Le buffet : Loud dans tes mimosas

Chaque lundi, on vous envoie la dose de nouveautés locales qui ont potentiellement passé sous votre radar la semaine passée. C’est un gros buffet à volonté avec plein d’affaires: servez-vous.

OJ580

Loud (sans Lary et une présence moins marquée de Ajust), a fait paraître un EP vendredi dernier, durant la nuit. Ce dernier suggère, dans sa pièce 56K, qu’il amène quelque chose de solide, mais débute son vidéoclip en se versant du jus d’orange, un liquide. Il va falloir s’entendre sur l’état de la matière.

Aimez-vous le clip de I Love You, I Don’t Love You, I Don’t Know de Lisa Leblanc? On pense qu’il n’y a pas à se poser la question trop longtemps.

Le premier extrait de Key West, le nouvel EP d’Adam Strangler, est paru pour nous mettre l’eau à la bouche avec ce nouveau son encore plus incisif.

L’envoûtant Philippe B nous fait languir d’ici la sortie de sa Grande nuit vidéo avec un deuxième extrait, Rouge-gorge, où il s’allie avec Laurence Lafond-Beaulne de Milk & Bone.

Grand départ pour Nous Étions livrant trois pièces qui feront partie de la compilation Eight Feet Under, à paraître le 1er juin. Cet album proposera huit groupes provenant de quatre pays différents.

Laisse aller est le nouveau single de la protégée d’Audiogram Sarah Bourdon. Une invitation vers un nouvel album annoncé comme celui de la maturité.

Électro-pop et paysages enneigés? Une formule de choix pour W3PLAY dans le clip Tomorrow.

Milanku, les hommes révoltés

Milanku

De fragments

L’œil du tigre

****

a0908977703_10

Malgré toute ma bonne volonté, j’ai toujours eu beaucoup de difficulté avec Albert Camus. L’ancien collégien en moi a pourtant toujours eu des affinités avec les existentialistes. J’ai accordé plusieurs chances au célèbre auteur algérien; La Chute, L’Étranger. Rien n’y fait. Le style m’apparaît simplet et moins riche que celui d’un Jean-Paul Sartre.

Ce sentiment représente également ma relation au groupe Milanku. Autant je me targue du blason de l’auditeur de post-hardcore et que je suis fier de notre scène québécoise, autant je préférais l’écoute de Black Love et autres Nous Étions. Je reconnaissais volontiers l’influence, la pertinence et la qualité du quatuor formé en 2006, mais le cœur n’y était pas.

Vous comprendrez que l’utilisation d’un échantillon sonore extrait d’une interprétation de la pièce Les Justes de ce cher Camus dans la chanson La Dernière porte, tiré du troisième album de Milanku, intitulé De Fragments, m’a jeté par terre. Est-ce qu’on trouverait enfin le parcours parallèle entre ces deux grands artistes?

L’album De Fragments porte bien son titre, en ce sens où chaque pièce, portant son propre univers, se distingue du matériel présenté dans les albums précédents par la troupe post-hardcore. Les titres sont généralement plus concis, s’éloignant de La Lenteur, à laquelle on doit le nom du groupe.

Jouant sur l’abrasif, avec On s’épuise, ou le plus contemplatif, avec Le labyrinthe, Milanku fait une réflexion sur la nostalgie et la beauté. Un post-hardcore qui évoque la beauté d’une ville fantôme, d’un souvenir en noir et blanc, d’une tempête de neige en pleine nuit qui bloque la circulation. C’est vicérale, c’est brute, c’est sale, mais c’est beau. Ces réflexions qui sont mises en écho par le dialogue entendu de Doba et Kaliayev.

« KALIAYEV, il rit.

Tu es si jolie, avec cette robe.

DORA

Jolie ! Je serais contente de l’être. Mais il ne faut pas y penser. »

Qui sont suivis, dans le texte original, par ceux-ci.

« KALIAYEV

Pourquoi ? Tes yeux sont toujours tristes, Dora. Il faut être gaie, il faut être fière. La beauté existe, la joie existe ! « Aux lieux tranquilles où mon cœur te souhaitait…

DORA, souriant.

Je respirais un éternel été… »

KALIAYEV

Oh ! Dora, tu te souviens de ces vers. Tu souris ? Comme je suis heureux… »

Si vous n’étiez pas au diapason avec l’album Pris à la gorge, De Fragments devrait vous faire faire la paix avec Milanku. Mais, pour le reste, Albert Camus m’est toujours aussi imbuvable…