Chelsea Light Moving – Chelsea Light Moving [2013]

Chelsea-Light-MovingChelsea Light Moving
Chelsea Light Moving

Matador
États-Unis
Note: 8/10

 

La séparation entre Kim Gordon et Thurston Moore a été une pilule difficile à avaler pour bien des fans d’indie rock. La fin de Sonic Youth? La mort de ce légendaire groupe d’indie rock, actif depuis une vingtaine d’année, sonnait le glas pour une époque musicale. La fin entre Thurston et Kim devenait aussi la preuve que l’amour éternel n’existait pas (je m’emballe). Mais ça, c’était jusqu’à l’apparition de Chelsea Light Moving.

On a pu entendre l’autre moitié-guitariste de Sonic Youth l’an dernier grâce à l’album solo de Lee Ranaldo. Between the Times & the Tides était un disque mélodique, relativement tranquille (pour un ex-membre de SY) et bien ficelé. C’est tout le contraire du nouveau groupe de Thurston Moore. Si la première chanson de l’album, heavenmetal, peut rappeler le dernier disque solo du musicien, la suivante, Sleeping Where I Fall, nous fait redécouvrir la bien-aimée guitare de Thurston Moore dès la 40e seconde du morceau. Guitare nerveuse et/ou lourde et/ou complètement fuzzée à la Rather Ripped, structures musicales éclatées et un souci du détail pas trop présent. Et vers le milieu de la chanson, breakdown noisy dignes des belles époques de SY. On a droit à de l’indie rock pur pur pur.

On a bien souvent l’impression d’entendre du Sonic Youth dirigé par Thurston. L’absence mélodique de Lee Ranaldo est notable, tout comme celle de Steve Shelley à la batterie. Chelsea Light Moving, c’est Thurston Moore en studio, avec des amis, sans se casser la tête. Chanson de huit minutes presque sans paroles avec changements brusques entre sons clairs et distortionnés (Alighted), sons étranges de guitare (Groovy & Linda), rythmes rapides et nerveux (Lip), guitares bruyantes (Burrough), tout y est.

Mais attention, Chelsea Light Moving n’est PAS un album de Sonic Youth. Ça sonne tout comme, ça ressemble, et ça contient Thurston Moore, mais il manque le petit quelque chose SYish. Néanmoins, n’importe quel fan d’indie rock des 3 dernières générations devrait triper en écoutant Chelsea Light Moving. Très solide disque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *