Quoi!? Oasis à Glastonbury en 2015 ?

On est désolés pour le faux espoir, mais non, Oasis ne jouera pas au célèbre festival anglais, ni là-bas, ni ailleurs. Et pourtant, ce genre de nouvelle pourrait en ravir plus d’un. Parce que oui les reformations des groupes font rêver et quand elles se produisent, elles tirent quelques larmes de joie à aux fans de la première heure.

Blur/Parlophone Records

Blur/Parlophone Records

C’est sûrement ce qui est arrivé récemment, quand Blur a annoncé son retour le 27 mars prochain, avec un album et peut-être une tournée.

Cet été, Robert Plant a banni à jamais l’idée d’une reformation avec les anciens de Led Zeppelin. Pendant ce temps, les maisons de disques sortent des rééditions d’Oasis et la fin de Beady Eye, le projet fumant de Liam Gallagher, suffit pour que des hordes de fans imaginent déjà Oasis à Glastonbury. Et, ah oui ! Après une tournée catastrophique il y a quelques années, les Stone Roses veulent remettre ça, avec un album en 2015.

Pourquoi, les reformations font-elles souvent l’objet de tant de spéculations ?

Ce phénomène agit par vague et en ce moment, c’est clairement à la mode! Alors que des Royal Blood et autres Alt-J tentent de devenir les nouveaux Rolling Stones, le monde devient dingue quand on sait que, oui enfin, Carl Barât et Pete Doherty célèbreront leur réunion avec un nouveau Libertines. Les nouveaux groupes sont-ils donc si mauvais pour qu’on soit obsédés à ce point par le retour des artistes plus ou moins vieillissants sur les scènes de nos capitales respectives?

Cela peut être une raison pour certains, mais non, les groupes découverts depuis peu ne sont pas (tous) à jeter à la poubelle, loin de là. Il faut se mettre à la place de celui qui a vécu à l’époque du Super Nintendo pendant que Leisure tournait dans son lecteur CD. Oui, on l’imagine très bien acheter son billet, impatient de revoir Damon Albarn sautiller sur Song 2 et Parklife, quand il apprend que Blur est de retour. C’est vrai, le dernier single Go Out n’est pas mauvais, mais on est tous d’accord pour dire qu’il ne surpassera jamais les tubes tels que Charmless Man, The Universal ou On Your Own. Le secret des succès des reformations donc, (et je vous donne ma parole là-dessus) c’est la nostalgie.

Les gens ont vécu des choses merveilleuses sur ces albums: pour la plupart, leur époque est celle des grands groupes de rock qui font vendre et surtout, qui font rêver. Le credo du «avant c’était mieux», existe depuis longtemps, mais dans notre société, où l’avenir n’est qu’un épais brouillard terrifiant, les gens se tournent vers le passé pus facilement. Imaginez le Marty McFly se pointer en octobre prochain! Il ne trouverait pas le futur si différent de son époque. Michael Jackson (même mort) vend encore des albums, le troisième volet de Ghosbusters est attendu dans les salles pour 2016 et les Stansmith connaissent un retour en force sans précédent.

Deuxième jeunesse

Voir un groupe qu’on a aimé, se retrouver pour sortir un album et sillonner les salles du monde entier, c’est l’occasion de revivre sa jeunesse pour les uns, et de découvrir ces groupes disparus pour les autres. C’est l’unique opportunité de faire renaître, le temps d’un concert, l’hystérie du fan ou de la groupie d’antan. La musique a une importance indubitable dans la vie des gens, dans l’Histoire et dans notre société. Elle suscite toutes les passions et toutes les émotions. Certains de ses prêcheurs sont devenus des dieux (Jimi Hendrix et Jim Morrison), d’autres des martyrs (Kurt Cobain ou Brian Wilson).

Les gens attendent beaucoup de ces reformations? Oui. Ils sont déçus? Pas toujours. Rappelons que l’amour est aveugle: il est aisé pour les fans d’ignorer les défauts d’un album, d’un concert, pourvu que le groupe ou l’artiste soit bien de retour, prêt à jouer de nouveau les grands titres de sa carrière.

Bien entendu, il y aura les réticents. Ces malheureux râleurs qui ne verront à travers ces comebacks que le triste constat d’une scène musicale pauvre et sans talent. Des personnes tristes ou juste lucides? La question n’a pas vraiment d’importance, pour une simple raison: les souvenirs laissés par la musique. Que ce soit pour Pink Floyd, The Who ou Oasis, les passionnés n’hésiteront pas une seconde à débourser une somme astronomique pour voir ces légendes sur scène. Pour frissonner une dernière fois, sur les airs de leurs premiers amours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *