Un reggae assez conforme pour Clay and Friends

Clay and Friends

Conformopolis

Ste-4 musique

**1/2

580 pixels

Début mars. Un moment parfaitement choisi pour lancer l’album de Clay and Friends, question de ne pas le perdre dans la neige (il est sorti avant la tempête, tsé). Un effort de huit chansons originales d’une durée approximative de 29 minutes, un beau break d’hiver comme on les aime.

Certains d’entre nous connaissent Mike Clay grâce à sa participation à la compétition de freestyle End of the Weak Montréal. Les autres auront vu circuler les vidéos du groupe DanS mA CITÉ ou TiTO. Le groupe réunit ses expériences et ses origines pour donner vie à Conformopolis, ode à la mixité et à la disparité.

Difficile d’exprimer le feeling ressenti lors de la première écoute de cet album: En premier lieu, un sentiment de déjà-vu issu d’un doux souvenir de l’été 2004 alors que le groupe DobaCaracol était à son apogée. Ensuite, un assemblage au goût sweet-reggae-pop-post-hip-hop, parfois libérateur, parfois moralisateur dans les textes, mais surtout très prenant en termes de vers d’oreille. À l’opposé, une fine couche actuelle plane sur les arrangements et sur la production exécutée par le très sollicité Ruffsound.

Au chapitre de ce qui est plus probant, les séquences de cuivres et l’apport brillant de Nadia Baldé et de Claire Ridgely, qui combinent leur voix à celle de Mike Clay, ajoute une complexité cohérente à l’ouvrage. Bref, cet album est parfait pour une Mad’moiZèle Caracol qui troque le Treizième Étage pour le parc urbain.

Coup de coeur: ROCK THE BoaT NOW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *