Une entrevue au parc Laf avec LaF

Les Francos, Osheaga, Le Festif… c’est rare qu’un groupe qu’on connaissait à peine l’année d’avant fasse déjà la tournée des grands-ducs de l’été. Après une victoire aux Francouvertes, LaF en était à ses premières grosses expériences de scène. «Ça passe ou ça casse», c’est ce que les boys de LaF se sont dit. Ils monteront sur scène le 21 septembre pour défendre leur nouvel EP délicieux. Et nous, on a jasé avec eux au parc Laf avec du délicieux poulet portugais.

LaF/Photo: Élise Jetté

*AVERTISSEMENT*

D’abord, mettons quelque chose au clair: quand on parle avec les boys de LaF, 5 fois sur 8, ils finissent par parler tous en même temps. L’entrevue qui suit sera donc écrite comme si LaF n’était qu’une seule et même personne un tout, une entité. Ils sont bel et bien six humains différents (cinq lors de l’entrevue) avec des rêves, des espoirs et des souvenirs distincts.

**

«On n’avait pas les meilleurs spots dans les festivals, mais on faisait partie de la programmation des Francos, où on va chaque année comme spectateurs depuis qu’on est petits», disent-ils. «Faire de la musique en mode voyage, c’est une belle expérience, aussi», admettent-ils entre deux bouchées de poulet portugais. «C’était pas gagné d’avance de gagner des scènes à l’extérieur de Montréal, mais ça faisait partie du défi. On n’était pas prêts pour ça, mais finalement on était prêts pour ça.»

Au printemps, le groupe s’est mérité plein de cadeaux, comme à L’École des fans, sauf que, aux Francouvertes, c’est pas tout le monde qui a gagné.

«La fameuse bourse Sirius XM va servir pour l’album qui va sortir en 2019. On s’attendait pas à gagner, on était déjà en mode «préparer la suite».» Et préparer la suite, ça voulait dire préparer un EP, qui est sorti à la fin du mois d’août. «Hôtel Délices, c’est un pit stop. Ça représente notre démarche. Hôtel parce qu’aucun des beats n’a été fait à Montréal. On fait ça dans les chalets de tout le monde, des endroits où l’on reste de façon éphémère à la manière d’un hôtel. Pis, Délices c’est juste le meilleur mot qu’on a trouvé.»

Le rap québ est en train de se «mainstreamiser» et ça pourrait angoisser quiconque ayant envie d’y poursuivre sa route. «Pour nous, c’est plus encourageant. C’est de la concurrence positive. On les connaît, les autres. Ça ouvre nos horizons. De toute façon, on ne fait pas que du rap, on est dans un style un peu hybride. On voudrait vraiment jouer à Îlesoniq l’an prochain», disent-ils en riant.

«C’est tellement large, le rap. N’importe qui qui veut faire du rap, peut faire du rap. On fait quelque chose d’authentique. Mais on dirait jamais que les propos qu’on tient n’ont jamais été tenus. On se différencie comme on peut. Peu importe ce qu’on fait, on veut que ça groove et on côtoie des gens qui sont sur une scène musicale tout court, par nécessairement sur une scène rap. Le rap québ s’est fucking décomplexé durant les dernières années. On adore ça.»

Poser 10 questions qui contiennent les lettres LAF à LaF au parc Laf.

1- Qu’est-ce que vous préférez de Charles LAFortune?

Sûrement sa fortune personnelle. Il a le nom de famille pour. On n’est pas des gens qui écoutent la télé. Il a un beau sourire. Il est gris pâle, c’est bien.

2- Décrivez-moi LA Fraternité qui vous unit.

Il y a deux vrais frères, ça aide. Notre fraternité est basée sur une vision de faire ce qu’on aime. C’est dur de pas être cheeze avec ta question. On a une relation amour haine, souvent. Y’a pas juste du rose.

3- LA Framboise, ça vous inspire?

Ça donne mal au ventre. On préfère la tangerine, mais sinon, c’est comme une métaphore de qui on est, la framboise, on est chacun une petite boule de la framboise. En même temps, on a de la misère à faire une line avec le mot framboise. Mais si t’es un Français tu peux. Tout marche quand t’es un Français.

4- Dans la vie qu’est-ce qui vous donne LA Frousse?

La peur d’exprimer ses peurs. Le réchauffement climatique, ça nous fait freaker aussi. Y’a plein d’articles là-dessus. On a dépassé les ressources utilisables pour l’année selon les chercheurs. Les serres urbaines, ça va nous sauver. Ça se pourrait que tout soit bien correct, aussi. On a quand même peur que les fleurs meurent, que la fontaine arrête de couler.

5- LA Fille qui pourrait faire partie de LaF?

LaF: Charlotte Cardin. PLEASE. Charlotte Cardin. Ou Little Simz, mais on perdrait nos subventions. Sinon, c’est quoi son nom? Mardo? Margo?

Élise: MARJO?

LaF: Oui, c’est ça, Marjo!

Élise:

6- LA Famille choisie par LaF, c’est qui?

Le père de Mantisse qui nous prête sa van et ses amis qui sont des fans. Toutes les fourmis. Surtout Vendou.

7- LA Fayette, l’avez-vous déjà montée?

Non, mais on a des shoes pour. Et on a déjà monté des montagnes. Le mont Royal au moins 40 fois.

8- L’AFfaire dont vous avez le plus envie de parler?

Il fut un temps où c’était le weed. On a une toune qui parle de sexe. Mais clairement l’amour. La réussite jusqu’à ce que tu aies réussi.

9- LA Frénésie se manifeste comment chez vous?

En répétant toujours les mêmes phrases. Sur scène, Mantisse, quand il essaie de mimer plusieurs mots dans un seul texte: rien de plus frénétique que ça. On pourrait aller se baigner dans cette fontaine (du parc Lafontaine). Ça, ça serait la frénésie.

LaF/Photo: Élise Jetté

10- LA Face que vous aimeriez que les gens fassent en regardant votre show?

LaF/Photo: Élise Jetté

Hôtel Délices est disponible ici:

Si tu veux te rendre au lancement, dis-le à tout le monde en te mettant attending ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *