«Tu ne mourras pas» de Maude Audet: nos bras lâches lâchent

L’autrice-compositrice interprète Maude Audet a lancé jeudi dernier dans l’univers son troisième album en carrière, Tu ne mourras pas. La soirée donnait l’impression d’une grande fête de famille ou d’un anniversaire, où célébrer et se réunir ne sont que prétextes pour s’aimer.

Au cours des quelque deux heures qu’aura duré le lancement, Maude Audet a offert tout au plus quatre chansons, entrecoupées de remerciements, de gazouillis d’enfants et de cliquetis de verres.

Ce qu’on comprend, c’est que ce dernier opus en est un de vérité. Maude Audet cumule au moins dix ans d’expérience sur la scène musicale, mais elle propose ici son album assurément le plus dépouillé. Il est question de deuil, du beau et du grand, mais surtout, de la raison pour laquelle on arrive à apprécier cela: le fait que tout ne dure qu’un temps.

Dans la voix et les textes de l’artiste, on entend la mère, l’amoureuse, l’amie et la fille de. Et quand elle a entonné Tu ne mourras pas, la sublime pièce titre de l’objet, mes yeux se sont automatiquement remplis d’eau. J’étais déjà en train de faire le deuil de ceux toujours vivants. Frisson musical, quand tu nous prends.

Maude Audet sera en spectacle notamment le 13 février à Québec, le 15 février à Brossard, puis le 20 février à Roberval. Pour obtenir toutes les dates de ses concerts, consulter le www.maudeaudet.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *