Technical Kidman : l’inquiétante étrangeté incarnée

Technical Kidman

Something Stranger on the Horizon

Indépendant

****

0005939714_10_converted

Après un peu de recherches identitaire et un premier EP plus que réussi l’an dernier, Technical Kidman nous revient avec un premier long-jeu: Something Stranger Coming on the Horizon. Violent, dansant et sombre à souhait, c’est l’album idéal pour vaincre le spleen automnal.

Sans être nouveaux dans le paysage musical montréalais, Technical Kidman n’avait pas encore non plus de production majeure avant l’an dernier, hormis peut-être une belle réputation quant à leurs performances live. Un EP de trois chansons, A Stranger Voice, lancé en juin 2014 avait changé la donne pour le groupe, qui s’est retrouvé avec plusieurs critiques encourageante. C’est justement dans cette lancée victorieuse que le groupe a continué ses explorations sonore, réussissant à réellement se définir une identité propre, et à enregistrer l’album qu’ils nous offrent : Something Stranger on the Horizon.

Le passage de deux EP à un premier album se fait très bien chez le groupe, qui réussit à offrir 10 chansons bien ficelées, toute différentes, mais bien unies entre elles. L’album d’une quarantaine de minute se révèle lié par une ambiance sonore constante et sombre, la marque de commerce du groupe. Alors que plusieurs (Half Moon Run, Metric, We Are Wolves) tendent à se tourner vers une électro-pop facile et guillerette, c’est totalement l’inverse dans le cas qui nous concerne. La froideur et les rythmes affutés ne font pas peur.

Si l’ambiance sombre se révèle souvent menaçante, le groupe ne crache pas non plus sur la techno ou la pop plus 80’s – je pense principalement à Peter Gabriel sur Fractions – et le fait de façon efficace en éveillant nos plaisirs coupables refoulés. Sans être non plus formellement rétro, ils préfèrent s’afficher sous l’étiquette d’électro-psych. Pour bien comprendre cette idée, la chanson Voyager, excellente sous tous les angles avec un chant réfléchi et des claviers percutants, se révèle un bon point de départ.

Un premier album donc bien réussi au final, même si au final un peu répétitif et en manque d’une finale plus forte. Le groupe reste avant tout intéressant dans ses performances scéniques et en profite pour vous rappeler qu’ils lanceront justement Something Stranger on the Horizon ce soir à la Vitrola.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *