Radio Radio -­ Havre de Grâce [2012]

radio.radio.havre.de.graceRadio Radio
Havre de Grâce

Bonsound Records
Canada
Note : 8/10

Belmundo Regal a donné une visibilité hors norme à Radio Radio. En Europe, au Mexique et ici, le trio a su faire adopter un style qui n’avait pas de prédécesseurs pour l’oreille moyenne: un franglais assumé, un accent omniprésent,  un style loufoque, un rap unique.

Les « déjà vendus » seront rassurés, Havre de Grâce propose la seule et unique vibe de Radio Radio audible sur tout ce qu’ils ont fait auparavant. Plusieurs nouvelles explorations apportent la touche supplémentaire qui était nécessaire. On sent une découverte particulière des percussions que l’on entend surtout sur Comment ça va et On a vécu. Julien Sagot et Stéphane Bergeron de Karkwa ont collaboré aux rythmes si habilement frappés sur des tamtams. La marginalité de Sagot semble avoir inspiré quelques envolées instrumentales que l’on ne connaissait pas nécessairement à Radio Radio. Plaisant.

Les autres participations diverses donnent à l’album un éclectisme vraiment intéressant. L’accordéoniste Horace Trahan débarque avec son instrument atypique sur la pièce Y’en a qui connais. La poète acadienne Georgette LeBlanc, lauréate du prix Félix-Leclerc, est à l’origine du refrain très entraînant de Galope. Mamoru Kobayakawa (guitare, basse, piano, voix) et Eloi Bertholet (batterie, saxophone, voix) ont également mis l’épaule à la roue musicale de Radio Radio. Notons également les contributions vocales de Poncho French sur Conférence/Figurer out et sur Sunrise/All Inclusive War Tour.

Passant d’une pièce très country ou pop à une autre plus électro et en valsant même vers des accords jazzés, on peut dire que Alexandre Arthur Bilodeau, Gabriel Louis Bernard Malenfant et Jacques Alphonse Doucet ont su sortir du moule et essayer de nouvelles avenues. Radio Radio procure un bonheur intense et le bonheur des joyeux rappeurs est palpable. Ils qualifient d’ailleurs cet album d’un retour à la maison. Qu’est-ce qui fait plus de bien que de retourner chez soi ? Peut-être l’écoute de Havre de Grâce qui arrive juste à temps pour la chaude saison qui avait peur d’être en mal de musique festive.

Si un bémol accroche l’oreille, c’est bien le manque de ver d’oreille. Hormis Galope, peu de paroles se font accrocheuses à la première écoute. Ce n’est cependant qu’une question de temps. Amenant des rythmes qui donnent envie de danser, les trois lurons ont su construire une unité musicale qui leur est propre, inimitable.

Le troisième opus de Radio Radio sera en magasin le 17 avril sur Boundsounds Records. Un spectacle de lancement aura lieu au Club Soda le même jour à 19 h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *