[critique] Critique de l’album Vieux frères – Partie 1 de Fauve

Les amateurs de musique francophone qui se demandent quel est le disque incontournable paru ces dernières semaines devraient arrêter leurs recherches et écouter l’excellent Vieux Frères – Partie 1 de Fauve.

Fauve - Vieux Frères - Partie 1Formé « entre 2010 et 2011 » aux dires de Fauve, le collectif français a réussi à se bâtir un important bassin de fans après avoir fait paraître cinq singles, un ep et l’excellent Vieux Frères – Partie 1, son premier long-jeu. Sur ce dernier, les Parisiens continuent à explorer le son qu’ils avaient préconisé sur leur ep intitulé Blizzard sorti en 2013.

Tout au long des onze morceaux, Fauve propose un savant éclectisme musical qui se traduit en un amalgame de rock électrique, de hip-hop et d’électro ambiant. Ce mélange des genres fait de Vieux Frères – Partie 1 une œuvre aboutie et fascinante.

Les arrangements sont l’une des raisons qui font de ce disque l’un des meilleurs parus depuis le début de l’année. Les Parisiens incorporent habilement une panoplie d’instruments à leur musique. Que ce soit la guitare électrique, le piano, le violon, la batterie ou les appareils électroniques, chacun des instruments trouve sa place au sein d’une création nuancée et texturée.

À titre d’exemple, Voyou, la première pièce, est une composition hip-hop mettant l’accent sur les instruments rythmiques et les arrangements de violon. D’ailleurs, sans en être une vulgaire copie, Voyou rappelle l’excellente chanson titrée The Point of No Return du rappeur latino-américain Immortal Technique. La ressemblance entre Fauve et ce dernier ne s’arrête pas là. Dans les deux cas, les artistes abordent des sujets qui touchent notamment les temps modernes et le politique.

Pour revenir à Vieux Frères – Partie 1, sur ce disque, les Parisiens qui ont décidé de rester dans l’anonymat traitent avec lucidité de la quête identitaire, de l’amour de soi et d’autrui ainsi que de la marginalité. Par exemple, ce dernier thème est au cœur de la très bonne chanson intitulée De ceux. Elle aborde la question des « mésadaptés sociaux ».

Qu’il chante ses textes ou qu’il les récites en spokenword, le chanteur de Fauve réussit toujours à livrer les paroles avec une sincérité frappante.

Depuis plusieurs années, certains artistes québécois tentent leur chance de l’autre côté de l’Atlantique. Récemment, on n’a qu’à penser à Peter Peter, Lisa Leblanc et Pierre Lapointe. Cette fois-ci, c’est pour le plus grand plaisir des Québécois que Fauve a tenté de venir conquérir le Québec. Mission accomplie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *