Financer l’avenir culturel avec Zen Bamboo

Les spectateurs présent au spectacle de Zen Bamboo, Mort Rose et Les Louanges ont aidé la relève cinématographique. Les profits amassés lors de la soirée serviront à financer les films des étudiants en deuxième année du programme de cinéma de l’UQÀM.

Occupé par les aléas de la vie, notre groupe de cinq badauds (on va te financer ça, le cinéma étudiant et la musique émergente) est arrivé tout juste avant le début de Zen Bamboo. On avait déjà eu la chance de voir Les Louanges et Mort Rose dans le passé et on savait déjà qu’ils étaient bons; tout comme Zen Bamboo, qui commence de plus en plus à se tailler une place sur la scène locale grâce à son rock désaltérant.

Zen et heureux / Photo: Riff Tabaracci

Par moments durant la soirée, nous avons l’impression d’assister à un spectacle de Malajube, gracieuseté des envolées vocales du chanteur. La sonorité de la formation est rafraîchissante à entendre dans un paysage musical où le rap prend beaucoup (trop?) de place. Ce n’est donc pas surprenant de constater que la salle de spectacle de la rue Rachel est remplie de jeunes vingtenaires, aux premières loges de l’éclosion de ces formations qui, espérons-le, occuperont une place de choix sur la scène rock et alternative québécoise.

Zen Bamboo / Photo: Mathieu Aubry

Parfois peu de mots sont nécessaires pour décrire une bonne soirée. Ce n’est pas toujours pertinent de beurrer inutilement.

Et bien c’est le cas ici.

Bravo.

Allez profiter de l’avenir maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *