentir bien au chaud quand défilent les chansons dansantes de Chloe Soldevilla? Son groupe maîtrise la pop autant que l’énergie joviale issue d’une autre époque. Si jamais ton party lève pas pendant les Fêtes, tu sais quoi faire. (ÉLISE JETTÉ)

12 Dominique Fils-Aimé – The Red 

Le dernier EP de Dominique Fils-AiméThe Red, est comme un beau cadeau que l’on développe tranquillement pour en savourer chaque instant avec le plus grand bonheur. Sa voix chaleureuse met bien en valeur ses mélodies toujours aussi efficaces. The Red a un son beaucoup plus rétro que les précédents albums de la chanteuse, laissant place à toute la pureté de ses interprétations. Si l’envie vous prend de sortir votre soul vous aussi, le EP comprend également les versions instrumentales de deux chansons, question de se prendre pour une reine du jazz le temps d’un karaoké suave ou tout simplement d’apprécier la profondeur de l’instrumentation. (ELISABETH MOTTARD)

11 Les Shirley – Les Shirley

Ce premier EP du trio Les Shirley nous rappelle que la pop-punk n’est pas morte et qu’on s’ennuyait de ça peut-être un peu plus qu’on le croyait. Chaque chanson a l’effet d’une claque au visage grâce à l’énergie débordante et le plaisir contagieux que semblent avoir les trois filles à jouer ensemble. Les mélodies sont empreintes d’une certaine nostalgie pour l’époque où on tripait solide sur Yellowcard pis Good Charlotte et cette réactualisation du style nous donne bon espoir pour la suite de l’aventure. Vive Les Shirley! (NICOLAS SIMARD)

LISEZ AUSSI SUR FAV: 

À VENIR SUR FAV: 

Le buffet: Jérôme 50 mange des s’mores

Chaque semaine, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

Jérôme 50 vous invite au camp Jérôme 49, un endroit où vos tounes de jeunesse gueulées au Camp Claret, prennent un sens nouveau. Nouveau bon? Nouveau mauvais? Nouveau spécial? On vous laisse décider.

King Abid, un gars qu’on pourrait qualifier de «trop fort», a trouvé un créneau fort lucratif: celui des chansons d’accueil pour les usagers du 3e lien. Voici le premier essai, Bienvenue à QC.

On peut vous garantir que Comme ça de Wake Island doit être le clip électro traitant de migration le plus puissant de notre liste cette semaine. On pourrait s’avancer plus, aussi, mais on ne veut pas nécessairement susciter de controverse.

Y’a quelque chose de très deep et cru dans la proposition artistique globale de l’autrice-compositrice-interprète FÉLIXE pis La vérité c’est que je sais pas mal juste faire des résumés punchés un peu moyens, donc je ne vais pas me risquer outre mesure, écoutez-la direct à place avec son extrait Prélude.

Peu après le lancement de son single Libre, Baggies, un salopard parmi 13 bien connus, propose un nouvel extrait intitulé Jasette…qui pousse vraiment à ce que les gens en aient à son sujet, on suppose.

Question importante: si dope.gng demande Pou?quoi, est-ce qu’il faut répondre pa!ce que?

Yoo Doo Right présente un premier extrait d’un premier album à venir durant l’année. La réalisatrice Olivia Du Vergier met la pièce en images dans une formule intimiste. Le titre de la pièce, comme le personnage mis en scène permet de faire place à toutes les imaginations: The Moral Compass of a Self Driving Car. 

Environ quatre semaines nous séparent de la sortie du deuxième album de Mathieu Bérubé. C’est amplement de temps pour apprendre à souder tout ce que vous avez à souder. En écoutant cette chanson.

Le collectif montréalais The Franklin Electric présente « I’ve Been Here Before », deuxième extrait tiré du EP In Your Head à paraitre le 2 août prochain.

Il est un peu tard pour le ménage du printemps, mais pas trop tard pour Ménage du printemps. C’est la première sortie issue de la complicité entre Daphné Brissette (Canailles) et Guillaume Chiasson (Ponctuation). Le premier album de Bon Enfant paraîtra chez Duprince à l’automne. 

Ok, c’est lundi, mais c’est pas nécessairement la fin du monde. De toute façon, c’est La fin du monde à tous les jours.

Le rappeur/beatmaker Catboot. Membre de L’Amalgame présente un single très «intime» avec Pétales. Produit par le beatmaker LiamLiamLiam la chanson est la première pierre d’un projet à venir en septembre.

Le duo montréalais Boskorgï offre Arcturus et Way of the Wizard, deux nouvelles pièces tirées d’un premier album complet intitulé Jazz Pranksters, dont la sortie sous l’étiquette Sainte Cécile est prévue pour novembre.

Besoin de jaser? Ben jase avec lui: Baggies.

Le producteur montréalais Jacques Greene présente Night Service et Silencio, extraits sur lesquels il fait équipe avec son ami de longue date, le rappeur et poète canadien Cadence Weapon. À écouter la nuit et/ou dans le silence.

Bad Dylan vous souhaite la bienvenue dans une grave maladie ou dans un signe astrologique de personnes nées entre le 21 juin et le 22 juillet.

L’artiste montréalaise Ada Lea (aka Alexandra Levy), présentera son premier album what we say in private le 19 juillet via Next Door Records/Saddle Creek. Voici l’extrait what makes me sad. Ça nous rend pas tristes.

Élégie présente Affects, une chanson qui parle des sentiments de base qui tapissent nos vies quotidiennement. Ça sera sur un album automnal, mais il sera également possible de l’écouter durant les autres saisons.

Secret City va drop le nouveau Leif Vollebekk le 1er novembre. Hot Tears vous fera pleurer de joie en attendant.

Have You Met Elliott? Et Hélène Barbier? Nous oui.

Ce plan séquence d’Alexandre Richard, produit par Soufiane Benrqiq et Maxime Potvin n’est pas si loin du plan séquence de Podz dans 19-2, mais le sujet est différent.

Leif Vollebekk comme au cinéma

Dans le cadre de Pop Montréal, Leif Vollebekk nous proposait vendredi son propre film. Au Cinéma L’Amour, il a offert à son public une prestation hors des normes de l’endroit. «Je n’ai pas ce qu’il faut pour être ici», dira d’ailleurs Leif en faisant référence aux bassesses que l’on peut normalement observer sur l’écran géant qui, en cette soirée spéciale, nous montrait plutôt un gros plan de son visage et de ses mains sur le piano.

Cinéma L’Amour/Photo: Élise Jetté

Si les gens qui arrivent au Cinéma L’Amour savent normalement exactement à quoi s’attendre…

À quoi s’attendre/Photo: Élise Jetté

… il ne faut pas arriver au spectacle de Leif Vollebekk avec une idée précise en tête. Les choses ne s’y passent jamais tel que prévu. Dans un spectacle de Leif, on ne peut pas attendre NOTRE toune, n’osons jamais penser à un show où l’on enchaîne du début à la fin les chansons de son dernier album dans l’ordre. Pour faire un parallèle juste entre la fonction régulière du Cinéma L’Amour et le show de Vollebekk: c’est comme si tu t’en allais en date avec quelqu’un à qui t’as laissé choisir le film. Tu dois t’attendre à tout et n’importe quoi sinon tu vas être déçu.

Avant le show, une petite tournée des lieux nous permet de voir la boîte à suggestions qu’on a eu le plus envie d’ouvrir de toute notre vie.

Suggestions/Photo: Élise Jetté

Comme dans tous les cinémas, il y a du popcorn…

Popcorn/Photo: Élise Jetté

… et une boîte de recyclage de canettes où on nous demande de ne mettre rien d’autre. Ici, c’est la seule place où on est vraiment curieux de savoir c’est quoi les autres affaires que les gens y ont mises.

CANS ONLY/Photo: Élise Jetté

Il y a aussi un téléphone, parce qu’un cinéma porno, c’est vraiment un endroit où t’as envie d’appeler tes proches.

Appelle ta mère/Photo: Élise Jetté

Le spectacle commence donc, casualy 35 minutes en retard (Pop Montréal style) avec une première partie difficile à décrire. Alexia Avina n’est pas l’artiste que tu veux avoir comme première partie. Bien que sa musique soit envoutante, à 23h, quand t’as ta semaine dans le corps, se faire envouter, c’est un peu se faire endormir.

Assise en indien au sol, personne ne peut la voir et elle enchaîne ses pièces sans qu’on comprenne qu’elles sont finies tellement elles sont collées. Une voix vaporeuse se mêle à la guitare pour devenir un chant de secte ou d’exorcisme. Une chose est certaine, bien assis dans les sièges de cinéma à la propreté douteuse, 3 spectateurs sur 4 récupèrent leur sommeil du dernier mois. Malgré tout, je suis certaine que dans un autre contexte on peut s’y plaire. Dans un spa, chez l’ostéo, avant le dodo, etc.

Une berceuse/Photo: Élise Jetté

Au moment où Leif arrive sur scène, il est passé minuit et certaines personnes sont déjà parties se coucher grâce au somnifère à la première partie. Vollebekk nous fait alors son cinéma, déconstruisant chacune de ses chansons jusqu’à nous amener à un point où on se demande si on connait cette fameuse pièce qui joue pourtant en boucle dans notre iPhone depuis deux ans.

Peut-être qu’il participe toute l’année au défi 5-30, car il livre chaque chanson avec de grands mouvements d’épaules propres aux routines de Zumba. Assis au piano, il est plus actif que plusieurs personnes que j’ai déjà croisées au gym.

Leif Vollebekk/Photo: Élise Jetté

Ne se contentant pas de ses propres oeuvres, dans son cinéma, Leif projette aussi Love de Kendrick Lamar, I Try de Macy Gray et Hey, That’s No Way to Say Goodbye de Cohen enchaînée magnifiquement avec sa Telluride.

Leif Vollebekk/Photo: Élise Jetté

Si t’étais venu pour entendre le premier album de Leif, 1- T’as rien compris 2- T’es sorti déçu, mais t’as vu un film que tu ne reverras jamais. Parce qu’au Cinéma L’Amour, t’as 4 nouveaux pornos par mois, mais un seul et unique Leif Vollebekk.

Cinéma L’Amour/Photo: Élise Jetté

Le buffet : Oktoplut pivote comme un méchoui

Chaque lundi mardi mercredi (?!), on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

Les covers de toune, ça, on connait. Mais les covers de clips? Avec leur reprise de Time Stand Still de Rush, on a tout pour croire que la vidéo pour Le calme pivote d’Oktoplut est une oeuvre visionnaire.

Leif Vollebekk affirme que l’inspiration pour Into The Ether lui est venue en nageant au YMCA. L’absence de gars de construction et de monsieur en cuir dans ce clip nous fait nous questionner vis-à-vis cette affirmation.

On n’est pas encore certain de l’intention de Jean-Michel Blais concernant son album Dans ma main. Jusqu’à preuve du contraire, c’est un hommage au fameux J’ai un oiseau dans ma main de Passe-Partout, mais en version beaucoup plus adulte et sans sosie de Jean Leloup. En fait, c’est pas pareil. Vous comprenez notre questionnement?

Si vous avez manqué l’écoute exclusive sur le site du VOIR, vous pouvez retrouver le premier EP de Garnotte ici même.

Convalescence de Boskorgï est probablement la description du mal de tête suivant une séance d’assemblage IKEA ainsi que son remède.

Abordez le froid qui revient sans cesse avec les impératifs relevés par Vaero dans son nouvel extrait.

Expatrié britannique à Montréal, Sam Tucker présente Powder Fame, son premier extrait chez Audiogram.

TOUT ce que Feu à volonté vous a appris en 2017

2017 a été une grosse année de musique pour Feu à volonté. En tant que rédactrice en chef, ce qui m’a le plus marquée cette année, c’est que personne ne se soit enchaîné à la marquise du Métropolis pour empêcher Telus d’envahir les lieux mythiques. Hormis de l’étonnement, la musique d’ici m’a fait ressentir de nombreuses émotions durant l’année, notamment de la joie. J’avais envie de vous partager mes affaires préférées de l’année. Les voici.

Une excellente photo de l’équipe de FAV

Je pense qu’il est assez clair que FAV aime faire les choses à sa manière. Mes collaborateurs excellent dans l’art de vous raconter un spectacle en vous parlant de ce que le monde buvait ou en vous expliquant que les toilettes étaient sales. Parmi mes propres découvertes de l’année, je suis assez fière d’avoir participé à la vague d’amour de Klô Pelgag pour les sandwichs aux oeufs et d’avoir fait de ma grand-mère une star du web dans le cadre du GAMIQ.

J’ai adoré ma virée au Beach Club avec Marielle où l’on a notamment appris que la Pepito Sangria était la boisson tendance de l’été. J’ai aussi eu beaucoup de fun avec elle quand nous sommes allées constater la passion de Lydia Képinski pour les retards et l’amour foisonnant d’Antoine Corriveau pour le fromage.

J’ai apprécié la précision du texte de ma comparse qui est allée constater les résultats de la campagne de socio-financement d’Annie Villeneuve. Du grand journalisme d’enquête.

J’ai capoté sur les photos psychédéliques de Maxime qui a rencontré Le Bleu. J’ai vraiment apprécié que Mathias compare Radiant Baby à un croisement entre les Vengaboys et Depeche Mode.

Je me suis inclinée bien bas devant la capacité de Catherine à élaborer des questions jeux de mots sur le FORT avec C-drik.

Jonathan nous a décrit à merveille l‘ovni qu’est Jacques Greene, Mathieu Catafard a rencontré Martin Matte au show de Fred Fortin et Julien nous a exprimé son amour pour Yes Mccan.

Je n’ai plus jamais fait mon épicerie de la même manière après avoir lu le compte-rendu de Laurence après son périple chez Costco avec le couple à la tête du Festival SOIR. «Les amoureux s’enlacent alors dans l’allée du quinoa», fait partie de mes citations préférées de l’année.

François a assisté à L’Osstidtour pour entendre entre autres: «Claude Bégin, c’est comme les bobettes d’Alaclair Ensemble. On le voit pas, mais on sait qu’yé là». Du génie!

Etienne nous a nommé l’amour de Mort Rose pour le poulet portugais et il nous a expliqué pourquoi Kaïn et Big Brave avaient fait à peu près le même album cette année.

Alexandre nous a fait connaître encore un nouveau disquaire local et il nous a appris que Loud adorait les canards.

Mathieu Aubry nous a expliqué les effets d’un pad thaï sur un show de Caravane et, comme plusieurs, il est tombé amoureux de Rosie Valland. Mathieu Aubre, qui n’est pas le même humain que Mathieu Aubry, est devenu roi dans l’art de rentrer dans un festival sans payer quand on nous refuse des accréditations. Merci Mathieu.

Finalement, le consensus éditorial de FAV a regroupé les meilleurs albums locaux de l’année. C’est ici:

TOP FRANCO 10 à 1

TOP FRANCO 20 à 11

TOP ANGLO 10 à 1

TOP ANGLO 20 à 11

Je vous laisse avec les choix de mon équipe devant l’éternelle question: C’est quoi TA toune de l’année?

Je vous ai même mis la playlist Spotify parce qu’il parait que, dorénavant, il n’y a qu’une chose qui en connait plus sur toi dans la vie que tes propres parents et c’est Spotify:

Vénus – Peter Peter

D’une efficacité sans merci, Vénus est mon petit plaisir coupable. D’autant plus que la chanson débute avec le miaulement d’un félin. J’en suis presque à apprécier mes (trop) nombreux échecs amoureux.

– MATHIEU AUBRY

Keep It Real (feat. Jesse Mac Cormack)Cri

La toune que j’ai le plus écoutée en 2017 s’adonne aussi à être la toune que j’ai le plus utilisée en dj set cette année. Je catche toujours pas comment ils ont fait pour écrire un aussi gros banger sans faire un buzz international…

– MATHIEU AUBRE

EncéphalineLes Louanges

On peut être naïf sans pour autant être immature. Ici, Les Louanges nous fait traverser la porte et nous fait sentir comme Madonna en 1984, comme une vierge touchée pour la première fois. Tout ce qu’il faut pour retomber dans cet état de grâce, c’est la guitare et la voix de fausset de Vincent Roberge. Un ver d’oreille en velours.

– ETIENNE GALARNEAU

Primitif – Mon Doux Saigneur

Il mélange poétisme, sarcasme humoristique et harmonies qui font planer au-dessus de l’hiver ou du désert; le choix est à nous.

– MARIELLE NORMANDIN PAGEAU

La joieEman & Vlooper 

L’album au complet est insane, mais fallait j’en choisisse une donc j’ai pris celle qui dure 4:20… pis aussi celle que j’aimais le plus.

– FRANÇOIS LARIVIÈRE

L’amour le jourWizaard

Une reprise de Le Couleur. La meilleure prod de l’année selon moi.

– MATHIAS BP

56 KLoud

L’art d’annoncer avec une subtile arrogance qu’on s’en va conquérir la francophonie. En plus, le tout est livré sur un beat dansant qui, sur papier, a des affinités avec les effluves reggaeton de 2006, mais qui tire finalement son épingle du jeu avec brio et modernisme. Exploit notoire!

– ALEXANDRE DEMERS

La femme flammeMort Rose

Parce que ça raconte la plus belle histoire d’amour sur Terre, autrement dit, la mienne. (Bien oui, j’ai osé!)

– LAURENCE GODCHARLES

AlphabetPierre Lapointe

Autant de références en quelques minutes auraient pu alourdir la pièce, pourtant c’est un des moments les plus puissants et amusants de l’album, Lapointe m’a agréablement étonné avec son alphabet.

– JULIEN ST-GEORGES TREMBLAY

Tallahassee – Leif Vollebekk

L’album sorti en février m’a scié les deux jambes. Cette chanson en simple sortie en surprise en octobre m’a achevée. Je ne connais pas plus grande douceur que celle de Leif.

– ÉLISE JETTÉ

Aussi, on parle jamais de musique out of Québ, sur FAV, et j’en suis fière. Québec FTW, mais j’ai quand même fait une playlist de 100 pièces qui regroupent tout ce que j’ai le plus aimé au monde dans ce qui est sorti en 2017.

Si jamais ça t’intéresse:

Bonne année!

TOP 2017 ANGLO/INSTRU positions 10 à 1

Le temps est venu de revenir sur les meilleurs moments musicaux de 2017! On reviendra pas sur notre week-end au FME; on s’en rappelle pas. Voici nos 10 albums anglophones/instrumentaux locaux préférés de l’année. C’est en ordre décroissant pour faire durer le plaisir!

 

10 Godspeed You! Black Emperor – Luciferian Towers

Un monument de la musique qui parle de péter des monuments du diable, aka le capitalisme, c’est quelque chose qui me rejoint. GY!BE réussit ici à renouer avec ce qu’il faisait de mieux au début de sa longue et prolifique carrière pour offrir une œuvre profonde et actuelle. (MATHIEU AUBRE)

9 MODLEE – Queendom

Queendom, c’est un cocon soul confortable qui n’a comme principal défaut que d’être plutôt court. Complicité, bonnes vibes, voix envoutante de la reine du Alaclair High… cet univers était fortement en demande au Québec. Le plus grand génie de l’année dans le hip-hop québ est sûrement celui qui est le plus discret: VLooper a montré avec ses différents projets la force de frappe unique d’une unité familiale. Réchauffez-vous ici, tout le monde est bienvenu. (ETIENNE GALARNEAU)

8 Land Of Talk – Life After Youth

Merci au père Noël pour la fin de la pause (de sept ans) d’Elizabeth Powell, élément central de Land of Talk. S’étant occupée de son père malade pendant les dernières années, elle a révélé avec Life After Youth la liste des forces qui émanent des moments difficiles. Indie pop avec un groove rock extrêmement riche, sa musique s’impose comme quelque chose dont on a besoin. (ÉLISE JETTÉ)

7 Mac DeMarco – This Old Dog

Ce vieux chien aura pris deux ans avant de nous revenir avec un album qui nous fait dire «thank god Another one, Salad days are gone». Autant nous avons droit au bon vieux Mac sur certaines pistes, autant nous apprenons à en découvrir un nouveau sur d’autres. Serait-ce causé par le soleil de la côte ouest américaine? Peu importe, cette récente maturité musicale promet pour la suite des choses. (FRANÇOIS LARIVIÈRE)

6 Kid Koala & Emiliana Torrini – Music to Draw to: Satellite

Les artistes dans l’âme sont invités à sortir leur kit de crayons de feutre odorants lors de l’écoute de ce nouvel album du producteur/DJ Kid Koala. Désormais bien avancé dans sa carrière, le fiston de mammifère australien propose une œuvre douce, épurée et atmosphériquement au point, misant sur la finesse et l’élégance des productions variées. C’est un coup sûr de 2017. (ALEXANDRE DEMERS)

5 Beyries – Landing

Pureté, sensibilité, vécu, famille, amour: l’album de Beyries me donne non seulement tous ces mots en tête, mais il me donne aussi l’impression que je suis dans un champ de maïs, le vent dans les cheveux et sur le visage, contemplant la vie qui passe trop vite. On n’a qu’une chose à dire à Beyries: Merci. (MARIELLE NORMANDIN-PAGEAU)

4 Planet Giza – Détour: Zayad City

Un EP pour tous ceux qui ont déjà voulu faire du breakdancing, mais qui écoutent plus souvent de la house. En plus, le trio n’hésite pas à tremper ses sonorités trap dans une sauce brésilienne ou un griot de Kompa.  (JULIEN ST-GEORGES TREMBLAY)

3 Pierre Kwenders – MAKANDA at the End of Space, the Beginning of Time

Lorsqu’il n’est pas en train de s’emporter dans son side-projet Abakos aux côtés de Dear Denizen, Pierre Kwenders prend le temps de s’éclater sur ses projets solos (ou alors il cherche comment il pourrait trouver un titre d’album encore plus long que le précédent). C’est précisément ce qu’il a fait sur ce deuxième projet en solitaire alors qu’il continue de surfer sur ses expérimentations électroniques avec brio. Les productions étant assurées par Tendai Maraire de Shabazz Palaces, l’efficacité rejoint la force créatrice sur ce projet qui sent ben ben fort la réussite. (ALEXANDRE DEMERS)

2 Leif Vollebekk – Twin Solitude

En entrevue, Leif m’a dit qu’il avait pris toutes les décisions concernant son nouvel album en se demandant «does it feel good?» La réponse est oui, Leif. TOUTE feel good sur Twin Solitude. Sa nouvelle démarche de création est vraiment pure et, définitivement au plus près de lui. Toutes les pièces sont assez vagues pour nous laisser imaginer tout ce que l’on veut, mais assez précises musicalement pour que l’émotion se rende à nous en passant par la grande porte. (ÉLISE JETTÉ)

1 Heat – Overnight

C’est l’album qui a le plus joué dans mon char cette année. La seule raison pour laquelle il ne joue plus, c’est que j’ai mis le CD dans le mauvais boitier et je ne le trouve plus. Ainsi, chaque fois que j’ouvre la pochette d’Overnight, je me retrouve avec le CD d’Eman & Vlooper. C’est l’fun pareil, mais toujours un peu triste. Je persiste et signe que la chanson Lush me semble être un cover d’une toune des années 80. Je n’ai pas encore réussi à mettre le doigt dessus, mais l’impression de déjà-vu me mystifie depuis un an (écrivez-moi si jamais vous savez). Je sais pas quoi faire. Un excellent premier album complet pour le groupe qui est vraiment sur son X et sur son son. Y’a deux choses dans la vie dont je ne me tanne jamais: manger du fromage et la voix de Susil Sharma.

(ÉLISE JETTÉ)

VOYEZ LES POSITIONS 20 à 11

 

À venir sur FAV:

TOP 2017 FRANCO positions 20 à 11 – lundi 18 décembre

TOP 2017 FRANCO positions 10 à 1 – mardi 19 décembre