Babylones range son rock

Babylones

Le désordre pour le style

L-Abe

***

 

Dans Le désordre pour le style, on discerne du prog, du pop-rock et un peu de psychédélique à travers les dix pièces inégales de la galette que proposent Charles Blondeau et Benoît Phillie. Pas si en désordre que ça, mais beaucoup, définitivement beaucoup de style.

Divertissement (pour les gens distingués) est probablement mon texte favori de l’album. On y réinvente la chanson de roadtrip où ce ne sont pas la vitesse folle et l’aventure qui sont mises de l’avant-plan, mais plutôt l’aliénante monotonie de ce qui borde une autoroute. Station-service, bretelles, terrain de golf voisin d’un quartier domiciliaire, station-service avec un restaurant McDonald intégré. Les joies de la 20.

Très habile d’enchaîner avec Millionnaires, dont la boîte à rythmes déjantée et la guitare rapide font penser à l’insouciance des Beach Boys. En dodelinant la tête au son des «ouhouuu» on peut tout oublier, surtout quand on est riche. «Un gros merci à nos comptables», comme chante le duo.

Ce qui cloche le plus avec Le désordre pour le style est l’aspect hyper léché de la production. Tout sonne un peu trop contrôlé, empêchant aux pièces de se lâcher un peu. Meilleur exemple à mon avis est le rythme un peu ennuyant dans Confessions, une ballade rock qui me rappelle avec plaisir Weezer, mais à laquelle on aurait retiré le refrain rassembleur. Au final l’intensité n’arrive pas.

Il y a bien des moments plus énergiques et intéressants comme Dans le noir, mais ce sont définitivement les explorations prog un peu psychédéliques qui me titillent le plus. La guitare grinçante durant Nunavut hypnotise. Ça donne le goût d’aller hurler dans la nuit infinie avec les loups et les aurores boréales. Pour une atmosphère ambiante doucement étrange Tout ce que je possède est tout indiqué. Une pièce trop courte, obsédante, où les accords de guitares se reverbent sans cesse.

Au final un projet de rock mature avec beaucoup de belles idées, de sons intéressants, des paroles intrigantes qui dévoilent un humour absurde. Une formule qui ne me convainc entièrement, mais qui donne le goût d’en entendre plus. 

Le lancement montréalais aura lieu mardi prochain au Ministère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *