Seoul : la longue route vers Montréal

En pleine tournée longue et ardue (60 dates en environ 2 mois 1/2), Seoul se promène en Amérique du Nord pour faire voyager sa dream pop montréalaise. C’est grâce à la magie des internets que Julian, Nigel et Dexter ont pu nous jaser quelques minutes en vue de leur show qui s’en vient au Ritz PDB, ce jeudi 29 octobre. Entretien avec des gars qui essaient encore de trouver leur costume pour l’Halloween.

Seoul-band_580

En leur demandant comment se passe la tournée, les gars de Seoul ont l’air ben contents. Surtout depuis qu’ils font la première partie pour Stars (band aussi montréalais). «On dirait que les gens nous prennent un peu plus au sérieux maintenant. Stars nous a demandé de faire la tournée avec eux. Ils ont beaucoup écouté notre album cet été et ce qui nous a vraiment plu, c’est leur enthousiasme envers notre musique. Ça rend la chose encore plus intéressante pour tout le monde», affirment-ils.

Il faut dire que les gars de Seoul ne voient pas les heures passer depuis la sortie du premier album I Become a Shade, au printemps dernier. Ils disent que la sortie de cet opus a été comme un passage à un autre niveau. «Avant, les gens avaient de la difficulté avec notre musique parce qu’il y en avait si peu. Avec l’album enfin sorti, il y a maintenant un monde et une atmosphère dans lesquels plonger. Ça rend l’expérience plus intime», ajoutent-ils.

Pour les fins renards qui ont tendu l’oreille à l’album, ça parle pas mal de changements et de transitions. Clairement, accoucher d’un premier album ça mène Seoul à beaucoup de changements et de transitions aussi. «Quand tu sors un album, ta vie devient la promotion de l’album, explique le groupe. C’est donc effectivement une transition de partir en tournée et jouer les chansons live. La vraie transition est d’entrer dans la prochaine phase d’un éventuel prochain album, sans y être tout à fait.»

Faut dire que cette tournée est pas mal longue. Y en a qui deviennent très inspirés par la route, que ce soit par émerveillement ou par ennui. Est-ce que c’est le cas pour Seoul? «On n’est pas officiellement en mode écriture. On sent qu’on aura un temps pour ça quand la tournée sera derrière nous, confient-ils. Souvent on en fait beaucoup nous-mêmes: on se rend à certaines places, on amène notre propre gear, on s’occupe de pas mal de tâches de management. On est assez occupés à chaque jour. Pas mal de notre écriture est faite en studio. Cela dit, hier soir on a sorti un ordi et on a commencé à jouer avec des sons.» On peut sortir le gars de son inspiration mais on peut pas sortir l’inspiration du gars (ou quelque chose de même).

Le mois dernier, les gars ont sorti un vidéoclip assez space pour la pièce Real June. Au sujet des idées, les gars aiment garder ça simple. «C’était notre idée. La chanson et son énergie donnaient une impression de pluie qui tombe. On voulait de la pluie et on cherchait ce qui pourrait représenter cette sorte d’idée de connexion avec quelqu’un, puis le départ de celle-ci. Comme une façon de dire qu’on peut être mature et continuer son chemin», affirme Julian. «Je voulais pas que ce soit à propos de romance mais plutôt à propos d’une amitié. Je voulais faire une critique et prendre deux personnes qui s’enfuient vers la nature où ils y a d’autres problèmes que ceux de la ville. Ils doivent trouver le réconfort et la liberté en eux-mêmes. Non pas au Costco ou dans la nature», ajoute-t-il. La sagesse parle d’elle-même!

Mais on ne fait pas juste s’épuiser et penser à des concepts quand on est dans Seoul. On se prépare aussi. Et pas pour une petite affaire: ils vont revenir dans la métropole! Quand on leur demande s’ils ont préparé un petit quelque chose de spécial étant donné que c’est leur retour au bercail (mais sans les animaux): «Au Centre Bell, ils ont des guns à t-shirts, on devrait peut-être s’en procurer un pour le Ritz PBD! Tout le monde, amenez des casques et des masques de hockey! On va jouer l’album au complet sauf une petite affaire, ça va être une première depuis notre dernier passage. Mais sérieusement, on est inspiré à trouver ce qu’on pourrait faire pour rendre ça encore plus spécial», assurent-ils. Les jeunes loups nous gardent en haleine. Seoul a encore quelques jours pour penser aux surprises salées à ramener au Ritz PDB ce jeudi.

C’est au 179, Jean-Talon Ouest que ça se passe, le jeudi 29 octobre. En première partie, il aura Young Ejecta. Amène ton casque de hockey, juste au cas. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *