Déchéance rock à l’Impérial

L’Impérial accueillait hier un gros line-up de rock indépendant dans le cadre du Festival d’été de Québec avec Ponctuation, Metz et les Black Lips. Retour sur une soirée qui m’a presque fait saigner des oreilles.

Arrivé à la salle avec une bonne demi-heure d’avance, je constate qu’une file d’une centaine de personnes patiente déjà à l’extérieur, signe avant-coureur d’une soirée bien réussie. À 18:30, tous entrent dans l’Impérial, là où le soundman avait visiblement un gros crush sur Metric.

Ponctuation_Art

Le premier groupe de la soirée, Ponctuation, s’amène sur scène devant une salle à moitié pleine, mais qui continue à se remplir, ce qui est déjà bien pour un public de festival recherchant les gros noms bien avant les artistes émergents. Bien en forme et accompagnés de Laurence Gauthier-Brown à la basse, les frères Chiasson donnent à leurs fans ce qu’ils attendent : un son lourd, distorsionné, mais funny et très psych à la fois. Loin de déplaire, le groupe s’offre une Météo avec une finale allongée à pas loin de six minutes, rehaussée par un très long solo à la fin.

Guillaume Chiasson finit son set en promulguant un avertissement : « On joue fort, mais pas tant que ça. Attendez de voir Metz! ». Les Torontois s’empressent de lui donner raison avec un véritable mur de son constant, dirigé vers un public qui en redemande. Sans rien retenir, le groupe lance tout à la face des fans, qui les salue avec un mosh-pit très énergique et une salle comble. La vraie tête d’affiche de la soirée.

Metz

Malheureusement, les Black Lips passent un peu dans le beurre. La transition entre la sono réglée au maximum avec des musiciens sur le bord de l’explosion à une longue pause menant à du rock underground oscillant entre vintage et punk-rock 90’s ne convainc pas. Bref, le groupe aurait dû passer au milieu. Tout de même très professionnels, ils jouent le jeu et font danser un peu le public. Je suis finalement parti vers 11:45 avec les oreilles qui sillaient comme c’est pas possible.

Black Lips

Demain :  le line-retour sur le line-up électropop du Parc de la Francophonie (Operators, Owen Pallett et Future Islands) et l’électro tardive du Cercle (Cri et Beat Market).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *