KROY : l’ambiance avant les mots

Plus d’une semaine que Montréal en lumière est commencé. Dans le cadre du festival, les arts de la scène, la gastronomie et des activités extérieures sont proposés pour le bonheur de tous. Jeudi, c’était au tour de KROY de visiter le Théâtre Fairmount pour son premier spectacle montréalais de l’année. Forrest meets Douglas Miles assurait la première partie.

photo1

KROY/Photo: François Larivière

La prestation de la moitié du duo Milk & Bone est loin d’être marquée par des interactions avec le public. Elle profite du temps entre les chansons pour dire merci aux gens d’être présents sauf une fois où elle annonce que le show est à guichet fermé.

KROY/Photo: François Larivière

KROY/Photo: François Larivière

Par contre, nul besoin de prendre le micro pour jaser trop souvent quand la puissance de la voix et des mélodies parlent par elles-mêmes. Si tu as vraiment aimé son album Scavenger, tu n’es pas déçu.

KROY/Photo: François Larivière

KROY/Photo: François Larivière

La protégée de Dare to Care nous livre son projet de façon très linéaire, avec quelques surprises au passage. Comme sur le CD, la prestation débute très fort avec Hull. Après une mini pause pour saluer la foule, Bones, Learn et Monstrosity s’enchaînent à un rythme effréné, mais le rendu reste de grande qualité.

KROY/Photo: François Larivière

KROY/Photo: François Larivière

Au grand plaisir des gens présents, elle nous livre ensuite une excellente reprise de Read My Mind de The Killers. S’ensuit l’envoûtante pièce Stay, qui se mérite une ovation, en deux temps plutôt qu’un. À peine les cris de joie terminés, elle continue directement avec la vaporeuse Days, pour finalement faire danser la crowd sur fond de lumière verte lors de Cold. Au moment où les dernières notes se font entendre, la salle se fait alors envahir par une longue acclamation bien sentie!

KROY/Photo: François Larivière

KROY/Photo: François Larivière

Avant le dernier droit, c’est le moment idéal pour un autre très bon cover, Going To A Town de Rufus Wainwright. Après, elle nous annonce que ce sera la dernière chanson. Comment finir en beauté avec nulle autre que la chanson River. Elle quitte alors la scène pour revenir avec une rapidité fulgurante pour dire «Vous êtes tellement les plus fins du monde, ça pas de bon sens. […] J’vous fais une dernière chanson.» Ainsi, elle clos le survol de l’entièreté de Scavenger avec la pièce finale Go.

Le spectacle aura duré, en tout, près d’une heure mais aura été ô combien efficace dans son ensemble. Pour ceux qui seront à Osheaga cet été, un petit détour vers sa prestation est de mise pour apprécier ce talent plus qu’exceptionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *