Personne ne danse à la fête des morts de Sylvain Cossette et Andrée Watters

La prise de bec entre les municipalités de Montréal et de Saint-Lambert causée par le bruit des festivals de musique sur l’île Sainte-Hélène n’est plus un secret pour les mélomanes métropolitains. La ville de Montérégie défend que la qualité de vie de ses résidents est diminuée par le nombre de décibels émis depuis le Parc Jean-Drapeau durant Osheaga, Heavy MTL et ÎleSoniq.

580 - copie

Tous les regards étaient donc tournés vers Saint-Lambert cette fin de semaine puisque celle-ci organisait des festivités sur l’avenue Victoria qui comptait, notamment, une programmation musicale. Comptant Dead Obies et Patrice Michaud comme têtes d’affiche, le véritable diss track dans le beef opposant Denis Coderre et Alain Dépatie est sans aucun doute le spectacle du samedi 22 août: la soirée All Star avec Sylvain Cossette et Andrée Watters.

L’idée est des plus judicieuses; en invitant le fameux couple qui s’est rencontré sur les planches dans le cadre de la comédie musicale Dracula: entre la mort et l’amour, la ville de Saint-Lambert souhaite faire comprendre à Montréal qu’elle produira un boucan à en réveiller les morts. Proposition idéale en cette veille de la première mondiale de la série Fear the Walking Dead.

Arrivé sur les lieux du crime un peu avant 21h, l’heure annoncée du spectacle, j’entends les haut-parleurs situés un peu partout sur l’avenue. Les Cossette-Watters interprètent J’ai Besoin, montrant que le duo de nécromanciens n’a pas peur d’asséner des coups bas tel que commencer beaucoup plus tôt que prévu. Le temps d’arriver près de la scène, tout ce que l’on peut voir est une jeune chanteuse interprétant Price Tag de Jessie J. Ont-ils eu l’amabilité de faire jouer les gagnants locaux de Secondaire en Spectacle? Mais pourquoi ai-je entendu le couple chanter toute à l’heure? Et puis il est 20h55: ça me semble un peu tôt pour conclure une première partie, avec les tests de son et tout le fatras, lorsque le spectacle principal est annoncé à 21h. Il faudra qu’elle interprète la chanson Prismacolore pour que je comprenne qu’il s’agit de Beth Cossette, fille du maître de cérémonie. Ceci donne le ton à la soirée.

Au-delà de la famille Cossette (en plus de Beth, on compte aussi son copain Félix-Antoine Couturier, qui vient chanter Mots croisés), le volet «all star» joue aussi le jeu des mort-vivants en mettant de l’avant des artistes dont la carrière est plutôt moribonde. Entre deux reprises n’ayant rien d’exceptionnel interprétées par Andrée Watters, on a pu entendre des performances de qualités variables de Bourbon Gauthier, France D’Amour et Stefie Shock. Ce dernier remporte d’ailleurs la palme de la performance qui tombe le plus à plat du lot. L’interprétation de ses succès comme Un homme à la mer avec un banjo remplaçant le clavier laisse le public plutôt froid, de même que la basse trop présente dans Tout le monde est triste.

Au nombre de trois, les chiens étaient plus nombreux dans la foule que les gens exprimant leur désir d’être présent. On le sent bien lorsque Watters chante Une autre chambre d’hôtel (titre popularisé par Gildor Roy) et que je suis seul à répondre «Une autre peine d’amour» lorsqu’elle tend le micro pour entendre les voix de Saint-Lambert. La résurrection de ces vieux succès n’a pas toujours eu l’effet escompté.

Il aura fallu la fin du spectacle, lorsque France D’Amour monte sur scène, pour que la foule gagne un peu d’entrain. Il faut dire qu’elle semble être la seule à essayer de donner un spectacle, en discutant avec un véritable plaisir avec la foule et montrant ses prouesses vocales. Elle insère quelques improvisations lyriques, sans doute pour compléter les sortilèges d’invocation des morts que cette grande messe païenne laissait présager depuis le début.

Après une interprétation en groupe de You Shook Me All Night Long d’AC/DC, la troupe complète quitte la scène pour nous offrir le plus triste rappel de l’histoire. «Sylvain Cossette et…ses…amis! En voulez-vous une de plus? Deux? Trois?» annonce l’animateur timide alors que les musiciens sont encore en train de s’en aller dans les coulisses. L’exercice de nécromancie se termine alors qu’en rappel, Couturier vient rendre hommage à notre Gerry Boulet national en interprétant… Mes blues passent pu dans porte. Écrite par Pierre Huet, chantée par Breen Leboeuf et quasiment boudée par le leader d’Offenbach. «Gerry y chantait fort, donc j’veux vous entendre chanter!» C’est vrai, Félix-Antoine. Mais il l’a jamais chantée celle-là.

Donc le grand rituel servant à réveiller les morts a plutôt déterré des has-been, ressuscité des classiques, zombifié le public avec sa charge de décibels bien en dessous du seuil attendu d’un festival et, pour finir, fait revirer des morts dans leur tombe avec des hommages ratés. La troupe All Star de Sylvain Cossette et Andrée Watters aurait plutôt dû emprunter à la comédie musicale Evil Dead et interpréter la danse du Nécronomicon. Peut-être que la douce vengeance de Saint-Lambert contre Montréal aurait mieux fonctionné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *