Osheaga 2015 JOUR 1: sueur et analyse de foule

Juste en montant dans un wagon de la ligne orange en direction du Parc Jean Drapeau, couronnes de fleurs, transpiration abondante et transport d’alcool illicite laissaient présager que quelque chose se tramait: Osheaga Jour 1. Si t’étais pas là, tu peux recréer l’événement en quelques minutes grâce à ce précis récit des aventures.

13h02: Entre la station Rosemont et Berri-UQÀM un groupe de cinq Ontariens un peu trop loud arrive à bout d’un 40 onces de vodka fraichement ouvert. Ça donne le ton.

13h11: Sur la ligne jaune, direction Parc Jean Drapeau, le sosie de Nick Carter hurle dans le wagon. «Wouhou, wouhou», annonce-t-il, comme pour nous préparer au pire.

13h29: Me trompant de file d’attente pour récupérer mon bracelet, je me fais chicaner en anglais et on me dévisage avec mépris (en anglais aussi).

13h51: Je rejoins mon amie Ève qui remet en question sa tenue vestimentaire en constatant que tout le monde est en maillot de bain.

IMG_3236

13h53: On profite du fait que 200 000 personnes n’ont pas encore utilisé les toilettes pour voir de quoi elles ont l’air quand elles sont propres.

IMG_3231

14h05: Scène Verte. Le groupe The Franklin Electric joue le contenu de son album et le chanteur explique qu’il parle français. Beaucoup de gens sont massés devant la scène. Même Bibi était là.

IMG_3241

14h52: On est déshydratées par la chaleur. On se rend à l’une des stations d’eau gratuites vantées par l’organisation, afin de remplir nos bouteilles. Constatant qu’il est plus difficile de se désaltérer ici que dans les puits éthiopiens, nous rebroussons chemin.

IMG_3266

14h54: Heureusement, cette fille est là pour offrir de l’hydratation «à même la bouche».

IMG_3243

15h25: Scène Verte. Run The Jewels offre une prestation durant laquelle le nombre de fois où le mot «fuck» a été prononcé est inversement proportionnel aux fans de Marilou présents dans l’assistance.

15h35: Ce gardien de sécurité cherche un criminel dans la foule en se racontant un épisode de CSI dans sa tête.

IMG_3258

15h37: Les indications pour se rendre au Beach Club de Pointe Calumet n’étaient pas claires.

IMG_3259

16h00: Scène de la Rivière. Le duo Angus and Julia Stone propose un set list endormant, visiblement pas approprié à un festival. Pendant que la foule dort, certains (nous) en profitent pour remarquer que le frère et la sœur sont de parfaits ambassadeurs de la tendance normcore.

Capture d’écran 2015-08-01 à 14.46.00

16h55: Scène Verte. The Kills enchaîne les problèmes techniques. Pas de voix, pas de guitare, distorsion, interférence, pas de son en général. La rumeur veut que le gars du son ait perdu l’esprit quelque part dans le nuage de fumée odorante provoqué par la prestation de Run the Jewels.

17h15: On n’a pas saisi la chance de se faire tatouer un signe tribal par Diesel.

IMG_3232

17h22: On se peint plutôt des symboles pas quétaines (hum), sur les bras grâce à H&M sans comprendre le lien douteux entre le linge et la peinture fluo.

IMG_3284

17h31: Alors qu’on avait déjà repéré les kiosques de tatouages, de bière et de bouffe, on tombe sur le stand officiel de confection de joints. Ce groupe semblait d’ailleurs vouloir remercier chaleureusement le festival qui avait fourni des pochettes à bracelets qui faisaient d’excellents porte-papiers-à-rouler.

IMG_3264

17h40: Scène des Arbres. Milk and Bone offre une solide performance. Camille Poliquin souligne que l’an dernier, elle a dû se farcir les gens lourds réclamant leurs bracelets à la billetterie, car elle travaillait sur le site. Cette année elle est sur scène. Quand même un pas pire upgrade. Les filles sont fières. C’est cute en titi.

18h25: Scène Verte. Chet Faker domine la situation. C’est le premier artiste de la journée dont le son est potable. Seul bémol: beaucoup de gens font l’amour sur ses chansons dans la vraie vie, donc il y a beaucoup de gens qui se touchent. Ça nous semble toutefois consentant.

18h45: On cherche une blogueuse mode pour lui montrer ces street styles.

IMG_3242

19h32: Entre deux shows, on en profite pour se payer un périple aux toilettes d’une durée de 24 minutes. Dans le line up, on a les pieds dans l’eau. Alors qu’il n’y a pas eu de pluie récemment. On s’inquiète que ce soit plutôt le contenu des toilettes qui forme cette rivière.

IMG_3283

19h58: AJ des Backstreet Boys attend FKA Twigs.

IMG_3274

20h00: Scène Verte. FKA Twigs s’exécute. Elle semble tellement appartenir à une autre dimension qu’on se dit que ça se pourrait qu’une soucoupe volante débarque pour l’aspirer, pis ça serait normal.

IMG_3293

20h10: La scène apocalyptique durant laquelle les Martiens viendraient chercher FKA Twigs commence à sembler réalisable.

IMG_3286

20h54: Scène de la Montagne. On arrive en retard au show de Of Monsters and Men qui propose quelques nouvelles chansons un peu plus rock qui sonnent comme du Nickelback. Quand le groupe joue son ancien album, tout va bien.

21h35: Scène de la Rivière. Florence and the Machine est magnifique. Elle chante magnifiquement. On hurle magnifiquement. C’est beau.

23h10: En simulant un coup de pied dans nos faces, un gardien de sécurité nous ordonne de quitter le faux gazon sur lequel nous nous sommes échouées.

24h02: Ça fait quasiment une heure qu’on est debout sur un arbuste piquant, saccagé pour l’occasion, en attente d’un passage pour nous rendre au métro.

24h12: On constate que le site s’est vidé sans nous parce qu’on a emprunté le mauvais chemin en suivant aveuglément des Ontariens désorientés. Organisateurs: indiquez donc le chemin la prochaine fois, la gang.

24h14: On respire des aisselles étrangères.

IMG_3292

24h25: On s’en va au Bistro de Paris pour voir Le Nouveau Rappeur. Je reçois un morceau de pain frais dans le front. Ça sent pas mal le melon d’eau. Mais ceci est une autre histoire.

IMG_3290

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *