Francouvertes – soir 6 : entre folk de cégep et trad prog

Le Lion d’or aurait pu être deux fois plus rempli, et les gens deux fois plus dedans, mais peu importe : la sixième soirée des Francouvertes a été dynamique grâce à la présence de trois artistes qui étaient loin de faire dans le compromis. Retour conséquent.

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Le grand favori déchu de Granby 2014  Émile Bilodeau amorce la soirée avec ses intonations forcées à la Bernard Adamus (qu’on pardonne malgré tout) et sa présence charismatique hors du commun. Le jeune bambin à peine majeur secoue d’abord la foule avec Une toune, gros melting pot d’émotions pitchées qui aborde notamment ses histoires de cégep et son désir de prospérité indépendantiste.

«J’joue souvent à mon cégep devant des ados qui boivent d’la bière pis qui écoutent pas», lance-t-il, avant d’entamer Beer, chanson folk simplette, écrite dans une roulotte lors de son séjour à Granby.

Les textes sont à peaufiner, certes, mais le talent est considérable, particulièrement au niveau de ses racontages d’histoires punchés entre les tounes. En revanche, les musiciens qui le supportent servent pas à grand-chose.

«Je suis une personne très engagée socialement. Mon programme en sciences humaine profil monde en témoigne», ironise-t-il ensuite, avant J’en ai plein mon cass. La foule embarque – quelques spectateurs semblent pendus aux lèvres du bonhomme. Habituellement, c’est bon signe.

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Changement de tempo avec Dylan Perron. Ça commence solidement morne avec Wâwâte / Aurores, pièce qui laisse présager une drop d’énergie singulière. Le groupe maison du chanteur abitibien Élixir de Gumbo investit ensuite la scène avec la volonté de changer le cours des choses. «Y’en a qui connaissent le projet?», de demander Perron. «Vous deviez vous demander ce qu’on faisait… Fait qu’on va revenir à nos moutons !»

Ainsi, le folk trad aux accents country des bonnes familles prend le relais. La poésie un peu maladroite de Jeu de société, pièce aux accents politiques à propos de la libération québécoise, gâche légèrement la fête qui se tramait. On se désole de quelques jeux de mots, notamment «c’est Jean Chrétien, je leur P.E.T. dans face, pis y’a pas personne qui Dion !». Ça mène où exactement tout ça ?

Heureusement, ça déménage pis pas à peu près. «La danse de la poule, c’est faite pour casser des tables pis partir des batailles», envoie le chanteur avec un charisme nonchalant. Le bluegrass est incisif, et Dylan en profite pour monter sur la tête d’un de ses musiciens. Joli

«J’pense que ta Saint-Patrick a été moins longue que la nôtre», lance-t-il à une personne de la foule, avouant qu’il trouve sa soireé tough. «Mononc est fatigué… On est pas venus icitte pour dire d’la marde, mais c’est ben parti.»

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

On termine ça avec Chandail de loup, duo originaire de Lachine qui donne dans un mélange à première vue audacieux entre musique traditionnelle et élans progressifs. «Au-delà des règlements, des lois, des chartes, y’a rien de plus accueillant que quelqu’un qui s’aime», envoie Louis-Philippe Dupuy au terme d’une longue envolée ayant pour but d’introduire Ma cabane, chanson au message rassembleur mais peu étoffé.

Des instruments de haute voltige comme la guimbarde et le melodica investissent les lieux, au grand bonheur de tous. Ainsi, le mélange proposé par le groupe s’avère concluant, du moins pour les deux premières pièces (Ma cabane et Vacances). Les instants dynamiques aux moments audacieux sont nombreux, notamment au niveau des structures de chansons, impressionnantes.

Toutefois, ça se gâte avec les suivantes, au même niveau que les interventions du chanteur, souvent maladroites. Rien n’arrive à la cheville des précédentes constructions ambitieuses qui, même sans être parfaites, avaient un potentiel certain.

Au terme des votes du public et du jury, Chandail de loup a été mis de côté, contrairement à Dylan et Bilodeau qui devraient, si la tendance se maintient, accéder à la ronde suivante.

 

Palmarès des préliminaires des Francouvertes 2015 après le soir 6:

1- The Urban Indians

2- Samuele

3- Rosie Valland

4- Anatole

5- Émile Bilodeau

6- Yokofeu

7- Dylan Perron et Élixir de Gumbo

8- C-Antoine Gosselin

9- Mathieu Bérubé

Le party se poursuit la semaine prochaine avec Nicole, Cherry Chérie et PONI. Lundi 20h au Lion d’Or.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *