Fuck Buttons – Slow Focus

Fuck Buttons, avec leur nouveau disque Slow Focus, signe une œuvre grandiose qui s’apprécie davantage lorsqu’écoutée en immersion totale.

Fuck Buttons - Slow FocusSorti à la fin du mois de juillet, le troisième disque studio de Fuck Buttons, un duo d’électro-expérimentale composé de John Power et Andrew Hung, propose une musique épique et cérébrale. Slow Focus s’avère une écoute ardue qui ne plaira certainement pas à tout le monde. Par contre, le ou la mélomane qui y prête une oreille attentive pourrait vivre une expérience gratifiante.

Formé en 2004, à Bristol en Angleterre, Fuck Buttons s’est forgé une solide réputation dans la sphère électro. Cette réputation les a mené à travailler avec de grands noms de la musique. À titre d’exemple, pour Street Horrrsing (2008), leur premier disque, les deux musiciens ont eu le privilège de travailler avec nul autre que l’un des deux guitaristes de Mogwai, John Cummings. Ensuite, pour leur deuxième long jeu, Tarot Sport (2009), Fuck Buttons a eu le plaisir de travailler avec l’artiste techno britannique, Andrew Weatherall. Toutefois, après avoir acquis de l’expérience, John Power et Andrew Hung ont décidé de travailler seuls sur Slow Focus. Voilà une décision qui a porté fruit.

Uniquement équipé de différents appareils électroniques pour composer Slow Focus, Fuck Buttons réussit malgré tout à créer un disque qui n’a rien à voir avec la redondance. Bien que la facture sonore soit homogène (dans le bon sens du mot), cela n’empêche pas le duo d’utiliser une jolie palette de sonorités. D’ailleurs, en partie composé autour de partitions de synthétiseur qui nous rappellent les trames sonores de films de science-fiction se déroulant dans l’espace, le disque comprend quelques sonorités extérieures à la musique électro. Par exemple, lorsqu’écouté attentivement, la composition titrée The Red Wing semble contenir une petite partition de saxophone. Celle-ci a la qualité d’ajouter une texture moins synthétique, plus naturelle à l’œuvre.

En plus d’avoir occupé le rôle de compositeur, les deux membres de Fuck Buttons ont aussi assuré la réalisation de Slow Focus. Ce disque est un bel exemple de réalisation réussie. La réalisation, l’hygiène sonore du disque, concorde à merveille avec l’atmosphère qui y règne. Puisque cet album est la trame sonore parfaite pour accompagner un voyage dans l’espace, Slow Focus met de l’avant un beau croisement de sonorités qui rappellent l’apesanteur et d’autres sonorités qui rappellent l’aspect aride et granulaire du sol lunaire.

Slow Focus est un album ambitieux qui consolide la place de Fuck Buttons parmi les formations électro les plus intéressantes des dernières années. C’est une belle réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *