Loud Lary Ajust au Métropolis : Photoreportage subjectif d’un exploit

Il n’y a plus de zone grise. Loud Lary Ajust prouve encore une fois qu’il est le groupe rap québ de l’heure. Après avoir rempli le Club Soda en avril dernier, les boys ont réitéré l’exploit vendredi, en faisant salle complète, mais au Métropolis cette fois.

cover_art

Le samedi précédent, ils étaient présents à l’Impérial de Québec, offrant une performance tout aussi énergique, même si l’ambiance était un peu plus intime.

photo1

Les moments forts ont évidemment été nombreux : l’entrée vigoureuse et déchaînée de Rien ne va plus, les souvenirs nostalgico-sensoriels émanant de Héros et Candlewood Suites, le trash endiablé de Gruau et, évidemment, l’incroyable finale de XOXO, arrêtée subitement par un Lary/animateur de foule, puis reprise avec une énergie encore plus décapante.

À part ça, voici un résumé, en images, de ma soirée montréalaise :

1 – Le Riff Tabaracci urbain

Toujours présent lors de ce type d’événement mondain, le Riff sait se munir de plusieurs personnalités.

photo2

2 – Le Lary repenti

Accompagné d’une troupe de danse tribale et vivant l’intensité du moment, il était dur de savoir quelle émotion le Lary ressentait à cet instant.

photo33 – Le Karim surprise

Arborant le look renardé, le Karim a fait son apparition sur scène. Sa présence a suscité quelques interrogations, comme le laisse voir le Charmander questionneur et ses comparses aux mains levées.

photo44 – Le Canard mâle

Quel message se cachait derrière les multiples jeux de lumière de ce carré rougeâtre?

photo5

Nul ne le sait, mais j’ai eu l’impression d’être dans Hotline Bling de Drake.

5 – Le Monk.E flâneur

Autant à Québec qu’à Montréal, le Monk.E était présent dans la foule pour ravir ses fans. Au premier, il les gâtait à coup de disques compacts. Dans le second, il s’offrait pour de magnifiques clichés.

photo6

Sous Saoul toutes réserves.

6 – La faune gullywoodienne

Giga foule égal giga line up de vestiaire. Plusieurs choix s’offrent aux gens présents. Ma suggestion : visiter le bar avant d’entamer le projet.

Ne s’applique pas aux siesteurs.

photo77 – Le grave chilleur

Le show s’est continué jusqu’au métro. L’ambiance était au rendez-vous!

photo8

Bref, folle soirée dans son ensemble, comme d’hab.

Crédit photos : François Larivière

1 comment on “Loud Lary Ajust au Métropolis : Photoreportage subjectif d’un exploit

  1. Pou-Pou 23 novembre 2015 at 11:53

    Les grands reportages peuvent aller se rhabiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *