Francouvertes 2016 soir 3 : Les Passagers sont sur Tinder

Devant une foule qui était probablement venue en autobus directement de Sherbrooke, Mclean, Les Passagers et les Sherbrookois d’Édwar 7 s’affrontaient durant cette troisième soirée de préliminaires aux Francouvertes. Ce sont les gagnantes de l’édition 2012 qui ouvraient le bal: Les soeurs Boulay.

«On est nerveuses, avoue Stéphanie Boulay en entrant sur scène. Même si le concours est fini depuis longtemps, on se sent encore jugées quand on joue ici.» Bien entendu, personne n’a donné de notes aux deux soeurs qui auraient sans doute obtenu beaucoup de points. «On veut pas mettre de pression, ajoutent-elles à l’intention des bands de passage. Votre vie ne se joue pas ce soir, mais peut-être que oui.» Tout le monde est rassuré (non).

De manière «semi-professionnelle», selon Mélanie, Stéphanie oublie de chanter un petit bout de toune dans le micro. Ça rassure les concurrents: l’erreur est possible, même si t’es big. Stéphanie termine le set en suggérant aux candidats de lui payer des verres parce qu’elle est sur le jury du jour alors que sa soeur «n’est qu’une vulgaire spectatrice».

Les soeurs Boulay/Photo: Élise Jetté

Les soeurs Boulay/Photo: Élise Jetté

C’est Mclean qui amorce le troisième soir de compétition dans le confort de pantoufles probablement tricotées par un proche #fantex. Sa première pièce commence d’ailleurs ainsi: «Elle a tricoté sa propre guerre dans la laine de son enfance». Personnellement, j’ai vu une métaphore filée.

SONY DSC
Son discours d’ouverture en laisse plusieurs perplexes. Le Sudburois discute d’une querelle entre la lune et la terre, ainsi qu’entre le sérialisme et les céréales Corn Flakes. Ma réflexion: je ne sais pas ce qu’il consomme, mais je voudrais en acheter.

Très excité à l’idée de jouer durant la journée qui n’existe pas vraiment (le 29 février), l’auteur-compositeur se lance dans des envolées prog, doublées de paroles saugrenues, mais parfois très jolies et remplies de sens: «ça peut prendre toute une vie pour que la mort fleurisse et qu’on trouve ça beau». Vrai.

Tel le preacher d’une religion nouvelle, il s’adresse à la foule en fin de set en parlant de manière complètement éclatée… encore. Tout va bien.

Les soeurs Boulay/Photo: Élise Jetté

Mclean/Photo: Élise Jetté

La force mélodique du groupe Les Passagers nous enflamme ensuite. Dès le début, étonnée d’entendre le délire de la foule, la chanteuse Andréanne Muzzo s’exclame «Y’en a qui ont pris une couple de cocktails!» Les rythmes électros sont extrêmement accrocheurs et on sent tout de suite que le groupe possède une solide fondation, de multiples heures de pratique et de shows.

Elle est forte en s’il vous plaît Andréanne lorsqu’elle donne le ton à la mélodie de Acheter ta peau dans un phrasé impeccable. On ne peut que liker avec ce bonhomme: landscape-1444316117-fbemoji
Le groupe qui vient de nous faire vivre un moment rétro impeccable conclut et dit: «Suivez-nous. On est partout: Instagram, Facebook, Twitter. On est même sur Tinder, mais si vous êtes vieux jeu venez nous voir au bar tout à l’heure.»

SONY DSC

Les Passagers/Photo: Élise Jetté

Avant la dernière prestation, Claude Grégoire, notre cher animateur, fait tirer des billets de shows et des CD des soeurs Boulay. Les hurlements des victorieux sont tels que, pendant un instant, on croit qu’on assiste au tirage du 6/49.

Les Sherbrookois d’Édwar 7 montent sur scène et on comprend que Sherbrooke est dans la place. Devait plus rester grand monde sur la Well à Sherby lundi soir. La délégation sortait dans la grande ville.

Le groupe (et plus particulièrement la chanteuse Tania Lapointe-Dupont) agit de manière très placée proposant un enchaînement propre et ultra calculé. Les propos des chansons sont plutôt génériques. Bien que la plume soit, la plupart du temps bien maîtrisée, les textes-fleuves finissent souvent par tomber dans des lieux communs: «Et je pense trop, par moment je tombe face à face à mon miroir».

Sans questionner la temporaire deuxième place du groupe dans le palmarès, on peut se demander ce qu’il aurait de nouveau à amener à la scène musicale émergente, étant très collé sur les sonorités pop-rock commerciales. Musicalement, on retient un son 90’s Lili Fatalesque injecté d’un soupçon rock. Difficile d’être saisi ou surpris par ce genre de performance très réglée. Allez, allez, de la spontanéité!

SONY DSC

Édwar 7/Photo: Élise Jetté

Résultats des Francouvertes 2016 après la semaine 3 :

1 Les Passagers

2 Édwar 7

Sarahmée

4 Nicolet

5 Miss Sassoeur & Les Sassys

6 Guillaume Mansour Expérience

7 Vincent Appelby

8 Éric Charland

9 Mclean

La semaine prochaine, voyez Dans l’Shed, La famille Ouellette et Caltâr-Bateau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *