Get Well Soon – The Scarlet Beast O’Seven Heads [2012]

Get.Well.Soon.The.Scarlett.Beast.O'Seven.HeadsGet Well Soon
The Scarlet Beast O’Seven Heads

City Slang
Allemagne
Note: 6.5/10

 

Get Well Soon s’est imposé comme l’un des groupes les plus éminents de la pop baroque des dernières années, porté par le talent incommensurable de Konstantin Gropper qui magnifie tout son par sa sensibilité exacerbée. Le premier opus Rest Your Head You Will Get Well Soon reste pour moi un véritable coup de maître qui trône au sommet dans mon panthéon 2008. Alliant envolées de cuivre, orchestration léchée, pouvoir mélodique incontestable, cet album a réussi pour moi à réhabiliter la pop symphonique qui me paraissait alors quelque peu désuète. Le deuxième album Vexations, même s’il prenait une tournure plus sombre et intimiste qui me séduisait légèrement moins, avait tout de même confirmé la qualité du songwriting de Gropper. Arrive donc ce troisième opus au titre énigmatique The Scarlet Beast O’Seven Heads et à la pochette assez peu engageante. Mon admiration n’est pas aveugle et je fais comme vœu pieux que Get Well Soon nous choisisse plus tard des pochettes d’albums dont je sois un peu plus fier dans ma cdthèque (mot issu d’un autre temps en cette période où la musique se dématérialise). Après ces remarques qui te sembleront bien superflues, lecteur impatient, il serait temps d’aller écouter cette nouvelle production.

On commence en douceur, on est bien loin de l’ouverture gourmande Prelude, avec Prologue qui est une ballade toute en simplicité, portée par un banjo et de légers chœurs qui enveloppent la voix caverneuse de Konstantin. Toujours cette agréable impression d’une musique cinématographique et d’un univers digne des westerns. Let Me Check My Mayan Calendar, un des deux intermèdes de l’album, ramène davantage vers le premier opus. Univers plus léger et plus enfantin porté par les cuivres et les clochettes, on sent poindre en fond la puissance orchestrale. The Last Days Of Rome est ensuite plus conventionnel, je n’en retiendrai que la judicieuse prise de pouvoir des drums sur la fin qui donne un caractère d’urgence au titre. Arrive un joli duo qui me séduit pleinement : The Kids Today et ses synthés qui rappellent MGMT époque Congratulations et surtout l’excellent Roland, I Feel You avec ses cuivres convaincants et le chant habité de Konstantin.

Get Well Soon s’est bien écarté de l’univers sombre de Vexations et Disney est un morceau très frais et sa palette de gimmicks sonores réveille le Peter Pan qui est en nous. Et que dire de A Gallows, superbe morceau de pop rythmée qui m’évoque Arcade Fire par sa montée en puissance? Qu’il faut profiter de son souvenir, car la deuxième partie de l’album est plus âpre à appréhender. Oh My ! Good Heart est excessivement sombre et le contraste avec les deux titres précédents est assez saisissant. Just Like Henry Darger, vaste épopée baroque, est pour moi le dernier sommet de l’album avec Courage, Tiger! qui arrive à séduire malgré des synthés un peu trop présents. Pour la première fois, un sentiment de lassitude pointe son nez et les deux derniers titres passent sans attirer mon attention.

Pour le coup, l’impression d’ensemble demeure mitigée. The Scarlet Beast O’Seven Heads me fait regretter le léger manque de cohérence et ces synthés qui font perdre cet aspect grandiloquent qui me séduisait chez Get Well Soon. Comme si cette pop devenait de moins en moins baroque et intemporelle. Dommage…

3 comments on “Get Well Soon – The Scarlet Beast O’Seven Heads [2012]

  1. xalsr 7 septembre 2012 at 18:35

    La 1ère écoute n’est qu’une impression générale, et a finalement peu de valeur. Pourquoi ne pas attendre une dizaine d’écoutes attentives afin de véritablement rentrer dedans ? Il n’y a que comme ça que l’on peut apprécier de très bons albums.

  2. Olivier Blanc 8 septembre 2012 at 02:45

    Je ne fais jamais d’article sur un album que je n’aurais écouté qu’une seule fois… Après plusieurs écoutes c’est actuellement mon ressenti, peut-être que mon avis évoluera au fil des écoutes (en bien ou en mal). Un très bon album ne se détecte pas forcément après une multitude d’écoutes attentives, l’argument  » tu n’as pas apprécié car pas assez pris le temps de l’appréhender » ne tient pas toujours la route selon moi ;) Maintenant, vu mon admiration pour Get Well Soon, j’espère sincèrement que cet album vieillira bien et m’ôtera cette impression mitigée…

  3. xalsr 17 avril 2013 at 16:51

    Souvent il faut laisser reposer l’écoute d’un album et y revenir quelques jours/semaines plus tard dans un autre contexte pour mieux l’appréhender. J’espère que cet album aura « bien vieilli » pour toi. Pour moi rien n’a changé. Il rentre dans le Panthéon des très grands albums, ce genre de disque dont on ne peut s’en lasser, on a toujours envie d’y revenir après s’être aventuré vers d’autres horizons musicaux très souvent vains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *