Francouvertes 2016 soir 6 : série de blagues ayant pour thème le feu

Comme j’avais eu le mémo que Philémon Cimon ne faisait plus de musique, je me suis assurée de manquer sa première partie lors de cette sixième soirée de préliminaires des Francouvertes. La soirée nous réservait un autre band acadien qui chante au sujet de légendes, un groupe humoristico-emo difficile à suivre, une performance plutôt impeccable de La Valérie et une alarme d’incendie avec un beat pas pire. Retour sur le non-incendie.

IMG_7565
Simon Daniel/Photo: Élise Jetté

Content de jouer «dans une vraie salle où ça sent moins la pisse» après avoir expérimenté le métro Sherbrooke comme scène, Simon Daniel a lancé le party. C’est parce que les «bums dans le métro» lui ont dit qu’il était bon, qu’il a poursuivi sa vocation. Le FEU sacré.

C’est dans sa «chanson de séduction», Soif, que Simon Daniel compare un couple qui se cruise à des vendeurs marocains qui essayent de te vendre des épices avec détermination. «Pyramides curry et cumin», entend-on entre autres.

C’est pendant la chanson Voyageur qui traite «d’une légende acadienne qui ressemble à la chasse-galerie», que le FEU pogne. Sûrement à cause des esprits de la légende, selon le candidat interrompu. Alors que le band sort de scène pendant qu’on gère le non-FEU, on se rend compte qu’on est devant une salle complète remplie de gens pas stressés qui continuent à siroter leur bière.

Objectivement, je donne un 7/10 à l’alarme qui aurait pu être le beat de départ d’une très belle chanson.

Officiellement, y’a pas le FEU.

On finit la légende (pourquoi y a-t-il toujours des légendes dans le répertoire des musiciens des Maritimes?) et on passe au suivant.

IMG_7566
Perdrix/Photo: Élise Jetté

«On a une soirée HOT», affirment les deux soeurs à la tête du groupe Perdrix. Après avoir fait un cri d’équipe de type «Zigotos», le groupe s’exécute avec Gina, une toune qui parle de bowling. Ça se poursuit avec une chanson hommage au Jardin Tiki et un pièce très classe durant laquelle l’une des chanteuses demande à ses parents de boucher leurs oreilles. «Je peux tu m’asseoir sur ta face?», y entend-on.

C’est avec la pièce Collectionneur que le FEU s’éteint et qu’on comprend pas tant ce qui se passe. Des textes humoristiquo-trash, on passe à une chanson deep digne d’Isabelle Boulay en break up.

Et au moment où on pense qu’on a changé de registre, on nous revient en pleine face avec une toune qui parle d’hymen. On a même droit à une simulation en format géant d’une perte de virginité. Le FEU est pogné. J’ai eu de la difficulté à comprendre le niveau.

C’est ensuite l’heure du fameux tirage de CD.

«Je sais pas comment tu piges», dit Claude Grégoire, l’animateur, à Philémon Cimon qui ne pige que des filles. On est mystifiés.

IMG_7568
La Valérie/Photo: Élise Jetté

«On est en FEU», lance La Valérie, encore perturbée par le non-incendie. Avec ses cheveux de type schtroumpf-musicien elle présente les chansons de son EP paru en novembre dernier en plus d’une nouvelle pièce, Si l’amour, une chanson très touchante qui se veut une réponse à Les Aurores de Mara Tremblay.

La Valérie, épaulée par Charles Robert aux arrangements, propose un travail de précision parmi les plus professionnels vus jusqu’à présent aux Francouvertes 2016. Malgré son discours parfois incertain entre les chansons, dû à une nervosité palpable, elle démontre a contrario une certitude quasi sans failles lors de son interprétation.

La finesse de ses textes mérite une note de FEU. Ceci était le dernier mot FEU du texte.

RÉSULTATS DES FRANCOUVERTES 2016 APRÈS LA SEMAINE 6:

1 Mon Doux Saigneur

Les Passagers

Édwar 7

Caltâr-Bateau

La Famille Ouellette

Sarahmée

7 Simon Daniel

8 La Valérie

9 Perdrix

Une réponse sur “Francouvertes 2016 soir 6 : série de blagues ayant pour thème le feu”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *