8 raisons d’aller au Festival de jazz de Montréal

Le Festival international de jazz de Montréal bat son plein jusqu’à samedi. Contrairement à la croyance populaire, un spectacle de jazz ne se caractérise pas uniquement par un solo de trompette de plus de 17 minutes et par une improvisation de saxophone faite par un gars qui transpire beaucoup. Le jazz, c’est comme les huîtres: peut-être que t’aimes ça; tu ne peux pas savoir tant que t’as pas essayé!

par Olivier Boisvert-Magnen et Élise Jetté – en partenariat avec Banque TD

JeanneAdded_Art

Jeanne Added / Site internet de Jeanne Added

De belles découvertes

Pas besoin de connaître la bio complète des artistes de la programmation ou d’avoir une culture free jazz implacable pour aller faire un tour au FIJM. La plupart du temps, suffit de simplement faire confiance au hasard et de s’installer confortablement au soleil pour y découvrir quelque chose d’agréable.

Ce mardi à 18h, par exemple, le festival fera une place de choix à un artiste de la relève dans le cadre de la prestation du lauréat du grand prix TD. Ayant pour but d’honorer une formation canadienne de jazz prometteuse, ce prix créé en 1982 donne au groupe primé une visibilité majeure et s’inscrit, plus largement, dans une initiative philanthropique de TD visant à soutenir la musique d’ici, d’un océan à l’autre. Commanditant chaque année plus de 80 festivals et autres évènements musicaux, TD s’intéresse tout particulièrement à l’essor des jeunes musiciens, notamment par l’entremise de récompenses, de bourses d’études et de soutien aux programmes de diffusion.

Cette année, le prix sera remis à la formation Brad Cheesman Group, originaire de Hamilton.

2 Le parking à vélo

Si tu fais partie des 97,9% des cyclistes montréalais qui se sont déjà fait voler un vélo entre les métros Papineau et Peel, tu seras heureux(se) d’apprendre que deux stationnements à vélos gratuits, offerts par TD, sont à ta disposition et surveillés par une sympathique personne qui te souhaite bonne soirée chaque fois que tu viens lui confier ton vélo. Tu peux décider d’entrer et de sortir du stationnement le nombre de fois que tu veux pour tester après combien d’allées et venues la personne devient moins sympathique. À ce jour, on n’a pas réussi à la mettre de mauvaise humeur.

3 Du hip-hop de qualité à profusion

Vu que dans l’absolu toutes les musiques populaires actuelles descendent du jazz, il semble fort logique que les programmateurs du FIJM accordent, année après année, une place enviable au hip-hop, style musical au potentiel novateur probant. Des incontournables de cette 37e édition, notons l’hyperactif Danny Brown (mardi au Métropolis), l’inclassable Bilal (mercredi au Club Soda) et la princière Lauryn Hill (mardi et mercredi à la Place des arts), la seule rappeuse de l’histoire à avoir mis la main sur le convoité Grammy de l’album de l’année.

Beaucoup de figures respectées de la scène locale sont également au programme dans le cadre d’évènements gratuits: le duo féminin rap/R&B Heartstreets (jeudi), le fougueux rappeur Wasiu (vendredi) et le collectif rap métissé Nomadic Massive (nuits de mardi à mercredi et de mercredi à jeudi).

4 Jeanne Added

Véritable bibitte de la nouvelle ère électro, l’auteure-compositrice-interprète française donne un show complètement hors de l’entendement. Lorsqu’on l’a vue au FME l’automne dernier, on a eu l’impression d’avoir passé une soirée sur une autre planète. Bonus : peu importe combien tu paies pour ta coupe de cheveux, elle a probablement une coiffure plus cool que la tienne. C’est mardi, 22h, au Club Soda.

5 West Trainz

Présentés sur la grande scène TD, les grands évènements du FIJM sont toujours inoubliables. Si la reine du soul Sharon Jones et la bête de scène Jamie Cullum ont déplacé bien de l’air lors de leur passage respectif, le spectacle de clôture de ce samedi devrait être tout aussi génial. Fort de son spectacle acclamé l’an dernier, le talentueux Erik West-Millette en jettera plein la vue avec cette seconde mouture du projet West Trainz, un «voyage en hommage aux grands express transcontinentaux». Entouré par quatre musiciens, le Québécois offrira un spectacle rétrofuturiste grandiloquent.

WestTrainz

West Trainz / Page Facebook

Un confort plus impressionnant que celui de ton balcon   

T’as essayé d’installer un hamac sur ton balcon l’année passée et tu t’es ramassé écrasé sur le balcon du voisin d’en-dessous avec quelques côtes fêlées? T’as opté pour la construction d’une banquette DIY, cette année, mais tu savais pas trop quoi scier, dépourvu sans plan IKEA? T’as voulu acheter une chaise de détente sur Kijiji et tu combats les punaises de lit depuis? Quitte ton balcon trop petit et viens profiter des trois zones confort TD où tu peux t’asseoir, ben relax, entre les shows en contemplant les bobos que tu t’es faits avec ton marteau.

7 La famille Wainwright au complet

Les Wainwright sont au Festival de Jazz ce que le Clan Panneton est au déménagement: ils ne font qu’un. Cette année, Rufus Wainwright et son grand orchestre présentaient l’opéra Prima Donna ainsi que les meilleurs succès de l’artiste qui n’a plus besoin de présentation. C’était samedi et dimanche, il est trop tard! Mais la sœur et la demi-sœur de Rufus, Martha et Lucy, prennent la relève cette semaine (mercredi, jeudi et vendredi au TNM), avec Songs in The Dark, un spectacle en duo où l’on pourra entendre des chansons d’enfance, des morceaux du répertoire familial et des reprises qui leur collent à la peau.

8 Chiller un après-midi de temps

L’été, toutes les raisons sont bonnes pour terminer la job en milieu d’après-midi, surtout quand le soleil plombe et que la motivation manque à l’appel. Sors donc vos meilleures excuses (les préparatifs de déménagement, la visite surprise d’une tante gaspésienne, un mal de fémur intermittent…), puis va prendre ça relax sur la Place des Festivals, verre de broue et hot-dog exorbitant à la main. Loin des foules problématiques des grands soirs, les après-midis du FIJM permettent de se la couler douce bien comme il faut dans les marches de la Place des Arts, sans la peur constante de se faire marcher sur la main par un festivalier éméché qui calcule mal ses mouvements et dimensions corporelles.

Programmation complète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *