The White Stripes en cinq morceaux

par Williams Fonseca-Baeta

Détroit en aura pour quelque temps à s’endeuiller. Les White Stripes, un des groupes rock les plus influents et prolifiques de la dernière décennie, se sont séparés le 2 février dernier en publiant une lettre d’adieux sur leur site web. Les anciens époux Jack et Meg White mettent ainsi un terme à une relation musicale de treize ans, vingt-six simples, quatorze vidéoclips et six albums studio. Pour l’occasion, voici une sélection de cinq morceaux pour vous rappeler les moments marquants du groupe rayé rouge et blanc.

Fell In Love With A Girl

Le premier coup d’éclat des White Stripes s’est construit à l’aide d’une simple suite d’accords et d’architectures en blocs lego. La vidéo de la pièce Fell In Love With A Girl réalisée par Michel Gondry, l’homme derrière le film The Eternal Sunshine of the Spotless Mind, est un spasme coloré de moins de deux minutes. Le vidéoclip a l’astuce de symboliser l’aspect élémentaire du groupe avec une originalité répondant à ses sonorités.

Jack et Meg savaient très bien ce que pouvait amener les paroles du morceau. Tomber en amour ne peut prendre que quelques instants dans l’univers des rayés, mais pour les audiophiles le coup de foudre avec les White Stripes s’est fait en moins de deux.

We’re Going To Be Friends

Si une phrase devait être inscrite sur une tombe immortalisant la carrière des White Stripes, le titre We’re Going To Be Friends y serait écrit en rouge et blanc. Cette chanson racontant les premiers jours d’école de jeunes enfants représente l’essence même du groupe. L’innocence et la naïveté étant les thèmes les plus récurrents des paroles de Jack White, ce morceau est celui réussissant le mieux à interpréter la carrière du duo

Seven Nation Army

La ligne de guitare la plus marquante de la décennie 2000 s’est composée sur une modulation si grave qu’elle s’est fait méprendre pour une basse. Seven Nation Army est le classique des classiques des White Stripes. Le morceau a amené le groupe sur les quatre coins de la planète, en plus de devenir un des chants de guerre préférés des fanatiques des stades de soccer « I’m gonna fight them all», récite Jack White au début de la chanson. Nul besoin de se battre, sauf si ce n’est contre les immitateurs puisque Seven Nation Army est déjà un des morceaux les plus repris de son époque.

Ball And Biscuit

La pièce Ball and Biscuit, un hommage de sept minutes au blues, dévoile le plein potentiel de Jack White comme l’un des guitaristes les plus doués de sa génération. Le morceau est composé d’une variété de solos de guitares rocambolesques répondant à chacun des vers du chanteur. Ce n’est pas pour rien qu’avant son ultime envolée à la six cordes, Jack White demande à son auditoire d’écouter ce qu’il a à dire. Ici, la guitare en dit davantage que les mots et pour les White Stripes c’est par le blues que les mélodies percutent le mieux les oreilles.

Slowly Turning Into You

Pour Jack et Meg, la recette des White Stripes a toujours été de combiner dépassement et simplicité. Sur leur dernier disque Icky Thump le groupe accomplit ses objectifs les plus inouïs sur le morceau Slowly Turning Into You. Mélangeant orgues, guitares, batterie et voix, la chanson repousse les limites musicales et physiques du duo rock. Cet effet pleinement accomplie a pourtant laissé Jack White dans la triste perspective que son groupe fétiche ne pouvait en donner davantage. Il ne reste qu’à espérer que les White Stripes résonnent de nouveau un jour dans un stade de football ou un garage de Détroit.

1 comment on “The White Stripes en cinq morceaux

  1. Spiroid 9 février 2011 at 15:20

    J’adhère complètement à ta liste (surtout pour Slowly Turning into You qui est un peu moins évidente que les autre).
    Mais 5 c’est pas assez. On a pas Jack au piano (The Denial Twist), ni les morceaux folk/country (That Southern Can is Mine) et plein d’autres choses… On peut pas embrasser toute la diversité (méconnue) de la carrière du groupe en 5 morceaux.
    Mais je critique pour rien, parce que le principal c’est que les gens continuent à les écouter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *