FRANCOS 2017 : 10 questions et des mots inappropriés avec La Carabine

Pour vous préparer au show de La Carabine ce soir à 21h sur la scène Urbaine, je vous donne accès à 80 % des niaiseries qu’ils m’ont dit en entrevue. Le reste, ça se partage pas.

La Carabine / Crédit: Guillaume Pelletier

La Carabine / Photo: Guillaume Pelletier

1- Lorsqu’on vous stalk, on peut voir une passion pour les rats. Pouvez-vous m’expliquer d’où sa vient?

Filion: Ça vient de l’expression hood rat. C’est Hochelaga, les ruelles, les prostitués qui font caca devant nous.

Cath: Quand t’étais jeune?

Filion: Non, récemment. Sean, celui qui joue du drum jaune, a capté sur vidéo une prostituée qui a levé sa jupe pour faire un petit caca et qui s’est même pas essuyée. Elle est retournée sur le coin no stress.

Dom: Non, mais toi quand tu vas travailler, t’as des toilettes, eux y’en n’ont pas. C’est naturel.

Filion: Bref, hood rat, c’est pour ça. Sur la photo des Francofolies, ont voulait reprendre des éléments graphiques de l’album et les mettre en vrai.

Dom: Ça me faisait penser à Mary Poppins et ses pingouins, je trouve ça drôle et cute.

Mary Poppins

Mary Poppins

Filion: On a fait le photoshoot sans les rats et on les a ajoutés après.

Dom: Tu gâches toute la magie, t’aurais dû dire qu’on a entraîné des rats pendant six mois de temps.

Filion et Cath: (rires)

2- Vous avez un style punk-pop. D’où vient cet intérêt pour le mélange de styles?

Filion: Un grosse partie a vraiment été influencée par les Beastie Boys, en même temps c’est deux scènes qui étaient vraiment proches l’une de l’autre dans les années 80 à New York. On dirait que, dans la tête des gens, ça fit pas, mais dans ce temps-là c’était un fit régulier et normal. Moi, j’écoute Bad Brains, Minor Threat et plein de bands un peu plus punk hardcore, mais ce sont des groupes qui ont beaucoup d’influences hip-hop. Dans la culture québécoise, le monde pense que le rap et le punk c’est deux trucs différents, mais pourtant ça a commencé comme deux scènes pratiquement unies. On essaie de refléter ça dans La Carabine même si c’est tough et que personne comprend.

Cath: Est-ce que vous avez un background punk?

Dom: Filion plus, mais je dirais qu’on a un background skate. On en a fait depuis la jeunesse. Dans l’univers du skate, y’avait les deux, mais il fallait que je cache à mes amis punk que j’écoutais du rap.

Filion: Moi c’est le contraire. J’écoutais du punk tout le temps, mais quand je faisais du skate j’écoutais du rap. On dirait que tu te sens plus smooth.

3- Dans une des tracks, vous parlez d’un personnage qui a une maison en bas du Mont Tremblant. Avez-vous une histoire ou un traumatisme relié au Mont Tremblant?

Dom: C’est une image. Le monde qui ont des rêves de prospérité. Le monde se dit: quand je vais être un adulte, j’vais avoir un chalet en bas du Mont Tremblant.

Filion: T’es riche. Qu’est-ce que tu vas faire avec ton argent? Un chalet en bas du Mont Tremblant. C’est un signe de réussite.

Dom: C’est pour ça que j’ai déménagé dans le nord.

4- Dans vos chansons, vous parlez souvent de souvenirs reliés à l’enfance. Pouvez-vous me raconter votre cauchemar le plus traumatisant?

Filion: Moi j’en ai un vraiment bizarre, j’ai été traumatisé à vie parce que j’étais vraiment jeune quand c’est arrivé. J’avais lu un livre de Donald Duck qui était vraiment pauvre et il ne pouvait pas ramener de…

Dom: Avec Picsou.

Riri, Fifi et Loulou

Riri, Fifi et Loulou

Filion: Ouais, et il ne pouvait rien acheter à Fifi, Riri, Loulou pour Noël parce qu’il était vraiment pauvre. Ils mangeaient un repas qui ressemblait à du pain de viande. J’étais vraiment dans l’histoire, la bande dessinée, dans mon rêve. Finalement, je me suis réveillé et j’ai été malade. J’avais mangé du pain de viande la veille et j’ai maintenant un genre de lien weird avec le pain de viande, j’peux pas le sentir ou le manger parce que c’est sûr que je vomis.

Cath: Et toi Dom?

Dom: Traumatisme, moi? Quand j’étais jeune, j’avais peur que mon père ne revienne jamais parce qu’il travaillait de nuit.

Cath: Pendant que tu dormais, ça te stressait?

Dom: Oui, c’est ça. C’est moins intense que Filion. Ha ha!

 

5- Sur quoi vous tireriez? Qu’est-ce qui vous gosse le plus?

Filion: Moi je tirerais sur la fermeture d’esprit, je pense. Pour revenir un peu à ce que le rap et le hardcore étaient à New York, c’était deux scènes complètement unies. C’est brotherhood: you don’t have to be blood to be family. C’est deux scènes qui se supportaient beaucoup. J’ai l’impression que les Québécois, c’est pas comme ça, dès qu’il y en a un qui réussit, on va aller taper dessus. Au contraire, si tout le monde s’entraidait et faisait des projets ensemble, au lieu de vouloir garder son succès, on pourrait faire de notre milieu quelque chose de ben plus intéressant. L’unité et le support c’est super important pour moi, alors c’est pour ça que j’aimerais tirer sur la fermeture d’esprit.

Dom: Si on se mettait tous ensemble pour créer un mouvement qui durerait plus longtemps, ça serait ben plus simple et plus puissant.

Filion: Nous autres, on veut pas être la saveur du moment.

6- Comme les Francos, ça s’adresse à un large public, comment décririez-vous votre musique à une madame qui écoute juste Les saisons de Clodine?

Filion: Je dirais Loco Locass pour que la madame se repère. Ensuite je dirais Beastie Boys? Elle dirait hum. Alors je lui dirais on est comme Loco Locass, mais subtilement engagé et punk. Les gens cherchent à trouver les points de référence pour chaque projet. J’aimerais que les gens voient qu’on est différents de tout ça, mais bon c’est le point de rapprochement.

Dom: Pour les matantes, ça risque d’être RUN DMC avec Aerosmith.

7- Quels sont vos 3 mots préférés de la langue française?

Filion: Simonak, ciboulette, j’adore ça. On utilise beaucoup de mots weird dans La Carabine. Entourloupette, genre.

Dom: J’ai juste des mots en anglais qui viennent dans ma tête.

Filion: J’aime ben le mot fourrer.

Cath: Alors, on a ciboulette, entourloupette et fourrer?

Filion: Carabine, c’est beau aussi.

Dom: L’ensemble des mots étranges. Même le mot béquille, c’est bizarre. On sait tous c’est quoi une quille, pourquoi ils ont mis bé avant?

Filion: On peut enlever fourrer.

8- Quelle artiste francophone vous fait le plus rire?

Dom: J’adore les textes de Georges Brassens, il écrit bien et ça me fait rire.

Filion: C’est con, mais je dirais qu’Alaclair Ensemble me fait rire. C’est sûrement une des raisons pour lesquelles j’ai accroché à la première écoute. J’aime le petit Pichasson. Aussi, Philippe Brach est très drôle, live, c’est un gars drôle.

9- Avec quel artiste des Francofolies vous aimeriez un jour partager la scène?

Filion: J’aime bien Paupière. Y’a une des filles dans ce band, je ne la connais pas, mais je l’aime bien visuellement.

Cath: Ayoye les gars, c’est ça notre sujet? Le caca pis les plottes?

Dom: Attends, je vais essayer de dire quelque chose de sérieux. J’ai même pas vu le listing des shows.

Filion: AH! Moi j’aime bien Laurence Nerbonne.

Cath: T’aimes ses chorégraphies et ses costumes, j’imagine?

Filion: En fait, je trouve qu’elle apporte un côté américain à la pop d’ici et j’aime ça. J’aime aussi Le Couleur.

Dom: Quand j’suis arrivé au lancement de la programmation, j’étais déçu qu’il n’y ait pas Stéphanie Lapointe. C’est avec elle que j’aimerais faire quelque chose. J’en ai même parlé à mon label.

Filion: Je vais checker le line up.

Dom: Ah moi aussi.

À la recherche du line up / Crédit: Cath Guay

À la recherche du line up / Crédit: Cath Guay

Dom: Fred Fortin.

Filion: Moi ça serait Avec pas d’casque.

10- Avez-vous d’autres shows prévus pour l’été?

Filion: Pour l’été on a rien d’autre. Ça va aller au Festival Agrirock.

Dom: On est trop occupés à faire shiner le drum jaune.

#DRUMJAUNE

La Carabine sera aux Francofolies sur la scène Urbaine, ce samedi 17 juin à 21h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *