Kannibalen envahit Igloofest

Toujours à la recherche de nouvelles sensations, j’avais le goût d’aller à la rencontre du public de dubstep. Vous commencez à connaître mon amour pour les foules étranges et comprendrez donc mon excitation face au gros party de Kannibalen Records à Igloofest jeudi dernier.

Confession en commençant: je ne suis pas fan de dubstep personnellement, mais j’ai quand même un pas pire kick sur Black Tiger Sex Machine. C’est pas le groupe le plus inventif ou songé de l’histoire de la musique, mais leurs productions réussissent quand même à m’impressionner chaque fois que j’en écoute et c’est dans cette optique que je me pointe au Vieux-Port.

Encore une fois, la température est particulièrement clémente et il fait 2 degrés à mon arrivée. J’ai prévu le coup et me suis mis des bonnes bottes quand même, question d’éviter les nombreux trous d’eau du site. Pas facile, en effet, de bien vivre avec la petite neige fondante qui tombe, quoique c’est ben cute avec les lumières du festival.

Nate Husser/Photo: André Rainville

À mon entrée, je suis accueilli par un show de Nate Husser sur la petite scène. Le membre des Posterz, qui devait se produire en DJ set laisse tout de même une bonne place au rap, s’aventurant régulièrement du côté du chant par-dessus les pièces qu’il passe au public, encore maigre à cette heure. S/o aux douze gars sur le stage en même temps que lui qui servent plus ou moins à quelque chose.

Ma note: 6/10

Je reste quelques minutes avant de me diriger vers la scène principale, et plus particulièrement vers l’open-bar Saporo, qui laissera quelques séquelles chez les amis qui m’accompagnent. On arrive à temps pour attraper le début du set du Torontois Dabin. Signé chez Kannibalen, le musicien nous offre un habile mélange d’EDM, de dubstep, mais aussi de techno un peu plus rétro par moment. L’influence est frappante, surtout grâce au recours à quelques soli (le pluriel de solo comme nous l’aura appris Ariane Zita) de guitare bien sentis par-dessus quelques tracks.

De la même manière, le petit drum qui accompagne le DJ et sur lequel il fait lui-même ses drops live est bien utile. Le producer Game Genie Sokolov, avec qui j’assiste à la soirée, me dira bien apprécier, confirmant mon sentiment et annulant un peu ma légère honte ressentie face à mon appréciation de cette musique EDM. C’est bon l’électro, mais j’irai jamais sérieusement à Île Soniq mettons. Quoique… On s’en rejase cet été! 

Ma note: 7,5/10

 

Dabin qui drumme une sick drop/Photo: André Rainville

C’est ensuite Apashe qui vient prendre la relève. Le public, encore peu nombreux, commence à s’activer un peu plus devant la violence des beats du Montréalais, et je vois d’ailleurs survenir les premières tentatives de moshpits de la soirée. Le mélange de dubstep et d’influences un peu trap finissent quand même un peu par être too much pour moi. Parce que ça fesse pour vrai, et on ne laisse pas vraiment le temps à l’énergie de redescendre. Je vais finalement me réfugier un peu à l’intérieur de la zone Saporo, le temps de commander quatre bières gratis.

Ma note: 6,5/10

Et le moment que tous (pas tant de monde que ça, en fait, vu l’ampleur de la foule un peu décevante) attendaient arrive finalement: l’Église du robotique tigre noir sexuel (Black Tiger Sex Machine) se pointe sur scène. Bien qu’on puisse croire à un side-project de Galaxie avec le nom, c’est bien le trio dubstep à tête de gros chatons qui est là. Et ils ne dérougiront pas de tout leur set. Alternant entre des nouvelles productions tirées de leur album New Worlds à paraître le 3 mars prochain et des bons vieux classiques trash, les gars réussissent à bien faire danser les gens présents et à provoquer quelques segments de pogo, chose que je ne me serais jamais attendu à voir à Igloofest. Ajoutez à ça des projections réalisées spécialement pour le groupe et une bonne sono et on se retrouve avec une prestation solide et réussie.

Ma note: 8,5/10

Black Tiger Sex Machine/Photo: André Rainville

C’est finalement là-dessus que se conclut mon édition 2018 d’Igloofest. Si le festival le plus froid au monde l’était pas mal moins cette année, j’ai tout de même bien apprécié la programmation, toujours plus complète et attirante.

Le top 5 final des meilleurs sets que j’ai vus:

5. Jaymie Silk & Ouri, à égalité

4. Dabin

3. Bonobo

2. Black Tiger Set Machine

1. Tokimonsta

Le buffet : Pierre Kwenders et une orgie de bouffe d’astronaute

Chaque lundi mardi, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

Ok, ok. Tout le monde est pâmé sur le film de Black Panther qui sort en février et sur la mise en image dans un blockbuster de l’afrofuturisme. Sauf que notre Pierre Kwenders, lui, est dans le pré-futur avec son clip pour Makanda. Pensez à ça.

Folle collaboration entre Ponctuation et mon boy Frère Marie-Victorin avec Mon herbier du monde entier. Il y a un nouvel extrait ici.

C’est une grosse journée pour Joli-Bois aujourd’hui, parce que c’est le lancement de leur EP Quand les vents. On l’attendait, on l’a enfin. Jetez-y une oreille!

Il y a du neuf du côté de BELLFLOWER, qui part en tournée québécoise dès ce soir. Leur extrait Hold On donne le ton pour la suite des choses.

Oktoplut joue aux bums de cuir dans le clip pour Héros ou ennemi. Grosse prod et, surtout, une grosse commandite de Tim Hortons.

On le sait depuis longtemps, mais M.M. Crone persiste et signe: l’italo-disco, c’est la grosse affaire. Trémoussez-vous!

Quelle est la fixation entre les groupes indie rock, les prénoms et les marqueurs temporels? On a eu Etienne d’août par Malajube, puis maintenant Mardi d’Édouard par The Mexican Candies. On s’en plaindra pas, ceci dit. Ce ne sont que des hits.

Game Genie Sokolov justifie l’utilisation du mot GÉNIE dans son nom avec un remix vaporwave des annonces du magasin Dominion avec Fernand Gignac. Vous avez bien lu.

Le buffet : Barrdo parti sur tout un roadtrip

Chaque lundi, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

barrr 580

Barrdo, projet de PA (Poulet Neige, Fuudge, Lac Estion), propose un vidéoclip chamanique, psychédélique et qui appelle l’animal-totem caché en nous.

Les triomphants Infameux d’Alaclair Ensemble ont fait paraître un vidéoclip tourné au Club Soda lors des différentes itérations de l’Osstidtour.

Le Couleur prend d’assaut l’Internet avec son nouveau vidéoclip pour Premier Contact. On soupçonne son ambiance rétro-futuriste sexü d’avoir aidé à la fonte des neiges durant la fin de semaine.

En direct de l’Europe, Dead Obies propose un EP flirtant avec le cloud rap et le PBR&B, Air Max.

Pour toutes les Sarah lectrices de Feu à Volonté, vous pourriez vous sentir interpellées par le nouveau vidéoclip pour la chanson à votre nom d’Aliocha.

Gros funk en 8-bits provenant de Game Genie Sokolov, pour les fans de Mega Man et F-Zero.

En marge de son bouleversant spectacle de la fin de semaine dernière, le trio Dear Criminals propose un vidéoclip pour le titre Lone Ride, tiré de Nelly.

Dear Criminals – Lone Ride from Dear Criminals on Vimeo.

On se questionne peu au sujet de l’intégration des cuivres, du jazz et des musiques électroniques. La tubiste DJU répond non seulement à ces réflexions, mais surprend dans son exécution unique en son genre sur son album Fracas des racines, sorti vendredi.

Vidéoclip DIY et lo-fi pour l’auteur-compositrice-interprète Samuele et sa chanson La sortie, diffusé via les collègues du Voir.