WordUp! 14 : Mieux qu’un théâtre d’été

Grandir en écoutant du rap québ, ça fait deux choses. Premièrement, toutes les Assemblées te font rire. Deuxièmement, tu trouves ça normal, voire cool, d’aller au Club Soda pour gueuler à la fin des punch lines de gars qui font des guerres de mots.

C’était mon premier WordUp! Certains diront qu’il était temps. Bien entendu, j’avais vu presque toutes les vidéos des évènements WordUp! Battles sur Internet. Des années d’accumulation de connaissances pour en arriver à ma première expérience live. Ça vaut vraiment la peine ç’a l’air.

Je pacte ma gang d’amis rap avant de débarquer au Club Soda. La pluie ne nous arrête pas, car il y a une grosse carte en perspective. On se couchera pas de sitôt.

Faktual et Reptile Rampant / Photo: Cath Guay

Faktual et Reptile Rampant / Photo: Cath Guay

En premier, Faktual et Reptile Rampant ouvrent la messe avec des échanges assez puissants. Personnellement, je donnerais la victoire à Faktual, mais il semblerait que le rap battle est rendu au-dessus des jugements depuis un bout. #2017much

D-Track et Confus / Photo: Cath Guay

D-Track et Confus / Photo: Cath Guay

Ensuite, grosse joute, D-Track contre Confus, le battle des habitués du rap qui font le coming out de battle rappeur. EXCELLENT. Les deux font la preuve que la finesse d’esprit est un atout pour ce genre d’activité. Un coup de coeur pour D-Track. J’essaie d’être impartiale, mais j’ai l’impression que ce gars ne pourra jamais me décevoir.

Fakeass et J-7 / Photo: Cath Guay

Fakeass et J-7 / Photo: Cath Guay

En troisième lieu, Fakeass contre J-7. Tout ce qui sort d’un Fake Ass, c’est du real shit. Well done les amis, un autre beau battle qui garde l’attention de tous les yo dans la salle. J’aurais mis mon argent sur Fakeass, mais J-7 m’a surprise. Une chance que je n’ai pas d’argent.

Maadou et Arnô / Photo: Cath Guay

Maadou et Arnô / Photo: Cath Guay

Après la pause, on enchaîne les trois autres battles sans niaiser trop. D’abord, le battle international, Maadou contre Arnô. Les accessoires, ça me fait toujours rire pendant les échanges rap. Arnô sort des lunettes de soleil. Il propose aussi un câlin à Maadou. Je suis conquise. J’aurai toujours beaucoup de respect pour les gentils.

Jeune Chilly Chill et Franko Bucci / Photo: Cath Guay

Jeune Chilly Chill et Franko Bucci / Photo: Cath Guay

Avant dernier battle, Jeune Chilly Chill contre Franko Bucci, l’échange que j’attendais le plus. Aucune déception. C’est d’ailleurs celui que je n’arrive pas à départager. J’ai été épatée tout le long. Je devrai donc réécouter l’échange sur l’internet. Je ne peux pas en dire plus.

Suspek-T et Loe Pesci / Photo: Cath Guay

Suspek-T et Loe Pesci / Photo: Cath Guay

Finalement, le main event, Suspek-T contre Loe Pesci. Je ne sais pas trop quoi en dire. Au départ, c’est un échange pour le moins normal entre les deux gars. De très bonnes jokes de casse-croûte qui d’un bord et de l’autre pendant les deux premiers rounds. Le rideau se ferme et on assiste à un genre de sketch où les gars incarnent des commentateurs de rap battle. Effectivement très sketch, tout le monde se demande s’ils finiront par faire le dernier round. Ça s’étire jusqu’au round 5 où les gars restent unis pour finir le spectacle. Malgré un bon début, je pense que la mise en scène de round «c’est d’la gourmandise».

Suspek-T et Loe Pesci / Photo: Cath Guay

Suspek-T et Loe Pesci / Photo: Cath Guay

L’expérience live du rap battle était enlevante. On est plus loin des gars qui s’affrontent, mais on peut crier comme des débiles à chaque line impressionnante. Pour ajouter à l’expérience, il s’agit du seul show au Club Soda où il n’y a jamais de file dans la toilette des filles. Juste ça, c’est impressionnant.

Filigrane / Photo: Cath Guay

Filigrane / Photo: Cath Guay

Comme dirait FiligraNn, «les choses se passent, les Loud se Larry.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *