TOP 2019 ANGLO/INSTRU positions 20 à 11

Fin d’année = renouveau. Greta Thunberg, notamment, doit se dire que 2019 lui a pas mal soufflé dans l’dos et que 2020 is the one. Nous autres, nos psychologues sont d’avis qu’on vit dans le passé. On n’est pas rendus à la nouvelle décennie. Voici donc la belle musique qu’on a vue naître en 2019: Les positions 20 à 11 de nos albums/EP anglophones et instrumentaux préférés de l’année.

20 Men I Trust – Oncle Jazz

«C’est quoi qui joue en ce moment?», moi de demander à ma coiffeuse lors de ma dernière séance de trim, pour me rendre compte par la suite que c’était l’album Oncle Jazz. C’est vaporeux. C’est doux. C’est planant. C’est de chez nous, bâtard! Emma Proulx chante peut-être dans la langue de Shakespeare, mais ça vient de chez nous ça, Men I Trust! Tokébak icitte! On a de quoi être fiers, parce que la musique de ce groupe qui a pris racine à Québec, mais qui a désormais pignon sur rue à Montréal, rayonne bien au-delà des frontières de la belle province. I drink to that! (ÉMILIE PELLETIER GRENIER)

19 Hanorah – For the Good Guys and the Bad Guys

Hanorah est la nouvelle venue de l’année de la scène anglo. Elle a lancé au printemps son EP For the Good Guys and the Bad Guys, où elle chante pour guérir ses traumatismes passés. Et ça s’entend dans sa voix: ça te rentre dedans comme une chaise en pleine face quand tu t’y attends pas. Hanorah chante tantôt sa colère sur des chansons full-band groovy, tantôt se rend vulnérable sur des chansons guitare-voix. C’est en somme du soul puissant et authentique. J’attends impatiemment un album complet à venir. (SARA-DANIELLE FAUCHER)

18 BIG BRAVE – A Gaze Among Them  

Difficile de décrire les émotions vécues lors de la première écoute de A Gaze Among Them mais je peux vous assurer que ça se bousculait en dedans. Ce quatrième long jeu de la formation montréalaise présente un parfait équilibre entre les ambiances lourdes et la voix merveilleuse de Robin Wattie qui nous permet d’apprécier pleinement l’expérience. Entre montées post-rock, guitares saturées et batterie tonitruante, la voix de la chanteuse s’immisce et nous offre des moments de pure beauté dans un chaos musical savamment organisé. Ça brasse en dedans et ça fait le plus grand bien!
(NICOLAS SIMARD)

17 Mike Shabb – Gloom

Il n’y a pas si longtemps, le jeune Shabbo est arrivé sur la scène rap Québ de façon aussi frappante qu’une grosse puff de backwood! Parlant de bon buzz, il est important de mentionner le changement de vibe plus chantée et mature de son nouveau projet, marqué entre autres par son trip à Los Angeles où il est notamment allé rejoindre le bon vieux Nate Husser. Le fait de s’associer à nouveau avec VNCE CARTER ajoute une kush de plus à la qualité de GLOOM. Bref, un Big Bang de bons sons! (FRANÇOIS LARIVIÈRE)

16 Hologramme – Felicity

Le «piu piu» bien exécuté. Voilà ce qu’est Hologramme. Entre autres choses, entendons-nous. La proposition musicale de Clément Leduc (compositeur et réalisateur) est riche et bien ciselée. C’est notamment Berlin qui a inspiré à Clément les sonorités présentes sur Felicity. Hautement cinématographique, le disque se vit comme un mini film où le protagoniste principal vit une saprée bonne soirée en boîte. Effets lasers en sus. (ÉMILIE PELLETIER GRENIER)

15 Leif Vollebekk –  New Ways

Qu’y a-t-il dans la voix de Leif Vollebekk pour nous faire sentir aussi bien? Il se situe dans une courte liste de personnes qui, chaque fois qu’elles sortent un album, on est est stressés parce qu’on a peur de ne pas aimer ça autant que celui d’avant, tellement il était bon. Sa façon de constamment se renouveler sans perdre son essence est un don qui fait de lui un génie. Qui ne l’a jamais vu s’exécuter au piano comme s’il dansait remédie immédiatement à la situation. (ÉLISE JETTÉ)

14 Safia Nolin – xX3m0 $0ng$ 2 $!nG @L0nG 2Xx

Quoi de mieux pour accompagner son automne qu’un bon album de covers emo par Safia Nolin, question de revenir en secondaire 3 le temps de quatre chansons? Pas grand-chose, parce qu’avec sa façon de réinventer les classiques de Paramore, My Chemical Romance, Taking Back Sunday et Billy Talent, ça te permet de revisiter les émotions de ton adolescence avec une toute nouvelle approche pis de te dire qu’après tout tu es peut-être encore un peu emo… (ELISABETH MOTTARD)

13 Anemone – Beat My Distance 

Cet album est sorti au début de l’hiver avec un souffle d’été au coeur de lui. Comment ne pas se sentir bien au chaud quand défilent les chansons dansantes de Chloe Soldevilla? Son groupe maîtrise la pop autant que l’énergie joviale issue d’une autre époque. Si jamais ton party lève pas pendant les Fêtes, tu sais quoi faire. (ÉLISE JETTÉ)

12 Dominique Fils-Aimé – The Red 

Le dernier EP de Dominique Fils-AiméThe Red, est comme un beau cadeau que l’on développe tranquillement pour en savourer chaque instant avec le plus grand bonheur. Sa voix chaleureuse met bien en valeur ses mélodies toujours aussi efficaces. The Red a un son beaucoup plus rétro que les précédents albums de la chanteuse, laissant place à toute la pureté de ses interprétations. Si l’envie vous prend de sortir votre soul vous aussi, le EP comprend également les versions instrumentales de deux chansons, question de se prendre pour une reine du jazz le temps d’un karaoké suave ou tout simplement d’apprécier la profondeur de l’instrumentation. (ELISABETH MOTTARD)

11 Les Shirley – Les Shirley

Ce premier EP du trio Les Shirley nous rappelle que la pop-punk n’est pas morte et qu’on s’ennuyait de ça peut-être un peu plus qu’on le croyait. Chaque chanson a l’effet d’une claque au visage grâce à l’énergie débordante et le plaisir contagieux que semblent avoir les trois filles à jouer ensemble. Les mélodies sont empreintes d’une certaine nostalgie pour l’époque où on tripait solide sur Yellowcard pis Good Charlotte et cette réactualisation du style nous donne bon espoir pour la suite de l’aventure. Vive Les Shirley! (NICOLAS SIMARD)

LISEZ AUSSI SUR FAV: 

À VENIR SUR FAV: 

Le buffet: Hologramme et la nourriture bien réelle

Chaque semaine, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

Ayoye, vous savez pus où prendre vos découvertes musicales du lundi maintenant qu’on a quitté le marathon des Francouvertes?

Ben correct. On va commencer avec ceci ici: Y’a d’abord Hologramme qui revient avec un nouvel album ce printemps. Voici le premier extrait.

Y’a aussi Charles Robert qui veut nous faire Valser. Envoyez-le pas valser, laissez-lui plutôt une chance.

Et en formule voyage, Philémon Cimon vous fait découvrir Saint-Joseph-de-la-Rive avec son album PAYS, bien plus qu’un simple passage obligé pour aller à L’Isle-aux-Coudres.

Très flyé: le nouveau clip de Fanny Bloom, où on voit de l’oxygène dans la maison et des pieds en lévitation qui ne touchent plus par terre. Est-ce secrètement un clip pour Ça fait rire les oiseaux??

Bon, ok, y’aura quand même un peu de Francouvertes ici, parce que Dear Denizen donne une perfo en qualifications et, Allez-hop! Le voici en demi-finales.

OUMF 2017 : un beau party hip-hop sur Saint-Denis

Sans être la plus surprenante de son histoire, la programmation 2017 du OUMF reste particulièrement intéressante de par la variété qu’elle offre. Ceux qui n’auront pas fait beaucoup d’autres festivals cet été trouveront le moyen d’y faire des belles découvertes.

Ce midi, le Bordel Comédie Club accueillait le lancement de programmation de l’édition 2017 du festival officiel de la rentrée: le OUMF. Avec du mimosa et des bouchées, c’est sûr qu’un pauvre pigiste comme moi n’allait pas manquer l’occasion. Je ferais tout pour de la bouffe gratuite. Y compris écouter quarante minutes de conférence de presse peu rythmée.

Hormis les nombreux présentateurs accueillis par Sébastien Nasra, président et fondateur d’Avalanche Productions, qui coorganise le festival, les journalistes et partenaires présents ont également eu droit à une brève prestation de Bad Nylon. Les deux chansons jouées m’ont permis de prendre un peu le pouls du groupe, que je n’avais pas revu en show depuis un peu plus d’un an, soit avant leur gros changement de line-up. Le résultat est pas mal différent, mais je compte les voir dans une formule de spectacle complet avant de critiquer. Ce sera donc un rendez-vous le 8 septembre prochain.

Sinon, pour ce qui est du line-up plus directement, parce qu’on le sait bien que c’est ce qui vous intéresse au fond, et non pas mes états d’âme: la diversité sera au rendez-vous, même si le hip-hop reste dominant.

Le OUMF répartira ses activités musicales sur trois scènes, et je vous invite surtout à surveiller la scène Fido. La soirée du 7 septembre sera sous le signe du rock, avec The OBGM’s, Fred Fortin, Les Deuxluxes, Les Hay Babies, Gulfer, Hoan et Anémone.

Le 8 septembre sera plus hip-hop et accueillera les deux grosses têtes d’affiche sur une même scène, soit DJ Windows 98 (Win Butler d’Arcade Fire) et DJ Yella (ex NWA). On pourra aussi voir et entendre, notamment, Ragers, Grandbuda, Bad Nylon et Hologramme.

Le 9 septembre oscillera encore une fois entre hip-hop et électro, en recevant sur les diverses scènes de la rue Saint-Denis, Koriass (qui sera peut-être là ou pas), Eman x Vlooper, Ryan Playground, Radiant Baby, Shash’U et Men I Trust.

Ajoutez à tous ces concerts des activités d’art de rue, des jeux et du sport et vous vous retrouvez avec un beau programme bien chargé. Notons d’ailleurs qu’une activité d’initiation au quidditch sera présentée par le Cégep du Vieux-Montréal samedi le 9 à midi. L’évènement de la rentrée pré-OUMF aura lieu le 24 août avec Paupière.

Pour tous les détails sur l’édition 2017 du OUMF, on vous invite à visiter leur site web officiel juste ici.

Beat Market + Hologramme : consécration électronique

Vendredi soir avait lieu un des évènements musicaux les plus courus en ville. En format programme double, les Montréalais de Beat Market et d’Hologramme allaient mettre le feu (au sens figuré bien sûr!) chacun leur tour au dynamique et très branché Centre Phi.

Organisé par le Centre Phi dans le cadre d’une mise en vitrine du talent local, cette soirée haute en synthétiseurs et en effets lumineux s’annonce comme un évènement incontournable du nightlife électronique. C’est par un redoux printanier un peu hâtif que nos divins sauveurs vont installer leur équipement pour défoncer la face d’un public friand du style!

BeatMarketCentrePhi-580
Photo: Alexandre Demers

Dès notre arrivée, les grands écrans lumineux du Centre Phi nous confirment qu’on s’en vient voir un show haut en couleur et en surprises. Pour les amateurs de bouchées, il est important de préciser qu’il n’est pas question de Eat Market mais bien de Beat Market. C’est à s’y méprendre. Ce sera la nutrition par les oreilles ce soir.

BeatMarketCentrePhi2-580
Photo: Alexandre Demers

A l’intérieur de la salle, les préparatifs de la soirée vont bon train. C’est le coloré Fonkynson qui s’occupe du dj set pendant que les convives font leur entrée une par une. Les beats de funk s’entrechoquent et s’empilent tandis que le bar gagne en popularité. On se dégourdit les jambes comme on peut. La table est mise pour le reste de la soirée!

HOLOGRAMME

C’est par le biais d’une introduction saisissante d’effets visuels évolutifs multicolores que les membres d’Hologramme font leur entrée. Grâce à leur son indie électro rock pertinent et percutant, la troupe conquit les amateurs dans la salle en quelques secondes. Avec leur efficacité musicale déconcertante, ils parcourent les pièces de leur album homonyme, tout en prenant soin d’y ajouter quelques inédits.

Sur le parterre, les hochements de têtes et les déhanchements sont rois! Les morceaux judicieusement mariés aux effets technologiques stroboscopiques en mettent plein la vue. En espérant que les épileptiques sont dehors en train de fumer.

C’est avec fierté qu’ils annoncent qu’il y a un an, jour pour jour, ils faisaient leur premier show. Maintenant, ils font danser le Centre Phi! C’pas rien ça!

BeatMarketCentrePhi-Hologramme-580
Photo: Alexandre Demers

Parmi les cadeaux de la soirée, la talentueuse La Bronze vient prendre place au sein d’Hologramme pour interpréter une nouvelle pièce qu’on retrouvera sur le prochain album. Celle-ci sait prendre ses aises sur plusieurs styles et donne efficacement vie au morceau surprenant, mais toujours dansant. Son dynamisme, sa voix de feu et même ses steppettes ont eu raison du public qui en aurait pris davantage. Good job!

BeatMarketCentrePhi-HologrammeBronze-580
Photo: Alexandre Demers

Tant qu’a y être, un autre petit cadeau d’Hologramme : Snail Kid et Jo RCA de Dead Obies viennent à leur tour faire lever le party. Frais et dispos après le lancement de leur nouvel album la veille, les deux emcees se sont montrés très énergiques pour interpréter POV, nouveau single sorti sur les internets tout récemment. Le flow décapant des deux rappeurs rehausse les trames électros endiablées du morceau. Deux énergies qui se complètent à merveille.

BeatMarketCentrePhi-HologrammeRCA-580
Photo: Alexandre Demers

BEAT MARKET

Après l’excellente performance d’Hologramme (et invités spéciaux), on est prêts pour le plat principal de la soirée. Les lumières se tamisent à nouveau, l’éclairage vire au rouge. Les gars de Beat Market, Louis-Joseph Cliche et Maxime Bellavance, prennent place respectivement derrière le synthétiseur et la batterie.

Même si on a affaire à de l’électro, le duo nous présente une expérience analogue épatante grâce à son équipement et son talent, bien sûr! Tour à tour, les morceaux de l’excellent Sun Machine défilent les uns après les autres, au plus grand plaisir du public qui entre pratiquement en transe. Une véritable orgie de cymbales, de clés et de faisceaux lumineux. La foule en redemande!

BeatMarketCentrePhi-set-580
Photo: Alexandre Demers

Non seulement on est bombardés de pièces coup-de-poing de leur dernier projet, mais en plus, le drummer nous annonce qu’ils ont quelques invités pour poser leur voix sur quelques morceaux. Ceux-ci sont des amis du groupe, mais aussi d’ex-collaborateurs qu’on risque d’entendre sur le prochain album de Beat Market. C’est sur un high définitif et les cris de la foule que nos maîtres de la soirée closent le set. Boom!

BeatMarketCentrePhi-set2-580
Photo: Alexandre Demers

La soirée au Centre Phi aura été un succès fort en synthétiseurs, menée de main de maître par les deux hôtes, Hologramme et Beat Market. Enthousiastes et armés d’un set solide sans failles, ils auront fait danser une salle comble chacun leur tour. Gros props à l’organisation!

L’électro créatif et endiablé de Beat Market sera de passage au Cercle de Québec le 31 mars, avant de s’envoler pour la France en avril. Si tu veux te rattraper avant le décollage, tu sais où te rendre!

Les membres d’Hologramme, quant à eux, préparent la mise en œuvre de leur prochain album qui devrait paraître quelque part cette année. Garde les doigts croisés!

Le buffet : Rosie Valland dans une salade de fleurs comestibles

Chaque lundi au matin, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine dernière. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

buffetrosie
Photo de Rosie Valland sans la salade: LePetitRusse

Rosie Valland nous a fait un belle surprise: un nouveau EP de 5 pièces après un album généralement adulé par la critique l’automne dernier. Ça s’appelle Nord-Est, pis c’est beau.

Laura Sauvage présente un premier extrait de son album Extraordinormal, à paraître le 25 mars.

Une nouvelle toune de Hologramme avec les boys de Dead Obies Joe Rocka et Snail Kid.

Toute qu’un retour après 9 ans d’absence. Les Goules nous offrent un nouvel album sous l’étiquette Duprince.

Paralyzer nouvel extrait de l’album Hold/Still de Suuns à paraître le 15 avril chez Secret City Records

Rouge à lèvres, première toune du projet solo de Julien Déry de Mauves. Ça donne le goût de se maquiller.

Voici un EP de 1 toune par Oktoplut.

Enfin disponible: le premier album solo de Marie-Eve Roy.

On attend avec impatience l’album de reprises (d’elle et d’autres et le La Patère rose) de Fanny Bloom. Ce premier extrait est full beau.

Le Volume 2 de Bolduc Tout Croche sortira le 25 mars. Un extrait en attendant:

Hologramme: détrôner Misteur Valaire?

Hologramme

Hologramme

Indépendant

***1/2

a2884121314_16

Je vous en avais déjà parlé: Hologramme fait du super travail. Un peu plus de deux mois après sa première performance live, le quatuor électro montréalais signe un coup d’éclat avec un premier album homonyme léger et dansant à souhait.

Alors que ma dernière chronique les chouchoutait pas mal, faut pas s’attendre à autre chose ici. J’attendais l’album avec beaucoup d’impatience, vu les performances convaincantes auxquelles ils ont déjà habitué leurs fans. Le résultat comble facilement les attentes, en plus d’être sorti juste au bon moment. Hologramme est un album estival à souhait, parfait pour vos partys piscine (#450much) et autres barbecues de ce monde!

Le groupe offre une musique super actuelle. Oui, on retrouve des éléments stylistiques des années 70 et 80, mais le rétro is the new black après tout. On s’en rend facilement compte rien qu’avec le single Upright* et son méchant gros solo de clavier qui nous ramène directement trente ans en arrière. Les univers sont changeants entre chaque chanson, mais on reste dans une sphère qui se situe à mi-chemin entre le funk de Misteur Valaire et les arrangements maîtrisés de DJ Champion. Le tout est super bien exécuté, le mix est intelligent et les transitions sont fluides. Points bonus parce que l’album, d’une durée de 35 minutes, s’écoute parfaitement en loop.

Avec d’aussi belles compositions (Nylon ou FAITH), on s’étonne: pour un groupe qui en est à sa première année chez les pros, la bande menée par Clément Leduc fait preuve d’un grand professionnalisme et d’une certaine maturité musicale. Déjà très courus, ils sont en train de se gagner une véritable réputation de géants dans le milieu électro québécois, façon Beat Market.

Pas de demi-mesures, donc, pour Hologramme. Le band signe un sans-faute dès le départ avec Hologramme, un premier album qui laisse présager de grandes choses pour la suite. Malgré tout, je vous invite à aller les voir en show, là où ils réussissent à relâcher encore plus d’énergie!

*À noter : pour moi, Upright, c’est un peu le Country de cette année!

Mission accomplie pour Hologramme

Le groupe synthpop montréalais Hologramme présentait mercredi son premier show en carrière au Divan Orange. Retour sur une performance haute en couleur.

Hologramme/Photo: Sansfaçons // Photographie et vidéos.
Hologramme/Photo: Facebook Sansfaçons Photographie et vidéos.

N’ayant sorti qu’un seul single en février dernier, la chanson Upright, le groupe s’amenait sur scène avec visiblement peu d’expérience. Il faut dire que les circonstances n’étaient pas en leur faveur: les techniciens de son avaient des problèmes dont le public n’a eu que très peu de détails. Ceci a amené les musiciens à devoir faire deux soundchecks en plus de commencer avec près de 45 minutes de retard. Rendu là, c’est plutôt l’organisation de la soirée qui serait à blâmer.

Malgré tout, le groupe a fini par monter sur scène dans les environs de 21 :45, se lançant directement dans le vif du sujet, sans salutations ou presque, pour un 30 minutes bien rempli. Avec une énergie réellement contagieuse et un talent certain, le groupe se met à attaquer ses chansons une à une, en prenant le temps, en saluant de temps à autres le public.

Bientôt rejoint sur scène par la chanteuse APigeon, qui a su ajouter une couche de sensualité au groove simple du band, Hologramme était loin d’offrir un set traditionnel, réussissant à transporter le public ailleurs, entre une discothèque des années 80 et le bar indie où l’on se trouvait à ce moment. Le public, visiblement charmé, a répondu à son tour avec une belle vague d’énergie et des acclamations ponctuelles, le plancher se transformant bientôt en piste de danse.

Hologramme était de loin plus performants que le groupe qui les suivait, Heartcopy, qui n’a pas aussi bien su composer avec les problèmes de console. Ouvrant la soirée pour la chanteuse électro Debbie Tebbs, qui allait monter sur scène après les deux premières parties, Hologramme a très bien su tirer son épingle du jeu, nous laissant présager de belles choses pour son premier album à sortir le 5 mai prochain, dans un party qui aura toujours lieu dans ce même Divan Orange. Un rendez-vous à ne pas manquer!