Oublier le froid grâce à Super Plage

Super Plage a eu une année plutôt productive. L’artiste qui déteste l’hiver a fait paraître son premier opus au mois de mars et le second (Super Plage II) au début du mois de novembre. Si ce n’était que de lui, Super Plage II serait paru quelques mois plutôt, histoire de juxtaposer la chaleur de l’album avec celle à l’extérieur.

Super Plage/Photo: Véro Wilfort

«J’avais un peu de malaise à sortir cette musique-là alors que ce n’était pas l’été, parce que je trouve que c’est de la musique estivale. Mais c’est toujours l’été quelque part dans le monde. Je trouve que ça s’écoute mieux l’été, mais j’espère que ça donne une petite dose de bonheur à ceux qui l’écoutent l’hiver», confie Jules Henry, le visage de Super Plage, au bout du fil.

Les mois qui s’en viennent seront ceux du confinement pour Jules. Un confinement qui n’a rien à voir avec la situation actuelle, mais plutôt avec sa personnalité. «Mes amis ne me voient pas vraiment l’hiver parce que je ne sors pas, parce que je n’aime pas ça et que je fais juste du beat en attendant l’été», rigole-t-il au sujet de sa personnalité d’ermite. 

Super Plage II est un album qui vous aidera à passer à travers l’hiver grâce à sa chaleur, mais surtout grâce aux magnifiques voix des artistes que l’on retrouve sur l’album. On a l’impression de voyager dans une contrée où le soleil ne se couche pas à 15h30, où on ne porte pas quatre couches de vêtements pour sortir à l’extérieur et où boire quatre shooters de fort, c’est pour célébrer la vie ensemble et non pas pour se réchauffer parce qu’il froid dans l’appart. Un remède efficace pour combattre le spleen de l’hiver et qui vous fera danser autour de votre sapin de Noël.

Super Plage et ses collaboratrices/Photo: Véro Wilfort

Pour créer cette ambiance, Super Plage n’a pas eu à chercher bien loin pour s’entourer. La création de cet album, s’est faite naturellement.  

«La plupart des collaborations sont des amis dans la vie et elles ont collaboré sur le premier album. J’aime beaucoup ça, des voix à connotation féminine. J’écoute plus ça, c’est plus esthétique et je trouve ça cool d’en faire un style de projet communautaire dans lequel  on se nourrit tous là-dedans», affirme bien heureux l’artiste originaire de Rimouski.

Dans Super Plage II, on n’est pas transportés dans un monde imaginaire, mais plutôt dans la réalité de l’artiste.

«Tout l’album est basé sur des trucs qui sont arrivés pour vrai. J’ai romancé un peu, évidemment. J’aurais voulu appeler l’album Chronique d’un été imaginaire. Mais je trouvais ça fucking cheesy. Commencer l’album par une toune qui s’appelle Les Vacances, tu tombes en vacances, tu pars en voyage en amoureux et puis tu reviens. La fin, la chanson Petit matin avec toi, elle est ni heureuse ni triste, mais je la trouve nostalgique», admet-il.

Sur la pièce Mush, Jules Henry nous parle de son amour pour les trips psychédéliques urbains. «Je ne suis pas un aventurier du mush. Tsé le monde qui sont  »on va aller marcher dans le bois, on va aller en expédition’’. J’aime mieux jaser avec quelqu’un de funny et parler de plein d’affaires dans un appart», nous confie-t-il bien humblement. Il pourra donc faire du mush cet hiver, si on suit sa logique!

Bref, Super Plage II, c’est avant tout un album collaboratif, qui vous redonnera un peu de chaleur et qui vous fera oublier les tracas de la vie. Et le musicien et réalisateur est très reconnaissant d’avoir eu l’entourage nécessaire pour le faire. «Je voudrais faire un gros shout out à toutes les collabs qu’il y a sur cet album. Meggie Lennon avec qui je travaille souvent, Narcisse (2e place au Francouvertes cette année), Virginie B, Mélanie Venditti et San James. San James qui a fait un super bon EP il y à peine une couple de mois. Toutes des artistes vraiment cool à découvrir et que je suis vraiment content d’avoir sur l’album.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *