Critique de l’album Mon Homesick Heart des Hay Babies

La vague Acadienne post-Lisa Leblanc a accouché d’un premier rejeton qui va faire beaucoup jaser, bouger, mais qui ne marquera pas les esprits.

hay-babies-mon-homesick-heartLa comparaison entre Lisa Leblanc et les Hay Babies était inévitable. Celles qui ont remporté les Francouvertes l’année dernière font dans le country-folk bien au goût du marché musical québécois. Le son est juste assez léché, les harmonies vocales juste assez présentes et les paroles juste assez touchantes et drôles pour plaire à un public assez vaste.

L’album ouvre sur Bonnie And Clyde, chanson drivée par un duo banjo et harmonies vocales avec des gros coups de drums en percussions. Une pièce qui va certainement faire taper des mains et hocher de la tête lors des spectacles. Les petits breaks rythmiques du refrain sont bien sentis et les couplets sont solides.

J’ai vendu mon char a un petit côté cinématographique à la The Last Shadow Puppets, mais en plus atmosphérique. C’est la meilleure pièce de l’album, et de loin.

Il est impossible de ne pas apporter de comparaison avec Lisa. Pas que les Hay Babies soient incapables d’avoir un style bien à eux, mais la populaire protégée de Bonsound a tellement pavé la voie à cet hybride folk rock country indie qu’il est très difficile de s’en éloigner. Un album double Lisa Leblanc/Hay Babies, dans lequel les deux artistes font des covers de l’autre, serait, par exemple, un succès assuré, tant les deux musiques se rejoignent.

Les Hay Babies n’ont toutefois pas ce petit côté trash propre à Lisa. C’est beaucoup plus propet et soft tout en restant country et banjo-friendly, comme sur Fil de téléphone. Il y a aussi de beaux moments de douceurs avec Trop Frette, Mon Homesick Heart et Me Reconnais-Tu?.

Avec François Lafontaine (Galaxie, Karkwa) à la réalisation, on aurait pu s’attendre à une belle surprise. Au final, on a droit à un album honnête, qui s’écoute très bien, mais dont on ne parlera plus l’année prochaine. Il faut toutefois que cet album est la preuve que le country est en train de se tailler une place dans la musique alternative du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *