En 1970 avec Alex Burger

Vendredi soir, ça se passait dans Hochelag’ à la Maison de la culture Maisonneuve pour une nouvelle édition de Révèle la relève, une initiative présentée par la gang des Francouvertes. Gab Bouchard et Alex Burger étaient sur l’affiche. Ça n’a pas empêché Trop belle de s’inviter à la fête. Retour sur les évènements.

Gab Bouchard/Photo: Élise Jetté

C’est Gab Bouchard qui s’exécute en premier avec son habituelle aisance et son habituel public descendu de Roberval. C’est d’ailleurs la gang du Lac qui scande «Gabriel, Gabriel» comme si on était dans Gouin le 1er octobre.

Parlant de politique, son bassiste ira pas loin dans la vie si on se fie à tous les chroniqueurs politiques le 2 octobre dernier. Porter une tuque ça enlève toute crédibilité #CatherineDorion

Pas Catherine Dorion/Photo: Élise Jetté

Gabriel s’adresse aux deux gangs qui peuplent la salle: «Y’en a une qui tripe plus que l’autre. Vous pourriez tous triper ensemble». Il faut dire que la Maison de la culture n’est pas une salle facile à remplir. Et même si une centaine de personnes y entraient, on aurait quand même l’impression d’être dans un gymnase à des retrouvailles de secondaire où tout le monde s’haïssait trop pour revenir.

En ce qui concerne la perfo, c’est assez standard, en formule trio avec un bassiste et un drummeur. Gab Bouchard fait toujours bien le travail, mais on dirait qu’on n’a pas encore assisté à LA prestation. On va venir le voir jouer jusqu’à ce qu’on LA voit. En ce qui concerne les interventions, ce sont les mêmes blagues qu’ici.

Remarque que, quand Gab Bouchard chante Y’est passé où le soleil, la phrase «Je m’ennuie de toi», il la sent en maudit. Faut l’avoir vu pour comprendre.

Pendant ce temps, on remarque qu’il y a une bonne brassée de lessive propre dans le drum.

Une bonne brassée/Photo: Élise Jetté

Puis, Alex Burger se présente à nous après que tout le monde se soit procuré un verre de vin et un sac de chips.

Il monte sur scène avec la version guitare d’un station wagon:

Alex Burger/Photo: Élise Jetté

Il dédie Blood merci (straight to jail) «aux petits gars et aux petites filles qui se font niaiser parce que leurs parents sont en dedans».

Voici un échantillon des commentaires entendus dans la foule durant le spectacle:

«Dix sur dix» – Un gars satisfait

«Je suis pas gelée je fais juste apprécier la musique» – Une fille qui avait sûrement consommé quelque chose

«J’aime toutes les sortes de musique sauf celle-là» – Quelqu’un qui aurait dû rester chez lui

Durant tout le show, on sait que David Marchand est là, mais il se cache derrière cet immense chapeau.

David Marchand et/ou un chapeau/Photo: Élise Jetté

Avant de commencer Pays chaud, Alex trouve qu’on n’est pas dans n’importe quel lieu: «On va rendre hommage à la Maison de la culture, on va se tuner».

Alex Burger/Photo: Élise Jetté

Ils sont neuf sur scène avec une énergie et surtout un plaisir qui sort d’une autre époque. Dans la première rangée, on a des danses en lignes qui se donnent. C’est les années 70.

Alex Burger et David Marchand/Photo: Élise Jetté

Burger tient à rassurer son public: «J’ai vérifié. Y’a personne ici qui a voté pour la fucking CAQ. Me semble que c’est évident que c’est un gros cave».

Burger est brusquement interrompu par Trop belle qui vient le traiter d’hamburger: «Deux pains et du caca au milieu».

Alex Burger qui se fait crier après par Trop Belle/Photo: Élise Jetté

«Je suis Lolita Trop Belle. Nous sommes trop belle. Et vous êtes une bande de connards», nous dit-on avant que le groupe nous offre une toune.

Trop Belle/Photo: Élise Jetté

Une chose est certaine, c’est que Lolita nous donne une leçon de flexibilité.

Trop Belle/Photo: Élise Jetté

Burger revient pour la fin du show: «Je m’appelle Alex Burger pis je suis pas mieux qu’un autre», conclut l’artiste.

Et il nous laisse aussi apprécier un solo final de Mandela Coupal.

Mandela/Photo: É »lise Jetté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *