Osheaga 2018: on va respecter les règlements cette année

L’an dernier, on n’avait pas reçu d’accréditation pour aller couvrir Osheaga. Question de s’excuser pour y être tout de même allé les trois jours semi-officiellement, on a décidé de faire un beau texte pour parler de la programmation 2018 du festival montréalais. Ça l’air que c’est de même que ça marche, dans le milieu de la culture.

Force est d’admettre qu’on aimerait bien y aller cet été parce que la prog est assez solide. Une des plus belles depuis un petit bout de temps en fait. Si en 2017, c’est le Festival d’été de Québec qui s’était imposé comme ayant le plus beau setlist de la saison, Osheaga reprend ici le titre haut la main. Et question de prouver le tout, on vous présente ici nos faits marquants de l’affiche dévoilée ce midi.

Les têtes d’affiches:

  • Blondie: La formation new wave américaine de Debbie Harry viendra célébrer ses 44 ans de carrière au Parc Jean-Drapeau. 44 ans et elle se retrouve tout de même sur la seconde ligne de sa journée, soit le samedi 4 août, ce qui prouve assez bien le niveau de qualité de la soirée. Elle est juste derrière Anderson .Paak, qui fera son 158e show au Québec en deux ans, approximativement.

  • Franz Ferdinand: C’est pas vraiment une méga tête d’affiche, mais le groupe efficace est honnêtement un incontournable en spectacle si vous ne les aviez jamais vus. Le quintette viendra présenter son dernier opus Always Ascending au public montréalais, mais de nombreux hits de leur incroyable album Franz Ferdinand de 2004 sont à prévoir.

  • The National: Avis à tous, Élise, notre rédac-chef, compte se défenestrer depuis qu’elle a appris la présence de la bande à Matt Berninger à Montréal. Les Américains, toujours aussi suaves et doux, feront fort probablement brailler des tonnes de post-emos reconvertis en hipsters inassumés le dimanche 5 août.

  • Arctic Monkeys: Grosse prise pour l’organisation d’Osheaga! Les anglais, qui headline cet été plusieurs grands festivals américains, devrait faire courir les foules pour leur passage en terres montréalaises, même cinq ans après la sortie de leur dernier album AM, qui reste encore aujourd’hui un must.

  • James Blake: Dernier, mais non le moindre: le producer anglais James Blake. Celui qui passe parfois inaperçu en offrant ses productions léchées aux plus grands noms de la pop et du rap, viendra présenter des extraits de son impressionnante discographie lors de la soirée d’ouverture du festival, le 3 août prochain. Le son de festival lui rendra-t-il toutefois justice? Seul l’avenir nous le dira.

Les bands à ne pas manquer:

  • Alex Cameron: L’Australien, en plus d’avoir sorti l’excellent album Forced Witness l’an dernier, nous aura aussi offert un des clips les plus fuckalls de 2017 avec la chanson Big Enough de Kirin J Callinan. Ça s’annonce déjà comme un excellent set sous le chaud soleil de l’après-midi.

  • GoldLink: Un rappeur américain qui commence à se faire connaître, entre autres pour ses collaborations répétées avec Kaytranada. Son hip-hop fortement teinté de R&B devrait enchanter les foules et on peut peut-être s’attendre à des invités surprises lors de son show.

  • Julien Baker: Jeune chanteuse folk américaine, elle a fait tout un buzz avec la sortie de son magnifique album Turn Out The Lights l’automne dernier. Probablement un des sets les plus émouvants de cette fin de semaine, mais on a déjà bien hâte quand même.

  • Modeselektor: Présence assez surprenante pour le duo de Djs berlinois sur cette programmation, alors qu’ils n’ont pas la réputation de courir les festivals à outrance. Surtout connus pour leurs ambiances technos et leur rôle dans la formation Moderat, ils ont aussi travaillé avec d’aussi gros noms que Radiohead ou Mr Oizo dans le passé. Ça risque d’être assez dansant comme set.

  • Carpenter Brut: Finalement, les amateurs de musique qui brasse ne seront pas en reste avec la présence du Français Franck Hueso et son groupe synthwave au festival. Pour ceux qui n’auraient jamais vécu l’expérience de les voir en live, c’est vraiment quelque chose d’incontournable, que vous soyez des fans d’électro dystopique ou pas.

Le volet québécois est aussi maintenu cette année avec quelques beaux noms sur la programmation. En rafale: Milk & Bone, Matt Holubowski, Essaie Pas, A-Track, Loud, John Jacob Magistery, Paupière, The Brooks, Ponctuation et quelques autres.

Donc voilà, on a fait patte blanche. La balle est maintenant dans votre camp, Osheaga! On vous rappelle en terminant que Osheaga 2018, c’est du 3 au 5 août prochain. Manquez pas ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *