Taverne Tour: zouz, verres cassés, nez brisé et plancher enflammé

Nul besoin de se payer un tout-inclus dans le Sud. Le 31 janvier c’était au bar Chez Baptiste qu’il fallait aller pour avoir chaud. C’est dans le cadre du Taverne Tour que zouz se produisait dans ce petit bar de l’avenue Mont-Royal avec, en première partie, un autre groupe montréalais: Blood Skin Atopic et croyez-moi, c’était hot, hot, hot!

Photo: Elisabeth Mottard

C’est quelques minutes avant le début du spectacle que j’entre Chez Baptiste munie de mes souliers à plateforme. Je suis petite et j’ai l’habitude de ne rien voir quand je vais voir un show où tout le monde est debout. Je me rend bien vite compte que mon sacrifice de marcher sur les trottoirs glacés de la métropole avec une instabilité hors du commun fut bien en vain puisque le bar est tellement plein que la seule façon de pouvoir apercevoir les têtes des musiciens est de me tenir accroupie sur un banc de bar. Des fois, il faut ce qu’il faut.

Les gars de Blood Skin Atopic débarquent avec leurs riffs efficaces, bien loud et sentis. Heureusement pour toutes les petites personnes de mon espèce, leur performance est appuyée par des projections psychédéliques hypnotisantes derrière la scène improvisée (un coin de plancher). Malgré leurs quelques petites erreurs, je suis bien contente de les découvrir: ils sont super bons et réchauffent la place bien comme il faut. Tout le monde semble survolté et le party est pogné.

Pendant l’entracte, le barman sans doute désemparé devant tant de gens dans un si petit endroit maintenant sold out, entreprend d’enlever tous les bancs qui sont près de la scène pour faire plus de place. Nouvelle tentative, je sors de ma position de petit bonhomme et me retrouve cette fois debout sur le banc longeant le mur, tentant d’apercevoir zouz s’emparer du plancher. Cet essai est bien inutile, car le public, hystérique, commence à former un mushpit qui prend bien vite de l’ampleur et atteint plus de la moitié du bar. Me concentrant à retenir la table de tomber pendant tout le set, j’ai bien de la difficulté à suivre ce qui se passe sur la scène, mais le son, super bien mixé, me permet d’apprécier mon expérience à fond. L’énergie est là et je félicite sincèrement les membres du band d’avoir gardé leur concentration, les gens empiétant clairement sur leur équipement dans cette tornade de bousculades.

Bien que j’aie reçu une table sur le tibia, perdu mon portefeuilles dans la mêlée (je l’ai retrouvé, merci de vous inquiéter), que le plancher ressemblait à un tapis de verres en morceaux et que mon ami s’est retrouvé le nez en sang après avoir été percuté dans le mushpit, j’ai fortement apprécié ma soirée. Merci aux gars de nous avoir fait sortir de l’hibernation avec leur rock décapant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *