Diapason 2017 : Voyage aux pays des amateurs de poulet

On a fait comme Mon Doux Saigneur et on a pris le pont D’Avignon pour se rendre à Laval le week-end dernier afin d’apprécier quelques concerts du Festival Diapason. Retour sur la partie des festivités qu’on a vue.

C’est avec une performance boulangère que notre périple commence, alors qu’on se rend au spectacle de Louis-Philippe Gingras, jeudi soir, dans le très chaleureux Bagel Ste-Rose. Mon cellulaire est resté dans l’auto, alors pas de photo, mais Louis-Philippe était tout sourire avec ses boys. Fermez vos yeux, et imaginez trois gars aux barbes uniques (une longue, une mi-longue, une absente) qui font de la musique devant des amateurs de fromage à la crème/saumon fumé.

Parmi les moments forts de la perfo, notons les maints avertissements de Louis-Philippe afin que les enfants en première rangée (pas la troisième) se bouchent les oreilles chaque fois qu’il dit «toton». Bien essayé.

Également, cette citation relevée: «On a toujours rêvé de faire du rock dans une place à bagels.»

En sortant dudit endroit, il pleut pas mal, donc ça signe déjà la fin du premier périple à Laval.

Le lendemain, vendredi, la soirée débute avec Peter Peter qui descend de scène pour être près de son public. Regardez comme il est heureux:

Peter Peter/Photo: Élise Jetté

Peter Peter/Photo: Élise Jetté

Il vit également un moment moins heureux, mais c’est sûrement parce qu’il est très concentré:

Peter Peter moins heureux/Photo: Élise Jetté

Peter Peter moins heureux/Photo: Élise Jetté

Nous n’avons pas d’image de cet instant fâcheux, mais, à un certain moment, emporté par la passion durant Loving Game, Peter enroulera le fil de son micro autour de son cou. Inquiétant.

Pendant le spectacle, on réalise que, à Laval comme ailleurs, les gens apprécient toujours autant filmer les spectacles plutôt que de les regarder. Pas mieux que les autres, les Lavalois.

Un fan/Photo: Élise Jetté

Un fan/Photo: Élise Jetté

Il y a aussi quelques jeunes fans de Star Wars dans la foule. Un public diversifié.

Des Jedis/Photo: Élise Jetté

Des Jedis/Photo: Élise Jetté

Après Peter, c’est Chocolat qui s’empare de la scène principale.

Chocolat/Photo: Élise Jetté

Chocolat/Photo: Élise Jetté

Les gens sont captifs devant les Montréalais qui enchaînent les pièces sans pause. Jimmy Hunt, en plus de ne pas prendre de pause, fera des exercices de souplesse:

Jimmy Hunt, un athlète/Photo: Élise Jetté

Jimmy Hunt, un athlète/Photo: Élise Jetté

C’est pendant ce concert qu’on réalise que la scène a été placé sur une zone de travaux. Fâcheux.

Oups/Photo: Élise Jetté

Oups/Photo: Élise Jetté

On comprend aussi, qui sont les vrais fans de Chocolat: des amateurs de poulet.

Poulet/Photo: Élise Jetté

Depuis 1960/Photo: Élise Jetté

Après l’envoûtement chocolaté, on se déplace pour aller voir Émile Bilodeau qui a mis son public sous hypnose. Tout le monde chante toutes les paroles de toutes les tounes. On se croirait sur les Plaines devant Nick Carter. Durant ce concert, on apprend, entre autres, qu’Émile met du ketchup dans ses céréales et qu’il aime regarder les fesses de son claviériste quand il est dans la douche. On réalise également qu’Émile n’a pas perdu l’habitude de faire des drôles de faces en chantant:

Émile Bilodeau/Photo: Élise Jetté

Émile Bilodeau/Photo: Élise Jetté

Il propose au public plusieurs nouvelles chansons très convaincantes et des succès qui semblent être les tounes préférées de plusieurs fans massés devant lui.

Pour la fin de la soirée, on se dirige vers le centre communautaire où Lesbo Vrouven donne un show épicé. À un moment, on craint pour la vie du batteur:

Lesbo Vrouven/Photo: Élise Jetté

Lesbo Vrouven/Photo: Élise Jetté

Le groupe offrira un vinyle à la personne qui «va le plus danser durant la soirée». Le prix sera remis à un jeune mineur qui me confiera être en retard sur son couvre-feu depuis plusieurs minutes.

Puis un bingo endiablé suivra dans l’attente d’Organ Mood. Personne ne comprend les règlements, même le gars qui gagne… 25 $ chez Boston Pizza.

Organ Mood commence sa prestation par l’utilisation d’un instrument qui vise à placer les battements de coeur de quelqu’un au centre d’un jam. On aura vite l’impression d’avoir fait des drogues dures.

Organ Mood/Photo: Élise Jetté

Organ Mood/Photo: Élise Jetté

«Je me sens dans Trainspotting», entendra-t-on, alors que la moitié du public s’endormira au son du groupe entre les lignes de badminton du plancher de gymnase.

À bientôt, Laval!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *