Du Chocolat comme une tonne de briques

Chocolat

Rencontrer Looloo

Grosse Boîte

****

rencontrerlooloo_580x580

Après Tss Tss en 2014, la formation Chocolat sort Rencontrer Looloo. Dans la même lignée que l’album précédent, on se promène ici dans des dédales de rock psychédélique, mais cette-fois ci, avec une touche de musique prog intergalactique.

En gros, ça sonne comme un croisement entre Tame Impala, Malajube et Supertramp.

Sur les dix pièces, on peut entendre Christophe Lamarche-Ledoux alterner clavier et… saxophone, instrument audacieux qui peut faire toute la différence dans une pièce, pour le meilleur ou pour le pire. Sur Rencontrer Looloo c’est davantage un heureux ajout qu’une couche fromagée digne du pire de la musique adulte contemporain.

Comme à l’habitude, les paroles sont minimalistes, et parfois incompréhensible. Allez savoir ce qu’on essaie de dire dans la pièce Le faucon, le chacal et le vaisseau spatial, dont les seules paroles sont: «Ils sont là. Le faucon, le chacal et le vaisseau spatial. Ah». Peut-être est-ce à prendre au premier degré?

Peu importe le degré des paroles, il reste que Chocolat réussit à créer des ambiances musicales intersidérales en quelques minutes comme sur Mars ou bien rocker comme peu de groupes savent le faire au Québec (Retrouver Looloo, Golden Age).

Rencontrer Looloo est un solide album rock qui doit sonner encore plus comme une tonne de briques en spectacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *