60 moments marquants du GAMIQ 2017

Dimanche soir au Café Campus, lors du Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ), on n’a pas gagné le trophée de Média numérique de l’année, mais on a rencontré France D’Amour et on a mangé des chips à saveur de BLT avec une trempette de légumes et une salade tomates-bocconcini. On a aussi eu froid et on a écouté Vlooper faire du recrutement pour sa ligue de basketball. Tout ça est difficile à suivre, mais voici la chronologie des 60 évènements qui nous ont marqués.

Vlooper/Photo: Alexandre Demers

Par Mathieu Aubry, Mathieu Aubre, Alexandre Demers, Élise Jetté, François Larivière, et Marielle Normandin Pageau

1 Avant le début du gala, la table de Feu à volonté est le lieu de cueillette des objets perdus. On a retrouvé les bouchons du drummeur de Crabe et la tuque de la rédactrice en chef du blogue Les Méconnus. On a aussi récolté un nuage de fumée de cannabis chaque fois qu’un des membres d’Alaclair Ensemble est passé.

2 Au début, c’est avec grande tristesse qu’on remarque que ce n’est pas Normand Brathwaite qui monte sur scène, mais bien Debbie Tebbs, qui ne chante pas assez fort pour enterrer les gens dans la salle qui jasent autant que dans des retrouvailles d’école secondaire.

3 Les gars de Sèxe Illégal montent sur la scène et annonce qu’ils n’ont pas de guitare ce qui est «l’équivalent d’un astronaute qui essaye de chier pas de sac.»

Sèxe Illégal/Photo: Alexandre Demers

4 Ils nous disent aussi qu’on est tellement des amoureux de la musique qu’on envoie nos «enfants laites à télé pour imiter d’autres chanteurs.» #LAVOIXJUNIOR

5 On nous annonce qu’il y aura tellement de prestations durant la soirée que la loge ressemble à celle de Québecquissime.

6 On nous explique qu’il y a des prix à donner durant la soirée, mais qu’il faut les mériter:

«Mais on les vend pas non plus. On sait que vous avez pas une cenne.» – Sèxe Illégal

Bad Nylon fait une perfo avec 2/3 des micros qui fonctionnent.

Bad Nylon/Photo: Alexandre Demers

8 La perfo finit et les filles ont tellement bougé que les fils des micros sont tous emmêlés:

«On a créé une toile d’araignée» – Bad Nylon

9 Le Divan Orange annonce sa fermeture: le porte-parole a la voix tremblante dès les premiers mots et le reste de sa gang se tient par les hanches en arrière de lui. Ça sent la mauvaise nouvelle. Quelqu’un est malade? Quelqu’un est enceinte? Hé non…

10 Dead Obies gagne le trophée de EP hip-hop de l’année. La présentatrice ignore que le groupe est en Europe et elle est très déçue. Les spectateurs, eux, sont déçus de ne pas pouvoir voir le nouvel accoutrement de Joe Rocca.

11 Le trophée de cette année est une grosse bière de microbrasserie. Combien de récipiendaires l’ont déjà bue au lendemain du gala ? Sûrement plusieurs (bière gratuite)! Combien l’ont rapportée au dépanneur pour la consigne? Sûrement plusieurs (money)!

12 Le EP rock de l’année est celui de Jesse Mac Cormack, maître de la concision: «Merci.»

Jesse Mac Cormack/Photo: Alexandre Demers

13 Le EP pop est celui de Lydia Képinski qui est un peu moins brève: «Je suis contente, j’aime tout le monde.»

Lydia Képinski/Photo: Alexandre Demers

14 Crabe fait une perfo et Sèxe Illégal conclut en disant: «C’était pas Marc Dupré, ça.»

15 L’album ou EP punk est celui de Fuck Toute qui termine son discours en disant: «Mangez-nous tous le cul.»

16 20h34. Les notifications d’applications de nouvelles sont catégoriques: C’est précisément le discours de Fuck Toute qui a tué Patrick Bourgeois.

17 Obey The Brave remporte le Lucien pour le meilleur EP métal. Le groupe ne cite pas le chanteur des BB comme inspiration.

18 On ne gagne pas le prix Média numérique de l’année. C’est la gang de CHOQ.ca, pognée pendant de longues minutes au balcon, qui gagne le trophée et qui quitte le gala à l’entracte.

CHOQ/Photo: Alexandre Demers

***

19 On ne gagne pas, mais on applaudit pareil parce qu’on est des adultes. Des adultes qui ont froid, mais des adultes pareil (le Café Campus est-il chauffé?). En cas de victoire, notre rédactrice en chef Élise était pourtant prête pour ce discours inédit qu’on vous révèle en exclusivité:

On est très heureux de gagner ce trophée-là parce, comme une bonne partie des musiciens de la relève, on fait pas une maudite cenne avec notre projet.

Y’a donc autant d’amour dans notre travail que dans les paroles des tounes Kaïn.

Merci à tous ceux qui ont voté pour nous. On a autant de gratitude que Joanie d’Occupation Double quand elle fait du yoga tantrique.

Merci à mes collaborateurs qui sont toujours prêts à faire beaucoup de choses pour écrire des bons articles, mais aussi pour prendre des photos de Philippe Fehmiu à son insu.

Merci Mathieu, Mathieu, Mathieu, Mathias, Maxime, Alexandre, Etienne, Jonathan, Julien, François, Marielle, Catherine et Laurence.

Merci aux artistes qui acceptent de nous expliquer leur album, autant quand on leur demande de nous expliquer la signification profonde d’une toune que quand on leur demande de comparer la chanson à une sorte de pizza. On apprécie. Merci d’embarquer dans nos multiples niaiseries: nous laisser assister à votre épicerie chez Costco, manger des plateaux de fromages d’ici ou simuler une cueillette de petits fruits dans un champ ou rien ne pousse.

Quand on va dans un festival, on laisse toujours une partie de nous-mêmes, par exemple notre santé. En échange, on aime toujours ramener quelque chose avec nous. Merci donc au Festif de Baie-Saint-Paul de ne pas avoir appelé la police quand on est partis avec la pancarte du show d’Antoine Corriveau.

Pour finir, merci à la Pepito Sangria en sac qui a été notre moyen de nous désaltérer par excellence durant tous les festivals de l’été.

Merci à notre idole, Philippe Fehmiu.

Merci aux gens qui savent pas boire dans les shows. Vous êtes une source d’inspiration inépuisable.

Merci au père d’Émile Bilodeau qui nous remet toujours sur le droit chemin quand on oublie d’aller au spectacle d’Émile.

Merci à la mère de Lydia Képinski, notre plus grande fan.

Une chose est sûre, on essaie toujours de s’améliorer. La preuve c’est que cette année on n’a reçu aucune lettre de plainte du Caboose Band. C’est une très bonne nouvelle.

Longue vie à votre musique et longue vie à Feu à volonté

***

20 On se rappelle pas le contexte, mais cette phrase est prononcée: «Il n’y a rien de plus nice que de gagner un prix sur la peanut.» – Sexe Illégal

21 Sors-tu et Le Canal auditif doivent présenter un prix, mais Louis-Philippe Labrèche, du second média, est parti fumer. «Applaudissez pas, il est pas connu», affirme Paul Sèxe quand il finit par finir d’arriver.

22 Louis-Philippe (ci-haut mentionné) et Mélissa des Méconnus ne savent pas quel prix ils présentent. Ils prennent un guess. C’était pas le bon guess.

23 Le EP indie-rock de l’année est celui d’Adam Strangler. «Le band s’est séparé il y a deux mois, mais merci quand même», nous dit-on avec la même joie de vivre que celle de Joanie d’OD Bali. Le cueilleur de trophée va pouvoir ajouter cette bière à sa collection de bières dégustées sur l’obscure application Untappd. Personne n’utilise cette application.

24 Le EP folk est celui d’Helena Deland. On est d’accord avec ça.

25 Le EP électro est celui de Dear Criminals. Charles Lavoie réclame le prix. Il est le seul à dire le bon mot «nommé», au lieu de «nominé». Ça nous gossait depuis le début. Merci Charles.

26 Charles dit: «On avait juste les moyens pour un billet. On l’a tiré au sort et c’est moi qui l’a eu.»

27 Pendant la performance de Héliodrome, tout le monde trouve que c’est un bon moment pour sortir fumer.

28 Ecoutedonc.ca présente un prix et la fille dit: «La dernière fois que j’ai été sur scène c’était à secondaire en spectacle et je jouais un arbre.» Beau progrès, ça.

29 L’album ou EP world est celui de The Brooks, la plus belle pochette d’album est celle de Chocolat. Quelqu’un gagne un prix de jazz, mais on connait rien là-dedans.

30 Le spectacle de l’année est L’Osstidtour et Toast Dawg demande «Y’est où l’chèque?»

L’osstidtour/Photo: Alexandre Demers

31 La performance de Briga est agréablement accompagnée de notre dégustation de crudités.

Un snack/Photo: Marielle Normandin Pageau

32 Sexe Illégal propose que Barry Paquin Roberge, qui s’en vient chanter, fasse une toune sur le Dix30: «Ça, ça a été inventé pour garder les mongols en dehors de Montréal.»

33 À propos de Barry Paquin Roberge, Paul Sexe de Sèxe Illégal: «Ils me donnent le goût de fumer un bat dans un vaisseau spatial en 72.» Le groupe chante une toune nommée Stranded on the Avalon, ce qui veut dire en français «étranglé en avalant».

34 La salle de spectacle de l’année est Le Cercle, une forme géométrique qu’on apprécie.

35 Lucien Francoeur doit venir présenter le prix hommage, mais il est imprévisible, comme d’habitude: il est pas là.

36 Le récipiendaire du trophée hommage, le boss du Café Campus, ressemble à Léo dans Radio Enfer. Il remercie plein de gens dont Sèxe Illégal qui fournit beaucoup d’argent à la salle en y buvant des bières chaque jour. Nous, ce qui nous a le plus marqué du Café Campus, ce sont les tournages de Piment Fort, notre émission préférée.

37 On profite de l’entracte pour manger la nouvelle saveur de chips Lay’s: BLT. DU GÉNIE! Le goût de mayo est plus présent lorsqu’on rajoute une demi-tomate cerise sur la chip. On partage le sac avec Le Couleur, la gang des Francouvertes, les filles de CHYZ et quelqu’un de pas connu.

Un festin/Photo: Marielle Normandin Pageau

38 Sèxe Illégal suggère qu’on profite de l’entracte pour commencer à fumer, mais déconseille de «commencer la poudre. Elle est pas bonne dans l’coin!»

39 Sèxe Illégal présente le groupe Charôgne: «Voici le cauchemar de Guy Nantel.»

40 Question: France D’Amour a-t-elle aimé la prestation de Charôgne? Oui parce que la chanteuse est rousse.

41 On se rappelle pas du contexte, mais ceci a été dit: «C’est quoi un cover? C’est Sylvain Cossette. Pis Sylvain Cossette, c’est le père d’Andrée Watters.» – Sexe Illégal

42 Gab Paquet nous fait vivre le meilleur moment de notre soirée (hormis les chips BLT) avec un melting pot de feu (à volonté).

43 La radio de l’année est CKRL. On ne les avait jamais écoutés, mais maintenant oui et on sait qu’il est possible de gagner des pneus sur leur site.

 

44 Ça que c’tait est la chanson de l’année au grand désarroi de la grand-mère d’Élise. Vlooper commence à parler de basketball.

45 La présentatrice du prix d’album pop, décerné à Peter Peter (absent), est ben en maudit qu’il soit en France: «Faudrait comprendre le message à un moment donné…» Nous on pense que tous les absents étaient dans une autre salle pour écouter OD Bali.

46 «C’est 18 ans et plus parce qu’il y a de la boisson»  – Emmanuel Éthier de Chocolat, en recevant le prix d’album rock de l’année. Le seul qui a compris notre amour pour Piment Fort.

Emmanuel Éthier/Photo: Alexandre Demers

47 «Si vous dormiez à l’hôtel de glace, vous vous appelleriez fuudge-sicle» – Sèxe Illégal après la prestation du groupe Fuudge.

48 Ce gars de Fuudge aurait pu mettre son clavier plus bas.

Fuudge/Photo: Marielle Normandin Pageau

49 La révélation de l’année est Lydia Képinski et, comme c’est son deuxième trophée de la soirée, elle dit ceci:«C’est plus facile la 2ème fois. C’est comme faire l’amour. Merci à ma mère de m’avoir accouchée. Même si c’est plus facile en césarienne.» Elle se fait montrer la sortie de scène. Nous on en aurait pris encore.

Lydia Képinski/Photo: Alexandre Demers

50 Antoine Corriveau gagne le Lucien de l’album indie-rock de l’année. Il hésite entre sa bonne Labatt 50 à gauche et son trophée à droite.

Antoine Corriveau/Photo: Alexandre Demers

51 Dès aujourd’hui, notre seul but dans la vie est d’être aussi heureux que les (trop nombreuses) choristes d’Ana Leda.

52 France D’Amour présente l’artiste de l’année: Alaclair Ensemble (la grand-mère d’Élise n’est toujours pas d’accord avec ce choix). «Challengez Vlooper à NBA 2k18.», nous suggère-t-on dans le discours.

France est down/Photo: Alexandre Demers

53 Les deux présentateurs du vidéoclip de l’année sont aussi saouls que ton oncle qui dit toujours des choses déplacées dans les partys de famille. «Patrick Bourgeois est mort et tout le monde s’en criss», nous disent-ils. FAUX. Nous, ça fait deux heures qu’on parle juste de ça.

54 Le clip de l’année est celui d’Alaclair Ensemble pour Ça que c’tait, ce qui nous permet d’entendre Vlooper faire encore plus de recrutement pour faire du 3 contre 3 au basketball.

Vlooper/Photot: Alexandre Demers

55 Eman profite du temps de micro pour dire un mot: «C’tait de l’osti de marde, notre clip.»

56 Ce qui est fort dans la vie en général: Vlooper et son tournoi de basket. L’ensemble des remerciements de Vlooper.

57 On songe à faire exorciser le band d’Orloge Simard. Beaucoup de choses pourraient ressortir de ça.

58 Le gars de Québec Redneck Bluegrass Project vient récupérer son prix du public et renverse sa bière sur le stage. Pas grave, il pourra boire son trophée!

59 C’est la fin du gala, donc Sèxe Illégal conclut: «On voulait faire tirer 15 000 $ pour enregistrer à Los Angeles Avec Brian Eno, mais on pouvait pas prendre la chance que 2Frères gagne.»

60 Sèxe Illégal termine le gala sur ce bon conseil: «Plus fort vous jouez de la musique moins on entend les humoristes.»

P.S. On vous rappelle que le Lafleur ferme à minuit les dimanches et lundis. Pas une minute de plus. On l’a appris à nos dépens.

Voici la liste complète des gagnants du GAMIQ 2017:

Artiste de l’année : Alaclair Ensemble
Prix du public : Québec Redneck Bluegrass Project
Révélation de l’année : Lydia Képinski
Chanson de l’année : Ça que c’tait, Alaclair Ensemble
Vidéoclip de l’année : Ça que c’tait, Alaclair Ensemble – Réalisation de GED
Album Pop de l’année :  Peter Peter – Noir Éden
EP Pop de l’année : Lydia Képinski – EP
Album Folk de l’année : Leif Vollebekk – Twin Solitude
EP Folk de l’année : Helena Deland – Drawing Room
Album Rock de l’année : Chocolat – Rencontrer Looloo
EP Rock de l’année :  Jesse MacCormack – After the glow
Album Indie Rock de l’année : Antoine Corriveau – Cette chose qui cognait au creux de sa poitrine sans vouloir s’arrêter
EP Indie Rock de l’année : Adam Strangler –  Key West
Album Hip Hop de l’année : Alaclair Ensemble –  Les frères-cueilleurs
EP Hip Hop de l’année : Dead Obies – Air Max
Album Electro de l’année : Suuns – Hold/Still
EP Electro de l’année : Dear Criminals – Seven songs for Nelly
Album ou EP Post-rock/Post-Punk de l’année : Duchess Says –  Sciences nouvelles 
Album ou EP Folk-Bluegrass de l’année : Canailles – Backflips
Album ou EP Expérimental de l’année : Julien Sagot – Bleu Jane 
Album ou EP Punk de l’année : Fuck Toute – Fuck Toute
Album ou EP World de l’année : The Brooks – Pain & Bliss
Album ou EP Métal de l’année : Obey The Brave – Mad Season
Album ou EP Jazz de l’année : Parc X Trio – Dream
Spectacle de l’année : L’osstidtour
Pochette de l’année : Rencontrer Looloo (Chocolat) – Johnatan Robert
Média numérique de l’année : CHOQ
Salle de spectacle de l’année : Le Cercle
Radio de l’année : CKRL
Hommage : Café Campus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *