On ne veut plus entendre Someone Else que CRi

CRi

Someone Else EP

Young Art

****

cri_3

Someone Else est le quatrième album du DJ montréalais Christophe Dubé, alias CRi. Ancien étudiant en musique numérique à l’Université de Montréal, il nous offre des sorties régulières depuis quelques années, mais avec un style toujours plus professionnel et actuel. Son nouvel EP ne fait d’ailleurs pas exception.

Pour commencer, je pense que la partie la plus intéressante de l’opus réside au niveau de la variété de ce qu’il a à offrir. En entrevue, CRi avait déjà défini ses influences principales comme étant Four Tet et Caribou et ça paraît encore plus que d’habitude, surtout sur une pièce comme For You. Pour le reste de l’album, il se tient tout de même dans son créneau: une house sensible au cœur d’un univers sonore vaste qu’il a réussi à solidifier au fil des années. Bien sûr, des volets plus pop et peut-être moins originaux viennent s’y greffer. Une Keep It Real n’est pas loin de ce que l’on pourrait retrouver sur un album de Disclosure, mais CRi réussit néanmoins à y laisser sa marque personnelle de façon évidente pour notre plus grand plaisir.

Côté collaborations, on reste en terrain connu avec les traditionnelles apparitions de Ouri, la collaboratrice de longue date de Christophe, et d’Odile Myrtil, qui avait participé à l’excellente Why I Love You de Tell Her (2016). À elles s’ajoute toutefois la surprise du EP: Jesse Mac Cormack. Alors qu’on connaît le Montréalais surtout pour avoir produit à peu près tous les albums folk de 2016 et comme membre principal du projet plus rock qui porte son nom, il vient quand même offrir une performance assez hallucinante sur Keep It Real. Un single que je verrais d’ailleurs tourner à l’international, autant sur des ondes alternatives ou étudiantes qu’à Virgin Radio.

Je pense honnêtement qu’au final, Someone Else témoigne vraiment de l’ascension rapide d’un jeune DJ qui, il y a encore quatre ans, faisait ses premiers essais sur Eclipse. Loin d’être un mauvais EP, il faut néanmoins admettre que la signature musicale personnelle et l’innovation dont l’artiste fait preuve aujourd’hui n’y étaient pas encore tout à fait au point. Quatre ans plus tard, CRi se retrouve sur la programmation d’Osheaga. Il fera aussi la première partie de Moderat au Métropolis pour une deuxième fois le 20 mai prochain, après avoir joué avant Apparat et Tokimonsta en 2016. Et il est également signé sur un label basé à Los Angeles, ce qui reste tout aussi impressionnant! Je pense que la prochaine étape serait peut-être la sortie d’un premier album complet, question de nous démontrer encore plus l’étendue de son talent. Ça où la belle tournée européenne qu’il souhaite obtenir et qu’on lui souhaite vivement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *