Joseph Edgar – Interstices [2012]

Joseph Edgar
Interstices

Indépendant
Canada
Note : 7/10

Sur Interstices, Joseph Edgar chante l’Acadie au ventre et le Québec en tête sur une trame à saveur cajun, folk et rock. Guitare, piano et percussion de toutes sortes ne font qu’un pour former les mélodies parfois rythmées, parfois modestes de ce quatrième opus chargé d’intensité.

L’auteur/compositeur, fidèle à ses origines, y chante en français comme en anglais avec un charmant accent acadien. Il se confie sur l’amour, le passé et la peur de l’inconnu ; des thèmes récurrents, mais non négligeables qui rappellent que la vie est une série d’étapes.

À travers ses textes, il évoque d’ailleurs le vent, à plusieurs reprises, pour évoquer cet enchaînement.  Sur Le fantôme de Blanchard, on peut l’entendre nous parler d’un personnage qui vit « une autre journée, à passer le temps, à se débattre pour, attraper le vent ».

Ne t’en fais pas, pièce plus douce et progressive est sans aucun doute ma préférée de l’album. Un peu mélancolique, mais à la fois chargée d’espoir, sa mélodie rappelle la trame sonore d’Into the Wild (Vers l’inconnu) composée par Eddie Vedder, chanteur de Pearl Jam.

Head in the Clouds et Slip Away se rallie au bon folk américain, alors que Chemin Inconnu, Pont Mackay et Nouvelle du soir sont un mélange bien dosé de rock et de cajun.

Je n’irai pas jusqu’à comparer Joseph Edgar à Bernard Adamus, mais certains morceaux comme Tu m’avais, tu m’aurais ou Route 56 rappellent étrangement sa façon d’écrire. Dans le même sens, Secousse évoque la fougue indifférente de Vincent Vallières à ses débuts.

Il est important de souligner la réalisation très appliquée de l’album,  mais s’il y avait un bémol à y apposer ce serait justement sur le fait que son tout est trop léché. Il manque cette profondeur, ce croustillant et cette acoustique insouciante qui rendent les morceaux de Bernard Adamus aussi marquants.

Avec son banjo, ses guitares riches et ces mélodies au piano d’une simplicité séduisante, il reste que prendre le temps d’écouter Joseph Edgar parler de la vie, c’est tout simplement s’arrêter un moment et se faire plaisir. Interstices est à écouter autant autour d’un feu à la campagne, dans un modeste appartement coin Laurier/Drolet ou dans une voiture en route vers la Louisiane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *