Critique de l’album Alive du groupe Hiromi (The Trio Project)

Pochette Alive

Le trio formé en 2010 par la pianiste de jazz fusion Hiromi Uehara avec le bassiste de jazz Anthony Jackson et le batteur Simon Phillips (Toto, The Who) présente son troisième album, Alive.

Fidèles à eux-mêmes, les trois musiciens offrent un véritable tour de force musical avec Alive où chaque instrument rivalise en qualité et en complexité. C’est cependant Phillips qui impressionne le plus avec des rythmes extrêmement originaux pour le genre, possiblement dû à ses différents flirts avec le rock dans le passé. Il détone particulièrement des rythmes entendus dans les deux premiers albums du trio. Il semble véritablement qu’Hiromi ait laissé une place beaucoup plus grande à son batteur pour des séquences rythmées hors du commun qui se marient à la perfection avec le jeu magique d’Hiromi, particulièrement sur la troisième pièce, Dreamer. Comme auparavant, les doigts de la pianiste japonaise semblent parfois flotter tendrement sur le piano ou parfois le marteler de sa vigueur maintenant célèbre.

La délicatesse de son jeu ne laissera aucun amateur de piano jazz indifférent tant il est limpide et précis. La qualité de l’écriture est également remarquable avec des signatures de temps parfois complexes et une recherche musicale extrêmement agréable. Pour sa part, Anthony Jackson ne se démarque pas particulièrement avec un walking bass concis et précis, sans plus. L’enregistrement ne semble malheureusement pas lui laisser beaucoup de place à l’exception de petits passages solos plus ou moins intéressants, ce qui est dommage.

Une longue fresque

Même en étant sublime, l’album souffre d’une longueur qui le rend difficile à apprécier dans sa totalité en se chiffrant à environ une heure et quart. Tout l’album est instrumental et totalement mené par du piano, ce qui peut rendre rebutant une écoute intégrale de l’album. Demeurer attentif pour apprécier l’œuvre intégralement est très difficile et peut malheureusement faire pencher l’album vers une musique d’ambiance malgré sa grande qualité.

Familier, mais pas encore essoufflé

On commence à reconnaitre la sonorité du trio avec des petites passes de piano familières, des accords reconnus et des séquences habituelles avec ce troisième album. Cependant, l’album possède une nouvelle couleur et de nouvelles touches musicales qui permettent à l’auditeur de vivre de nouvelles émotions encore jamais ressenties en écoutant le trio d’Hiromi; une véritable réussite pour la Japonaise qui ne tombe pas encore dans la redondance.

Malgré une certaine longueur et des sonorités parfois familières, impossible de rester insensible au voyage d’émotions dans lequel nous transporte chacune des chansons: nostalgie, bonheur, tendresse, espérance. La versatilité flagrante d’Hiromi et la richesse surprenante du jeu des tambours de Simon Phillips font réellement de cet album une valeur sûre pour les amateurs de piano jazz, de jazz fusion et de musique instrumentale en général.

Pièce à mettre dans votre iPod: Dreamer

www.hiromimusic.com

9 comments on “Critique de l’album Alive du groupe Hiromi (The Trio Project)

  1. Riichard Alexandre 12 octobre 2015 at 19:19

    Super.. super

    Hiromi c’est magique et plus que remarquable.

    Impressionnant tes jeux de transferts d<main gauche et droite.

    Tout semble si facile…

  2. joly luc 17 janvier 2016 at 14:29

    une pure merveille que du talent à consommer sans modération

  3. joly luc 17 janvier 2016 at 14:30

    une pure merveille que du talent à consommer sans modération

    je l’écoute une fois par semaine

  4. Vailland Eric 12 février 2016 at 20:51

    Hiromi nous prends par la main pour nous emporter dans un pays magique… Plus je l’écoute et plus je me demande quoi écouter…après Hiromi, sinon, Hiromi. Toute sa musique est étonnante, vivante. Je ne m’en lasse pas.

  5. Meldem christian 19 mai 2016 at 01:16

    Depuis que j’ai découvert sa musique magique, je suis devenu complètement accro. Elle reflète mon état d’esprit jouée avec dextérité et beaucoup d’amour.

  6. François-Xavier Manson 24 juillet 2016 at 10:13

    Hiromi j’ai découvert en 2008 avec Beyond standard, et depuis je suis fan… Sa folie, la maestria du jeu des trois musiciens, son inventivité, tout cela fait de cette artiste un génie dans un monde ou la stupidité régne en maitresse absolue…

  7. Rémi Picaud 20 octobre 2016 at 10:36

    Comment oublier ce moment passé à la Cigale ce 19 octobre 2016 ? Mélodieux, précis, original, novateur et malgré tout très sobre. Avec une telle maîtrise technique, Hiromi pourrait se complaire dans l’exercice de style chien savant au piano! Non elle a trop de respect pour cet instrument qu’elle exploite à 200%, trop de respect pour ces deux compères à la basse et à la batterie parce qu’il s’agit bien d’un trio, et surtout tellement de talent!

  8. Arnold Westram 26 mars 2019 at 12:17

    Cet album est absolument génial. S’écoute dans n’importe quelle circonstance. Seul en auto, à la maison, en mangeant, en discutant ( pas trop pour bien écouter…!), en marchant, bref, que du bon. Grande découverte que je déguste régulièrement.

  9. Arnold Westram 26 mars 2019 at 12:20

    Ah…aussi…Bon 40ème anniversaire à Hiromi Uehara! Longue vie en santé et encore d’autres albums svp!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *