The Besnard Lakes – Until in Excess, Imperceptible UFO [2013]

until-in-excess-imperceptible-ufoThe Besnard Lakes
Until in Excess, Imperceptible UFO

Jagjaguwar
Canada
Note: 7/10

 

Dans la scène musicale montréalaise, The Besnard Lakes jouit d’une excellente réputation… en dessous de la limite « underground ». Parce qu’essayez de jaser de ce groupe à un non-initié de la scène locale, il vous regardera avec des yeux ébahis. Pourtant, The Besnard Lakes est facilement l’un des groupes anglo-montréalais les plus puissants des dernières années. Leur shoegaze psychédélique et planant est unique en son genre. Until in Excess, Imperceptible UFO est leur quatrième album. C’est toutefois leur moins solide.

Alors que les très bons Are the Dark Horse et Are the Roaring Night étaient imprévisibles et diversifiées, Until in Excess, Imperceptible UFO est un album plutôt linéaire, un peu plat, presque prévisible. De 46 Satires à Alamogordo, très peu de rebondissements viennent nous surprendre. Les rythmes sont semblables, avec des chansons plutôt lentes et atmosphériques remplies d’harmonies vocales aériennes et de guitares lourdes.

Les éléments clefs du groupe sont encore là. On y retrouve les voix de Jace Lasek et d’Olga Goreas, vaporeuses comme jamais. Et avec une musique plus tranquille, moins shoegaze, leurs cordes vocales se retrouvent plus utiles que jamais. Les ambiances musicales ne tombent pas loin de l’arbre; c’est toujours autant pesant comme une tonne de plumes.

La batterie joue rarement un rôle aussi important que sur les derniers albums (pensons aux chansons Devastation ou And This is What we Call Progress). L’absence de variations rythmiques fait parfois en sorte qu’on a de la difficulté à distinguer les chansons, surtout qu’elles durent environ toutes le même temps (entre cinq et six minutes).

On ne peut pas dire qu’Until in Excess, Imperceptible UFO est un album ennuyant. Il est plutôt très linéaire et peu diversifié. Il manque certainement de punch, mais pas de qualité de production. Les fans, comme moi, seront peut-être légèrement déçus, mais le disque mérite d’être écouté par tous ceux qui aiment le rock planant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *