End Of the Weak: Mère Nature, grande gagnante?

Quand la météo est bipolaire, cela se ressent chez le public montréalais. La ville était plutôt tranquille pour un samedi soir pré-juin. «Pluie, pas pluie, j’y vais», n’est pas le dicton qui animait Montréal. Effectifs réduits est le thème qui s’est imposé de lui-même pour cette 3e édition de la saison 4 d’End Of the Weak, qui se déroulait au Divan Orange pour la branche montréalaise de cette ligue internationale d’improvisation rap.

Lors de ces soirées, l’originalité est mise de l’avant dans cinq épreuves ayant des règles bien distinctes afin d’évaluer la capacité d’adaptation des emcees: 16 bars, a capella, freestyle bag, MC vs DJ ainsi que le cypher. Celui qui remportera cette édition se joindra pour l’instant à Chacalcolik et Clay, gagnants de la 1ère et 2e édition.

Celui qui a parti le projet à Montréal, Bbrain, est accompagné de Delta pour l’animation ainsi que de Téhu aux platines. Il ne manque que Vulguerre pour avoir l’équipe habituelle. Le tout débute par un petit hommage à Monk.e, champion national des trois premières saisons, qui a fait un graffiti sur toile pour l’occasion.

Photo: François Larivière

Photo: François Larivière

En guise d’ouverture de soirée, les organisateurs offrent la chance aux gens du public de s’inscrire à un open mic, donnant ainsi l’opportunité au gagnant de faire partie de la compétition. Pour ce faire, deux Français (Yaska et Locus) et un hispanophone (Piedra) sont montés sur scène afin de remporter la place vacante.

Photo: François Larivière

Photo: François Larivière

Avant de dévoiler qui se joindra à la compétition, le public a droit à une prestation du collectif 12 Singes, nous faisant découvrir des pièces de leur plus récent album Règne animal. Devrions-nous plutôt dire 4 Singes, car plusieurs membres n’étaient pas présents. La technique adoptée pour combler les trous: répéter «Frenchi» et se promener en rond pendant les segments appartenant justement à Frenchi Blanco, qui est absent. Heureusement, Kard vient sauver le tout avec un fou freestyle à la toute fin, mettant ainsi la table pour le début de la compétition.

Photo: François Larivière

Photo: François Larivière

Yaska est celui qui rejoint une carte déjà bien remplie avec Giroux, D-Track, SensInverse, Aspect Mendoza et Freddy Gruesum. Voici quelques répliques qui en ressortent.

Photo: François Larivière

Photo: François Larivière

16 bars (texte libre sur beat):

Aspect Mendoza freestyle «Lève tes poings dans les airs. Tu sais avec quoi j’me bas, mes 10-20 frères».
Giroux avec un abus de motherfuck et fucking.
Yaska commence en disant «J’vais me dépêcher, j’ai vraiment envie d’aller aux toilettes. J’dois aller pisser les gars donc ehhhh. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok.»
Freddy Gruesom freestyle «Freddy Grues, comme le Connaisseur j’suis sur le corner».
SensInverse «Shit j’ai pas catché l’temps so j’continue en freestyle», «C’est End Of the Weak so on peut dire qu’c’est la fin d’semaine».
D-Track «Pop pop pop pop c’est le son du speaker, j’fais pas d’la pop comme Justin Bieber», «Dans le rap game tu serais François Buguingo».

A capella (texte libre sans beat):

Freddy «J’dépasse les bornes, Matt Damon. Sans soucis, c’est moi Timon. J’dévore ces insectes, Roi Lion. J’crache de l’acide, Alien. J’crache and that’s it, Aaliyah».
Yaska y va avec un story telling sur Didier «Si t’en as marre de faire la Manche, il va falloir les retrousser».
Giroux qui joue le broke «Mon stack de bread est plat, pain pita».
Aspect «J’y mets plus d’images que toute la carrière de Nicki Minaj».
D-Track, une histoire slammée sur 2 frères, Avoir et Être. Trop complexe pour élaborer!
SensInverse qui sent aussi le «besoin» de dire «J’ai envie de pisser aussi donc j’vais y aller après».

Freestyle bag (5 éléments dans un sac qui doivent être intégrés dans l’impro):

Giroux, en sortant une boîte de condoms du sac «Ça c’est quelque chose que j’utilise pas, j’fourre pas. Ben non c’t’une joke, I fuck your girl up».
SensInverse un peu au dépourvu en lâchant des lignes comme «SensInverse, enh, peu importe», «Yo j’sais pas quoi dire à part que… Yo», «Je sais pas quoi d’autre, oh shit».
Freddy «J’suis un ass hole, every time I battle, j’vire fucking marteau», «De l’argent j’en n’ai pas, donc j’vais amener tous ces objets chez moi».
D-Track «Aujourd’hui, yo, j’me trouve pas beau, au moins sur ma tête j’ai un beau chapeau, rodéo», «J’suis capable de freestyle devant le public, touhtouh je peux jouer un peu de musique, sur une trompette ou sur un saxophone, j’peux faire do ré mi fa sol la si do sur le microphone».
Aspect «J’peux graffer mon nom avec des crayons feutre, pendant qu’tu mets tes babines au neutre», «Game over, bend over. Fais-moi donc 2-3 pains aux œufs».
Yaska «Porter des couches ça m’ferait chier comme le cancer. Au cas, j’ai avec moi un paquet de Pampers».

MC vs DJ (le DJ change le tempo à quelques reprises et le MC doit adapter son impro):

SensInverse un peu trop franc avec lui-même «Fat 3 fois pour que tu comprennes que c’est gros. J’suis un zéro» «Freddy Gruesom est en train de s’marrer de moi», «J’pense j’me suis vraiment fait péter ce soir».
Aspect «J’viens m’battre avec Téhu, c’est l’but», «Pet pis répète tombe à l’eau pis y pètent».
D-Track a juste été trop fort et trop rapide dans son freestyle.
Yaska y est allé de rimes du genre «Sur les beats» et «Sucer des bites» ou «Exécute» et «Baiser des putes».
Giroux sur un slow beat «J’me sens comme si j’étais sur le mush», «I just wanna sing on this shit, ouhhhhhh baby».
Freddy qui décide de front le DJ «Mister DJ, mister DJ, j’suis venu ici pour battle, tu restes figé. Et pendant que j’battle moi je vais te fixer. J’vais t’appeler Minaj parc’que tu t’fais nicker», «Électrisant comme des ampères, t’as mis un vieux beat comme le zizi d’ton grand-père».

Cypher (4 bars chacun sur un thème commun, un à la suite de l’autre):

Thématique brainwash
Freddy «En passant, tous les jours j’bois du rhum comme apéro, impossible de m’brainwash, j’ai pas d’cerveau».
D-Track «Fais attention aux prochaines lignes que j’spit, tu vas savoir que D-Track est clean et explicite».
Aspect «Tu l’as tu mérité? Tu vas finir avec le cul irrité».

«Shout out à la fille la plus high dans place» – Karma Atchykah

photo5

Photo: François Larivière

En attente des résultats, le collectif K6A!?! s’occupe de garder la salle en vie avec de nouveaux succès. Déjà annoncé comme étant une version réduite du groupe avec trois membres seulement, Osti One et Monk.e font malgré tout sans le WordUpeux en chef, FiligraNn.
Moment fort: Monk.e qui dépose sa main sur l’épaule de la fille trop high au même moment où il chante «tu n’es pas ce que tu achètes». Disons que la foule réagit grandement à ce timing parfait! La prestation est aussi marquée de plusieurs freestyles et de sauts dans le public, mais comme le mentionne Monk.e dans une envolée lyrique: «J’ferais du bodysurfing mais y’a pas assez de monde donc ce serait fucking absurde».

Photo: François Larivière

Photo: François Larivière

Après une veillée plus que remplie, c’est finalement le dévoilement des trois MCs qui se sont le plus démarqués. En troisième position, Freddy Gruesom. Celui qui se joindra à la finale du «Meilleur 2e» le 8 août prochain est Aspect Mendoza. Le grand gagnant, qui participera à la finale nationale du 4 septembre prochain, est D-Track. À ne pas manquer entre temps: la 4e édition qui aura lieu le 18 juillet avec Sun Shan, Scynikal, Urbn Logix, Franco Bucci et Jeune Chilly Chill.

N. B. Malgré le manque de personnes pour cette édition (conditions climatiques), je vous suggère fortement d’assister à l’une des 3 étapes restantes pour assister vous-mêmes aux prouesses des artistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *