10 questions sur la Syrie avec The Vasts et Boogat

Ce jeudi 9 février, le Divan Orange accueillera The Vasts et Boogat dans le cadre d’un spectacle-bénéfice pour une famille syrienne. Faute de temps, j’ai parlé à Pascal Lesage, bassiste du groupe et à Boogat à tour de rôle au téléphone, mais vous aurez la chance de tout lire en même temps. La scène nécessitera votre imagination: faites comme si on avait chillé ensemble pour vrai… please. Voici donc les déboires de deux conversations téléphoniques passé midi.

16113930_10154290805338946_2042291395960747735_n

1 Dans le communiqué de presse, on peut lire: «Afin de supporter un groupe de six familles montréalaises dans leurs démarches afin de parrainer une famille de réfugiés syriens […]». Mes difficultés d’apprentissage datent du primaire, j’ai donc eu de la difficulté à saisir combien de famille québécoise ça prend pour soutenir une famille syrienne.»

Pascal Lesage: «La réponse sérieuse, si t’es millionnaire ça en juste prend une. Mais quand tu deviens parrain, tu t’engages à soutenir sur le plan des finances, de la logistique et de l’intégration. Alors si on se met ensemble pour aider ça permet d’atteindre tous ces objectifs. Après un an, ils deviendront éligibles au bien-être social, mais l’objectif est que la famille n’en ait pas besoin.»

Boogat: «Le programme de parrainage pour aider les familles syriennes est un programme fédéral. Le programme exige un minimum de 25 000 dollars. Ça peut être juste une famille qui donne ça. Dans ce cas-ci, ils vont se séparer ça entre six familles d’amis. À la base, la famille syrienne comptait deux adultes et un enfant lorsqu’ils ont quitté la Syrie. Puis, ils ont eu un enfant ensuite lors de leur passage dans un camp de réfugiés au Liban. Ils habitent maintenant dans la ville de Beyrouth et ils sont en attente, avec un peu de chance, ils seront au Canada à la fin de cette année-ci.»

2 Avez-vous prévu des surprises pendant la soirée?

P.L .: «Si je le disais ça ne serait pas des surprises.»

B: «Moi personnellement oui, mais le reste du monde je ne sais pas.»

3 Penses-tu que les spectateurs seront satisfaits même si rien de grandiose ne se passe?

P.L.: «Comment ça si rien ne se passe?? Ils ne seront pas déçus, The Vasts et Boogat ça va être malade.»

B: «Bin oui. Ahaha! Je n’avais pas pogné le jeu de mots. Inquiétez-vous pas, ça va bouger. En plus j’imagine que ça fera un mélange cool entre ceux qui viennent me voir, ceux qui se déplacent pour The Vasts et les gens qui veulent juste aider. Ça va être intéressant de rassembler tout ce monde-là.»

4 Si Rihanna avait été disponible, l’auriez-vous invitée?

P.L.: «Tellement, man. On aurait fait deux soirs. Le but c’est d’avoir le plus de visibilité possible et d’avoir beaucoup de monde au show pour pouvoir soutenir au mieux la famille.»

B: «C’EST CLAIR!»

5 Si Siri pouvait vraiment réaliser ce qu’on lui adresse, que lui demanderais-tu?

P.L.: «Ben, je lui demanderais 3 choses. D’abord, régler le problème ici au Canada, le goulot qui fait en sorte que plusieurs familles sont prises dans des situations non tenables et c’est vraiment poche qu’elles ne puissent pas venir s’installer ici. Ensuite, que ça se règle au sud de notre frontière. Museler celui qui est au pouvoir en ce moment pour qu’ils puissent aussi accueillir encore plus de familles. Finalement, la paix dans le monde pour que personne n’ait besoin de fuir son pays. SIRI la paix dans le monde s’il-vous-plait.»

B: «De débloquer tous les dossiers de demandeurs d’asile, pour qu’ils soient acceptés. Aussi, qu’il n’y ait plus de déportation quand les familles ne sont pas des dangers pour la sécurité nationale. C’est le gouvernement qui décide de les exclure lorsqu’il y a une guerre. Si Siri était capable de faire ça, ça serait malade.»

6 J’imagine que quelques personnes liront cette entrevue. Penses-tu que c’est grave Syrie pas?

P.L.: «Non»

B: «Non»

7 As-tu d’autres idées de jeux de mots avec Syrie? Sinon on passe à autre chose…

P.L.: «Y’a rien qui me vient en tête.»

B: «J’t’avoue que j’suis pas un humoriste, malheureusement.»

8 Si t’avais le choix de faire un duo avec Abdel Karim Hamdan (Arab Idol 2013) ou avec Asmahan (chanteuse/actrice syrienne du début du 20e siècle), qui choisirais-tu ?


P.L.: «Je choisirais la chanteuse pour le dépaysement culturel que ça peut apporter.»

B: «La deuxième.»

9 Revenons au communiqué de presse, Boogat propose de faire une vraie différence. As-tu un exemple de fausse différence?

P.L.: «Oui, un like sur une page Facebook. Tu likes et tu shares, mais tu ne fais rien. C’est ça des fausses différences.»

B: «Bin oui, être chez toi et trouver ça dégueulasse. Faire un post pour dire que c’est dégueulasse. Et ne pas se déplacer le 9 février pour donner 12$ à une vraie famille dans le besoin.»

10 Peux-tu me nommer quatre façons vraiment moins hot de dépenser 12$?

P.L. : «Hum, un paquet de cigarettes. Honnêtement, dans la situation où on est ici au Québec, toute autre dépense de 12$ est moins hot que de venir voir un show pour aider une famille de réfugiés. Une belle soirée et de la bonne musique, pour seulement 12$!»

B : «Hum ben ouais, 12$!

  1. Aller louer deux films Blockbuster! Ah non chez Vidéotron c’est pire!
  2. Mettre 12$ de gaz dans ton char
  3. Aller acheter un disque autre que le mien
  4. Aller acheter une fausse plante.»

Nous sommes tout à fait d’accord, quoi de plus nice qu’une belle soirée, de la bonne musique pour seulement 12$.

Jeudi le 9 février au Divan Orange, le billet est 12$

2 comments on “10 questions sur la Syrie avec The Vasts et Boogat

  1. maria garrido 8 février 2017 at 15:39

    Je vous souhaite beaucoup de spectateurs et surtout que cette famille puisse arriver au Canada le plus tôt possible.

  2. Garrido Maria 8 février 2017 at 15:42

    Je vous souhaite une belle soirée avec beaucoup d’assistants et surtout à cette famille de pouvoir venir au Canada le plus tôt possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *