Brown Family: Comprendre la différence entre lancement et spectacle

Le trio familial Brown Family est de retour avec un second album. Après un brillant accueil pour leur album homonyme en janvier 2016 (à l’époque où ils s’appelaient simplement Brown), la barre était haute pour le second opus de la famille Kerr-Beaudin.

C’est donc dans le cadre de M pour Montréal que Snail Kid, Jam et leur paternel Robin Kerr ont officialisé le lancement de leur nouveau-née Brown Baby Gone au Ministère sur le boulevard Saint-Laurent.

Un lancement tranquille, sans artifice. Un lancement à l’image de cet album: plus introspectif que le premier. Un lancement mettant de l’avant les textes, le tout appuyé de subtils musiciens et de Toast Dawg, tapi dans l’ombre au coin gauche de la scène. (Merci à lui d’avoir été sobre avec les maudits pew pew qu’il utilise à outrance habituellement.)

Au son d’un doux claquement de doigts, le lancement débute. S’enchaîne alors les pièces les plus smooth de l’album, nous permettant d’apprécier les talents de trompette buccale de Sarah MK. Toujours intéressant d’entendre une artiste reproduire des sons de trompette avec sa bouche, surtout lorsqu’elle est bonne. Tout au long de la soirée, nous aurons la chance de l’entendre en arrière-plan de Brown Family. Tout comme on peut l’entendre sur la vaste majorité des pièces de l’album.

Le paternel / Photo: Mathieu Aubry

Après avoir débouché une bouteille de bulles avec Steve Jolin, le président fondateur des Disques 7ième Ciel, la soirée décolle avec la pièce Perdre, grâce à la présence de Maxime Maltais, chanteur du groupe métal Boundaries.

Eh boy, on n’est plus dans un show de rap, mais dans un show de métal. Assez intense. Ce petit coup réveille l’entièreté des gens sur scène. Et pour cause, le reste de la soirée ressemble plus à un spectacle qu’à un lancement.

Car un lancement, c’est bien souvent le seul moment où l’on aura la chance d’entendre et de voir sur scène toutes les pièces d’un album. Il est plutôt rare d’entendre les pièces provenant des albums ou projets précédents. Cela permet d’apprécier l’ensemble du projet et des chansons qui ne seront plus jamais jouées. Toutefois, cela crée souvent de courtes soirées, comme c’est le cas pour ce lancement de Brown Family.

Pour l’interprétation de Nervous, le trio invite sur scène KNLO, Eman, Fouki et QuietMike. Moment qui nous rappelle que la chanson est parue en novembre 2018, soit un an avant de se retrouver sur l’album.

Beaucoup de monde sur scène / Photo: Mathieu Aubry

Malheureusement, vers la fin de la soirée, la foule ne semble plus vouloir apprécier ce qui se passe sur scène. Lors de l’avant-dernière chanson, Robin Kerr performe en solo, alors que la moitié de la salle placote, empêchant d’apprécier les envolées du chanteur reggae.

En conclusion de spectacle, la foule continue à parler (en chantant) sur le méga succès Brown Baby du précédent album. Il fallait tout de même un succès d’un précédent album pour conclure le lancement.

Bien hâte par contre de revoir Brown Family. Car lorsqu’ils sont en spectacle, ça donne souvent une soirée assez énergique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *